McGill laisse tomber le nom Redmen 

Une majorité d’étudiants dénonçaient la dénomination « raciste » des équipes sportives masculines de l’université 

Le nom « Redmen » ne sera plus utilisé pour désigner les équipes sportives masculines de l’Université McGill, a annoncé l’établissement par communiqué. Ce nom avait fait l’objet d’une polémique l’automne dernier, alors que plusieurs étudiants dénonçaient son caractère péjoratif envers les peuples autochtones. 

« C’est une magnifique journée pour toutes les Premières Nations », a affirmé Tomas Jirousek, étudiant-athlète mcgillois et membre de la nation des Kainai. L’étudiant heureux de ce changement de cap se rappelle ses passages difficiles dans les corridors des installations sportives de McGill. « C’était Redmen partout ! », affirme-t-il. Ce nom fait écho, selon lui, à une vision purement raciste des peuples autochtones. 

En novembre 2018, la communauté étudiante de l’université avait appuyé le retrait du nom à 79 % par référendum, pressant la direction de McGill de statuer sur la question. La direction, qui devait se prononcer dès janvier, avait reporté sa prise de décision, soulevant la colère de certains étudiants devant le processus qui s’éternisait. Un profond clivage des opinions entre les actuels étudiants favorables au retrait de l’appellation et d’anciens diplômés défavorables au changement avait mis l’université sur la sellette. 

Aujourd’hui, McGill constate une douleur certaine vécue par ses étudiants autochtones lors des débats. « Des étudiants autochtones de McGill m’ont confié que ce nom leur procurait un sentiment d’exclusion. Ils se sentent méprisés et laissés pour compte », a écrit la principale et vice-chancelière de l’établissement, Suzanne Fortier, dans son communiqué. 

« Je me sentais isolé, seul… Je suis fier d’être autochtone et j’aime mon université », a expliqué Tomas Jirousek, commissaire aux affaires autochtones de l’Association étudiante et étudiant-athlète. 

« Ça définit la couleur de la peau. C’est un terme raciste, un stéréotype. Il y a des étudiants qui ressentent beaucoup de douleur à devoir s’identifier à ça », a affirmé Catie Galbraith, à la tête des communications de l’Indigenous Student Alliance de McGill. L’étudiante de la nation des Chickasaw s’est dite reconnaissante et fière du changement apporté par l’université. 

Un débat qui date 

« Ça fait des décennies qu’on se bat pour changer le nom Redmen ! Ça ne date pas de l’automne dernier », mentionne Mme Galbraith. Quatorze longs mois de bataille active, précise Tomas Jirousek, à la tête du mouvement #Changethename. 

Il y a un an et demi, la polémique autour de la dénomination des équipes sportives de l’Université McGill avait ressurgi, engendrant des manifestations sur le campus.

10 000

Nombre approximatif de signataires d’une pétition appuyant l’abandon du nom Redmen

En 2017, un groupe de travail ayant pour tâche, entre autres, de se pencher sur cette question avait suggéré à l’établissement d’enseignement de changer le nom des équipes sportives masculines dans un délai de deux ans. L’opposition à ce changement de nom s’était alors fait ressentir du côté d’anciens étudiants, toujours liés à l’étiquette Redmen. Certains, poussant leur désaccord plus loin, mentionnaient prévoir arrêter leurs dons à McGill. 

Le nom Redmen est utilisé par les sportifs de McGill depuis les années 20, l’université arguant que le terme référait aux maillots rouges des joueurs. 

Aller plus loin 

La décision de McGill pourrait bien inspirer d’autres concessions sportives étudiantes ou professionnelles à modifier leur nom. « On souhaite que la grandeur du nom McGill puisse créer un précédent », a affirmé Mme Galbraith. 

« Il reste du travail à faire, pour ajouter des professeurs autochtones et des programmes d’études autochtones », a affirmé M. Jirousek en entrevue. Il souhaite qu’une place plus importante soit accordée à l’expression des étudiants autochtones. 

McGill retirera le nom porté depuis près de 100 ans par ses équipes sportives. Un processus consultatif sera mis en branle pour trouver un nouveau nom aux équipes d’étudiants-athlètes. Elles entameront la saison 2020-2021 sous cette nouvelle appellation.

Après McGill, Ahuntsic ?

Effet domino du débat de McGill : le collège Ahuntsic avait été montré du doigt l’automne dernier pour le nom de ses équipes sportives, les Indiens. Depuis les évènements, la direction a mis en place un processus d’« autochtonisation » : sommation de débats, de sensibilisation et d’activités culturelles autour des enjeux autochtones. « On veut prendre le temps. C’est sûr, il y aura un changement éventuellement », a affirmé Nathalie Vallée, directrice générale de l’établissement.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.