Finale de l’Association de l’Ouest

Les Golden Knights répliquent

Winnipeg — Jonathan Marchessault a marqué deux buts, Marc-André Fleury a repoussé 30 tirs et les Golden Knights de Vegas ont défait les Jets de Winnipeg 3-1, hier soir, pour égaler la série finale de l’Association de l’Ouest à une victoire de chaque côté.

Tomas Tatar a aussi touché la cible chez les Golden Knights, tandis que Reilly Smith a récolté deux mentions d’aide.

Kyle Connor a trouvé le fond du filet pour les Jets, alors que Connor Hellebuyck a accordé trois buts sur 28 tirs.

Marc-André Fleury a signé sa 71e victoire en carrière en séries éliminatoires et a rejoint Jacques Plante au neuvième rang de l’histoire de la LNH.

Les Jets ont obtenu les premières occasions de marquer – un tir de Mark Scheifele qui a presque échappé à Fleury et un autre de Nikolaj Ehlers qui a frappé le poteau –, mais les Golden Knigths ont repris du poil de la bête avant la fin du premier engagement et en ont profité pour prendre le contrôle de la rencontre.

Laissé de côté à sept reprises lors des 11 premiers matchs des Golden Knights depuis le début des séries éliminatoires, Tatar a ouvert la marque avec 6 min 37 s à faire en première période. Son tir initial a atteint l’extérieur du filet, mais il a récupéré le disque et trouvé le moyen d’enfiler l’aiguille entre le poteau et le bâton de Hellebuyck.

Tatar et Tomas Nosek avaient été préférés à David Perron et Oscar Lindberg par l’entraîneur-chef Gerard Gallant, peut-être pour fouetter un peu ses troupes après la défaite de 4-2 lors du premier match de la série, samedi.

Marchessault a doublé l’avance des visiteurs avec 2 min 38 s au cadran, après un revirement de Connor en zone neutre. Marchessault a pu s’amener seul devant Hellebuyck, qu’il a déjoué du revers entre les jambières.

« On n’a pas manqué notre début de match et on a continué à jouer avec la même intensité, on a bien géré notre avance », s'est notamment félicité Marchessault.

« On va maintenant retrouver notre public, le meilleur du monde, et il va le prouver. »

— Jonathan Marchessault

Erik Haula est passé tout près de profiter de ce moment de faiblesse des Jets pour ajouter un troisième but, mais la rondelle a frappé le poteau.

Connor a brièvement redonné espoir aux partisans des Jets en battant Fleury d’un angle restreint après 7 min 17 s de jeu en troisième période. Cependant, Marchessault a inscrit son sixième but du tournoi printanier 1 min 28 s plus tard, encore une fois du revers.

— Avec l’Agence France-Presse

Le troisième match de la série sera présenté demain soir (21 h) à Las Vegas.

Panthers de la Floride

Un avenir prometteur

Au cours des prochaines semaines, notre spécialiste de la LNH se penchera sur les défis qui attendent les 15 clubs exclus des séries éliminatoires à l’aube du repêchage et du marché des joueurs autonomes dans la LNH. Aujourd’hui : les Panthers de la Floride.

Les Panthers ont raté les séries éliminatoires par un seul point cette année. Leur départ difficile (fiche de 4-8-2) a coûté cher, tout comme la perte de Jonathan Marchessault et de Reilly Smith pour une bagatelle.

On parle des Panthers comme d’une équipe d’avenir, bâtie à l’aide du repêchage par Dale Tallon. Mais le club a participé aux séries seulement deux fois en neuf ans depuis l’arrivée de Tallon. Le noyau de l’équipe est néanmoins sur le point d’atteindre son apogée.

Les trois meilleurs attaquants de l’équipe, Jonathan Huberdeau, Aleksander Barkov et Vincent Trochek, n’ont pas 25 ans. Tout comme deux piliers en défense, Aaron Ekblad, 22 ans, et Michael Matheson, 24 ans.

