Témoignage

Ne laisser personne derrière

Plus tôt cette semaine, le commandant Antoine Gonthier et son équipage ont procédé à un ultime rapatriement de Canadiens à partir de Santo Domingo, en République dominicaine. Récit.

Aujourd’hui a possiblement été mon dernier vol avant une mise à pied déchirante. J’étais extrêmement fier et touché de voir notre équipage de six étoiles bleues aussi souriant, dévoué et d’un professionnalisme exemplaire même si nous avions tous un énorme pincement au coeur.

Ce fut un privilège de travailler cette journée ensoleillée en leur compagnie même si elle était particulièrement sombre pour nous tous.

Nos six étoiles ont mis leur santé et celle de leurs proches à risque pour ramener le maximum de nos compatriotes. Je crois que chacun de nos 153 passagers a été très reconnaissant et la plupart ont pris le temps de nous le signifier.

Tout particulièrement ce couple qui revenait avec nous mais dont les parents (ou beaux-parents), qui retournaient en Floride sur un autre vol, se sont fait refuser l’embarquement à cause des restrictions américaines. Après avoir été mis au courant par le couple, qui était déjà à bord, nous avons fait de nombreuses démarches pour nous assurer que les parents n’allaient pas être laissés derrière, même s’il était déjà trop tard pour se procurer des billets sur notre vol.

Et c’est avec un délai de plusieurs heures au sol que nous avons finalement réussi à les embarquer, ainsi que plusieurs autres Canadiens qui espéraient avoir l’une des places encore disponibles dans l’avion même s’ils n’avaient pas de réservation.

Il était impensable pour l’équipage de laisser quiconque derrière, peu importe le temps qu’il fallait prendre au sol.

J’avais l’impression que nous tentions de ramener le plus de gens possible avant que la Terre n’arrête de tourner derrière nous.

Aujourd’hui, j’ai été particulièrement fier de faire partie de cet équipage et de cette entreprise où je fêterai, dans deux mois, à la maison, mes 10 ans à porter cette étoile bleue qui m’est si chère. Aujourd’hui, j’ai le cœur gros, mais je suis convaincu que nous serons bientôt de retour, et que nous reprendrons là où nous avons laissé une grosse partie de nos vies sur pause.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.