Éditorial François Cardinal

Décider entre médecins

Le plus grand mérite de l’étude sur la performance des médecins dévoilée ces derniers jours, ce n’est pas sa démonstration. Ce n’est pas son évaluation. Ce n’est pas sa conclusion, aussi rigoureuse soit-elle.

Son plus grand mérite, c’est d’avoir été menée à terme, tout simplement.

Malgré le ministre Barrette.

Malgré la Fédération des spécialistes.

Malgré la Fédération des omnipraticiens.

Il suffit en effet de suivre le cheminement de l’étude commandée en 2014 par le Commissaire à la santé et au bien-être pour réaliser à quel point il a été parsemé d’entraves et de difficultés.

Un cheminement pénible qui révèle un travers des trois grands acteurs du système de santé : leur incapacité à tolérer toute critique, toute remise en question, tout regard extérieur.

Les faits parlent d’eux-mêmes.

Le ministre Barrette a tenté de bloquer le financement de cette étude dont il contestait la pertinence, en demandant au commissaire à la santé, Robert Salois, de revenir en arrière.

La présidente des spécialistes, Diane Francoeur, a tout fait pour jeter le discrédit sur le principal auteur de l’étude, Damien Contandriopoulos, en critiquant publiquement sa « rigueur intellectuelle ».

Le président des omnipraticiens, Louis Godin, a claqué la porte du comité de suivi de l’étude, avec sa consœur Francoeur, sous prétexte que les opinions du chercheur sont « teintées de préjugés à l’endroit des médecins ».

Bien sûr, on pourrait croire que cela s’explique par la haine que vouent les médecins Barrette, Francoeur et Godin au chercheur Contandriopoulos, aujourd’hui exilé en Colombie-Britannique. Il y a certainement de cela.

Mais il suffit d’élargir le portrait pour réaliser que l’attitude du ministre et des deux grosses fédérations (surtout celle des spécialistes) dans ce dossier n’a rien d’exceptionnel : ils ont cette fâcheuse habitude de vouloir tout décider entre eux, sans regard extérieur, sans débat public.

Il suffit en effet que leur mainmise sur ce qui touche le système de santé en lien avec la pratique médicale soit menacée pour que la réaction suive. La critique est démolie, la remise en question est plombée, le débat est miné.

Parlez-en à l’Association médicale du Québec, aux Médecins québécois pour un régime public ou aux opposants des différentes réformes du ministre Barrette.

Parlez-en aux journalistes, attaqués avec virulence par Diane Francoeur depuis plusieurs jours. Absente du débat public, évitant toute entrevue, refusant de défendre l’entente sur la rémunération, elle prend néanmoins le temps de dénoncer sur ses tribunes personnelles les « fake news », la « désinformation » et les calomnies des médias.

Ou parlez-en, surtout, à Robert Salois, qui n’est plus commissaire à la santé et au bien-être. En fait, sa fonction a été abolie… la seule dont la mission était justement de remettre en question le triumvirat de la santé et ses décisions !

En effet, la fonction de chien de garde du réseau, créé en 2003 par Philippe Couillard pour accroître la reddition de comptes, a disparu au profit d’un institut scientifique qui n’aura ni son budget ni son indépendance.

Pour s’en convaincre, il suffit de souligner que l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux, qui relève directement du ministre, qui s’est toujours bien gardé de critiquer publiquement le réseau ou le gouvernement, n’aurait jamais pris l’initiative de commander une analyse sur la productivité des médecins québécois. Jamais.

Voilà pourquoi cette étude, au-delà de ses conclusions, est aujourd’hui si importante : elle révèle mieux que n’importe quel discours la pertinence du commissaire qui l’a commandée.

On peut donc être en désaccord à propos des chiffres et constats, mais il y a une chose qui ressort incontestablement de l’analyse : la nécessité de rétablir le poste de commissaire.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.