Au 19e

Redéfinir les critères d’excellence

On a toujours l’impression, lorsque se pointe un athlète d’exception, que ses réalisations ne seront jamais égalées ni surpassées. Or, l’histoire le prouve, il n’y a rien de plus faux. Quel que soit le sport, les époques se suivent et les exploits se renouvellent pour une multitude de raisons.

Peu importe le nombre de victoires que Tiger Woods aura à sa fiche au terme de sa brillante carrière, et malgré l’improbabilité qu’un jour un autre golfeur puisse le surpasser, il lui faudra réaliser tout comme Ben Hogan, Jack Nicklaus et Sam Snead l’ont constaté avant lui; les records selon le vieil adage sont faits pour être battus.

Notamment parce que la pratique du sport change à cause du développement technologique, mais aussi parce que les sportifs sont constamment à la recherche des moindres détails pour améliorer leurs performances. Que ce soit au niveau de l’entraînement ou de l’approche psychologique, tout est sujet à l’amélioration.

Les organisations sportives jouent également un rôle de premier plan à ce chapitre. Les impératifs financiers font en sorte que l’on multiplie le nombre d’équipes, le nombre de participants et le nombre de compétitions. Résultat: davantage d’opportunités sont offertes aux chasseurs de records.

Globalisation

L’internationalisation des rendez-vous sportifs est un autre facteur à considérer. Alors qu’à une certaine époque on perdait un temps fou à se rendre du point A au point B, la chose est devenue quasi banale de nos jours et les stars se déplacent au gré du moment et sans trop de difficultés.

Il faut aussi, dans notre façon d’analyser les victoires, tenir compte de la qualité des participants inscrits aux dites compétitions.

Les victoires majeures ont-elles plus d’importance qu’un tournoi ne réunissant que quelques joueurs du top 50 mondial?

Il y a bien un hockeyeur qui un jour éclipsera les marques réputées intouchables de Wayne Gretzky. Viendra certes un champion, capable d’imiter Roger Federer, qui repoussera encore plus loin les critères d’excellence au tennis.

Il y aura toujours quelqu’un qui fera mieux, parce qu’on lui permettra de faire mieux.

Quand Snead faisait la pluie et le beau sur le circuit de golf professionnel de la PGA, le calendrier comptait un nombre restreint de grands tournois, mais procurait en contrepartie l’avantage de pouvoir participer à des compétitions de démonstration comptabilisées en tant que victoires. Ces critères ont été révisés par un panel d’experts qui a été mis sur pied par le circuit de la PGA, il y a quelques années.

Il fut un temps, pas nécessairement lointain, où un titre à l’Omnium britannique n’était pas considéré comme une victoire officielle sur le circuit de la PGA. Situation revue et corrigée.

Modifications à prévoir

Nous ne serons pas à court de changements pour ce qui est des prochaines années. Les finances dicteront, dans un avenir rapproché, des changements majeurs au sein des milieux sportifs. Il est plus que probable qu’on assiste bientôt à une série de fusions de divers circuits professionnels. Naîtront alors une entité internationale majeure unique et quelques ligues de développements.

Toutes les victoires cumulées antérieurement viendront ainsi complètement transformer le livre des records.

Et le nombre 83 n’aura guère plus d’importance parce qu’on aura entretemps révisé tous les critères retenus pour comptabiliser les victoires. Si on avait fait preuve de la même largesse dans le décompte des victoires de Tiger Woods que dans le décompte de Snead, Woods aurait franchi le cap de la centaine de titres il y a bien longtemps.

Il est probable que les critères pour définir l’excellence soient modifiés en cours de route, question de s’adapter aux changements. Ce ne sera plus le nombre de victoires, comme la valeur de ces victoires qui sera l’exercice déterminant.

Les nouvelles stars arrivent sur les circuits professionnels de golf plus jeunes et mieux préparées. Les vedettes vont inévitablement connaître des carrières plus longues. Déjà quelques records de Woods sont à portée. Non pas que le nombre 83 soit en danger.

Il est certes à l’abri pour un certain temps, mais pas aussi longtemps qu’on pourrait le croire.

Michel Lacroix Collaboration spéciale

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.