Montréal

Malaise autour des signes religieux à l’hôtel de ville

Le débat sur les signes religieux relancé à Québec par l’élection de la Coalition avenir Québec (CAQ) suscite un grand malaise à l’hôtel de ville de Montréal. Un conseiller municipal demande que les élus montréalais soient explicitement autorisés à porter des signes religieux, tandis qu’un autre s’inquiète de la multiplication des dérapages sur les réseaux sociaux.

Le conseiller Marvin Rotrand a présenté une motion sur les signes religieux qui sera débattue à la prochaine séance du conseil municipal. Il réclame que la Ville de Montréal défende « le droit absolu de tout membre du conseil élu démocratiquement […] de poursuivre et remplir son mandat en ayant le droit de porter les symboles religieux liés aux pratiques de sa foi ».

Même si les élus sont déjà autorisés à porter des signes religieux et que rien n’indique que la CAQ entende le leur interdire, Marvin Rotrand estime qu’une telle motion enverrait un message rassurant à la population. Alors que deux élections partielles auront lieu dans les prochains mois à Montréal, le conseiller de Snowdon espère que la Ville encouragera les membres de toutes les religions à poser leur candidature. Il souhaite ainsi leur assurer qu’ils « auront le droit de servir la population sans avoir à faire des compromis les obligeant à choisir entre leurs croyances religieuses et leur droit de siéger en tant qu’élu au conseil ».

Pour justifier sa demande, Marvin Rotrand plaide que Montréal est une « grande ville cosmopolite » et que « les Montréalais voient leur identité dans leur diversité et qu’ils partagent et célèbrent leurs différentes cultures ».

« À Montréal, on a la langue française en commun, mais on a plusieurs cultures différentes », résume M. Rotrand.

Actuellement, un seul conseiller porte la kippa au conseil municipal, soit le chef de l’opposition, Lionel Perez. D’autres arborent de discrètes croix. Aucune élue ne porte le hijab.

Dérapages virtuels

Un autre conseiller municipal s’inquiète quant à lui de dérapages sur les réseaux sociaux depuis que le gouvernement désigné a dévoilé son intention d’interdire les signes religieux aux fonctionnaires en position d’autorité. L’élu Abdelhaq Sari estime que cette proposition risque d’instaurer un « climat gratuitement malsain ».

Le conseiller déplore la multiplication récente des « messages déplacés, voire haineux ou carrément racistes » sur les réseaux sociaux. De confession musulmane, Abdelhaq Sari confie avoir reçu à quelques reprises des messages déplacés depuis son élection, il y a 10 mois. Il dit éviter d’y répondre pour ne pas « nourrir les trolls ». Il a toutefois fait suivre au Service de police de la Ville de Montréal l’un de ces messages, car il estimait qu’il dépassait les limites.

N’estimant pas que le gouvernement Legault fait preuve de racisme, M. Sari juge que celui-ci a toutefois la responsabilité de calmer le ton. 

« Il faut intervenir pour éviter de créer un environnement où les gens trouvent aisance à proférer des insultes racistes. »

— Abdelhaq Sari

Abdelhaq Sari comprend mal pourquoi, alors que le débat porte sur l’ensemble des signes religieux, on en revient toujours aux femmes portant le hijab. « Pourquoi toujours stigmatiser un groupe de personnes ? Pourquoi insulter une femme qui a choisi de mettre un tissu sur sa tête ? »

L’élu dénonce par ailleurs le « mutisme de [la mairesse Valérie] Plante qui préfère s’emmurer dans le silence, agissant comme si le débat ne la concernait pas ».

Prudence à Projet Montréal

Valérie Plante a prévenu qu’elle comptait se montrer prudente dans le débat, en soulignant que le Conseil des ministres n’était pas encore formé et qu’aucun projet de loi n’avait encore été présenté. C’est seulement lorsque le gouvernement désigné affichera clairement ses couleurs qu’elle compte prendre position. « J’ai l’intention d’aborder ce sujet comme les autres, soit de façon réfléchie. Je ne vais pas déchirer ma chemise chaque fois que le sujet sort », a-t-elle prévenu jeudi lors d’un point de presse.

Il reste que la mairesse ne cache pas son appui au port des signes religieux. « Je vais toujours défendre les intérêts des Montréalais, peu importe ce qu’ils portent. […] Je ne pense pas que ce qu’une personne porte peut avoir un impact sur son jugement et son professionnalisme. » C’est pour cette même raison qu’elle ne compte par retirer le crucifix trônant au sommet de la salle du conseil municipal de Montréal.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.