Domaine Pelchat / Lemaître-Auger

Un premier vin signé Mario Pelchat

Après 10 ans de travail, Mario Pelchat et sa conjointe Claire Lemaître-Auger ont lancé un premier vin : un rosé croquant et fruité, appelé La promise.

Au bout du chemin bordé de vignes, la nouvelle maison qu’a fait construire le couple d’artistes sur le domaine à Saint-Joseph-du-Lac est sur le point d’être achevée.

Mais le vignoble, lui, roule déjà à plein régime. Dans le bâtiment agricole adjacent à la future maison, plusieurs cuvées attendent d’être assemblées.

Au milieu de la grande salle remplie de cuves d’acier inoxydable, Mario Pelchat verse le premier vin produit et embouteillé sur sa terre de quatre hectares. Il se montre très satisfait de son rosé, un assemblage de seyval noir et de frontenac gris.

« Ça ressemble au type de vin qu’on aime, observe l’artiste devenu vigneron. On a laissé parler le millésime. On ne voulait pas trafiquer. La Promise 2017 ressemble à l’été qu’on a eu. On a une pointe d’acidité marquée, beaucoup de fruits et de la fraise en bouche. Surtout, il est sec, comme on aime. »

Le chef de production du vignoble, Kevin Drouin-Léger, est d’accord avec lui. Sur une table improvisée pour l’occasion, il en profite pour demander l’avis du couple sur ses derniers assemblages de rouge. L’exercice est long et complexe. Dans un premier contenant, la variété de raisin petite perle, peu connue, a été mélangée au frontenac noir et à la marquette. Dans l’autre, le cépage sainte-croix remplace la marquette. Dans un cas comme dans l’autre, les rouges sont puissants et épicés.

Le jeune technicien ne s’en cache pas, vinifier des vins à base d’hybrides est plus complexe qu’il ne l’avait imaginé.

« Même à maturité, l’équilibre est plus difficile à atteindre avec des hydrides, dit-il. Ça demande beaucoup de travail. »

Les travaux intenses dans un vignoble, Claire Lemaître-Auger en sait quelque chose. La designer et vigneronne s’est occupée d’une grande partie des tâches agricoles lors des premières années du domaine.

« L’ampleur et la dureté du travail, ça nous est tombé dessus, avoue-t-elle. Mais ça nous a soudés. »

Le couple est fier de son vin, mais il est encore plus fier de ce qu’il signifie pour lui.

La promise

Sur l’étiquette, dessinée par l’aquarelliste de renom Aurore De la Morinerie, une foule de détails font référence au couple : la dame vêtue d’une robe rose, la lettre O en or comme une alliance, un extrait du Cantique des cantiques. Tous ces détails rappellent que le vignoble avait d’abord un objectif : unir le couple. Et ça a fonctionné.

Avant de se lancer dans la vigne, le chanteur et agent d’artistes cherchait plutôt une terre pour y élever des chevaux dans le but de regagner le cœur de sa conjointe Claire. La beauté et le potentiel de l’endroit à Saint-Joseph-du-Lac ont changé le scénario. Ils ont démarré un vignoble en 2009.

Pendant plusieurs années, le couple a vendu ses raisins à d’autres vignobles québécois, dont La Rivière du Chêne et celui de la Côte de Vaudreuil. Mario Pelchat espérait construire une cuverie, une salle de dégustation et un bistro avant de commercialiser un premier vin. Mais les permis n’ont toujours pas été délivrés.

« J’espère que nous pourrons ouvrir au public d’ici deux ans », ajoute-t-il.

Dans une autre pièce du bâtiment agricole, un blanc vinifié en barriques de chêne attend lui aussi d’être commercialisé. À terme, les vignerons souhaitent offrir un mousseux, un rosé, deux blancs et deux rouges.

La liste de projets ne s’arrête pas là. Au bout du champ, une parcelle est en préparation. Cette fois-ci, on plantera une variété européenne, sûrement du pinot noir. Car les artistes-vignerons aiment les vins de Bourgogne, tout comme leur chef de production formé dans cette région.

En remontant le chemin qui mène vers la maison, à côté des vignes, Mario Pelchat montre une section toujours en friche. Ici, il n’y aura pas de vignes. Cette parcelle servira un jour à réaliser le rêve initial :  à accueillir des chevaux.

Le Domaine Pelchat–Lemaître-Auger est situé au 2477, chemin principal, à Saint-Joseph-du-Lac (Mirabel). On pourra y acheter la cuvée La Promise dès lundi.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.