L’avenir est prometteur

Il est impossible de ne pas être déçu suite à une élimination en séries.

C’est un sentiment tout à fait normal, particulièrement après une série au cours de laquelle une équipe domine au niveau des tirs au but, des chances de marquer, des buts, tout en s’inclinant en six rencontres.

Malgré ce résultat final, les choses semblent différentes cette fois-ci pour les Canadiens.

Non, les Canadiens ne sont pas des prétendants à la coupe Stanley.

Du moins, pas pour tout de suite.

Bien que certaines questions soient toujours sans réponse, les partisans des Canadiens ont pu jeter un coup d’œil à ce que l’avenir leur réserve au courant des dernières semaines, un avenir qui semble plus prometteur maintenant que plusieurs jeunes joueurs ont goûté aux séries éliminatoires de la LNH sans pour autant être dépassés par le rythme du jeu.

Il n’y a pas si longtemps, plusieurs, incluant moi-même, reprochaient le manque de talent à la position de centre dans l’organisation, alors qu’aujourd’hui, il s’agit d’une force dans l’équipe avec une moyenne d’âge légèrement inférieure à 23 ans, ce qui inclut le vigoureux Phillip Danault et le polyvalent Jake Evans.

Il n’y a pas si longtemps, plusieurs, incluant moi-même, se questionnaient à savoir si Carey Price avait toujours l’étoffe d’être un des meilleurs gardiens du monde. Les rumeurs au sujet de son déclin ont définitivement été exagérées.

Il n’y a pas si longtemps, plusieurs, incluant moi-même, trouvaient que les espoirs et leur développement était un domaine qui empêchait l’organisation de progresser. Il est maintenant considéré comme étant l’un des meilleurs de la Ligue, et ce, sans compter les 14 joueurs qui seront sélectionnés au Repêchage de la LNH au mois d’octobre.

Évidemment, il y a encore des inquiétudes.

Même si les Canadiens sont l’une des meilleures équipes de la LNH en terme de nombre de tirs et de chances de marquer, de compter sur davantage de marqueurs naturels ne ferait pas de tort à la formation. Avec un peu de chance, un certain choix de première ronde en 2019 pourrait remédier à la situation. Comme chez tous les espoirs, la patience sera de mise.

L’avantage numérique se devra d’être amélioré, mais personne ne peut nier le fait que Nick Suzuki a apporté un élémen de créativité, chose qui ne devrait que s’améliorer alors qu’il continuera de gagner en expérience dans la LNH. N’oublions pas qu’il y a un an, Suzuki jouait toujours dans la LHO. Peut-être est-ce parce qu’il joue avec le calme et la confiance d’un vétéran de 10 saisons. Ou peut-être est-ce parce qu’il a terminé au premier rang des pointeurs en séries chez les Canadiens alors qu’il n’est qu’une recrue. Peu importe, il est passé d’une aubaine à un ingrédient déterminant dans la formation des Canadiens. Non seulement a-t-il alimenté ses coéquipiers, mais il a aussi alimenté les partisans qui vivent d’espoir.

Il n’est toutefois pas le seul conducteur à bord du train.

Jesperi Kotkaniemi est sorti de sa coquille, et pas seulement en tant que joueur de centre responsable défensivement. Oui, il a trouvé sa touche offensive et il nous a présenté un côté agressif à son jeu, tout se hissant au premier rang de son équipe dans plusieurs statistiques, incluant le ratio des tirs et des buts. Mais il avait cette confiance en son jeu qui était perceptible pour tous les téléspectateurs. C’est cette confiance en lui qui lui a permis de s’affirmer dans des situations névralgiques, le genre de confiance qu’il va détenir pour les prochaines années.

Je m’en voudrais si je ne mentionnais pas combien, si ce n’est pas l’intégralité de l’alignement, ont réagi de brillante manière à l’adversité à laquelle ils ont dû faire face. Bien que des périodes plus négatives ont eu lieu durant ces séries, dans l’ensemble, il y a eu ce sentiment de croyance qui ressortait chez les joueurs, un sentiment qui était partagé par plusieurs partisans.

L’expérience acquise n’a pas de prix, surtout lorsqu’on analyse les plus récentes équipes gagnantes de la coupe Stanley. La majorité d’entre elles pouvaient compter sur un noyau similaire à long terme, composé de joueurs qui ont grandi ensemble, ont fait ce qu’il fallait faire et ont gagné ensemble.

Avec les améliorations faites à Laval et à Montréal lors des dernières années, il n’est pas fou d’imaginer un scénario similaire du côté du Centre Bell.

Oui, il est impossible de ne pas être déçu suite à une élimination en séries. Mais, cette fois-ci, les choses semblent différentes.

Et le meilleur est encore à venir.

Marc Dumont, collaboration spéciale traduite par François Lafleur

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.