Le jeune centre de 20 ans Henrik Borgstrom, choix de premier tour en 2016, s’est joint à l’équipe en fin de saison après avoir amassé 52 points en 40 matchs à l’Université de Denver, dans la NCAA.

Tallon veut maintenant piger dans le marché des joueurs autonomes pour ajouter de la profondeur à la formation. Les Panthers disposeront d’un peu plus de 9 millions de capacité à dépenser au sein de leur masse salariale, une somme appelée à augmenter si le plafond en fait autant.

« Nous avons ciblé certains joueurs sur le marché. Nous l’avons déjà inscrit à notre budget. Nous allons prendre les moyens pour nous améliorer. »

— Dale Tallon, directeur général des Panthers de la Floride, au Sun Sentinel

Les Panthers ont besoin, entre autres, de renfort en défense. Ils ont accordé 243 buts l’an dernier, pour le 18e rang au classement général. Ils ont terminé au 16e rang en infériorité numérique (80,2 %).

« Même si nous comptons déjà plusieurs bons jeunes attaquants, j’aimerais ajouter des joueurs autant à l’attaque qu’en défense, a précisé Tallon. Tout dépend de qui sera disponible, et quand. Nous devons accorder moins de buts. Alors je dirais la défense en priorité quand même. »

L’inexpérience en défense a coûté cher aux Panthers. L’hiver dernier, Keith Yandle avait plus de matchs d’expérience dans la LNH derrière la cravate que ses six autres compagnons de jeu. « Ça nous prend un défenseur plus expérimenté, un défenseur qui a vécu les séries éliminatoires, a ajouté Tallon. Un défenseur qu’on pourra utiliser dans les dernières minutes d’une période ou d’un match, qui pourra aider à la confiance de nos jeunes. Qu’il soit offensif ou défensif importe peu. »

Parmi les principaux joueurs autonomes sans compensation en défense, on note Mike Green, Tobias Enstrom, Jack Johnson, Alexei Emelin, Kevin Bieksa et, surtout, John Carlson. Mais celui-ci sera sans doute tenté de demeurer à Washington.

Des transactions sont toujours possibles aussi. À Montréal, Marc Bergevin pourrait en avoir un ou deux de premier plan disponible s’il vise une vraie reconstruction. Mais Tallon n’a pas l’habitude de sacrifier ses bons choix au repêchage ou ses espoirs de premier plan. À moins qu’il ne veuille des résultats immédiats après des années de disette…

Luongo ne rajeunit pas

Après son retour au jeu à la suite d’une longue convalescence pour cause de blessure, Roberto Luongo a brillé avec une fiche de 18-11-2, une moyenne de 2,47 et un splendide taux d’arrêts de ,929. Mais Luongo ne rajeunit pas. Il vient d’avoir 39 ans et les blessures ont gâché ses deux dernières saisons. Son auxiliaire, James Reimer, 30 ans, vient de connaître une saison ordinaire avec une moyenne frisant les trois buts par match. Le jeune Samuel Montembeault est pressenti comme un dauphin possible pour Luongo, mais le jeune homme de 21 ans, choix de troisième tour des Panthers en 2015, a connu un hiver difficile à sa première année professionnelle dans la Ligue américaine avec une fiche de 13-23-1, une moyenne de 3,25 et un taux d’arrêts de ,896.

Classement

16es au classement général

Choix au repêchage

Premier tour : 15e

Deuxième tour : 34e

Quatrième tour : 122e

Cinquième tour : 139e

Sixième tour : 170e

Septième tour : 201e

Âge moyen

26,4 ans (7es parmi les plus jeunes)

Joueurs autonomes sans compensation

Radim Vrbata, Connor Brickley

Dossiers chauds

Assurer la relève de Roberto Luongo, ajouter un défenseur d’expérience pour le top 4 et un solide ailier au sein du top 6 à l’attaque.

Directeur général

Dale Tallon (en poste depuis 2010, avec une pause d’un an la saison précédente)

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.