Démantèlement tranquille

Un ouvrage « non partisan »… commandé par Lisée

Québec — Publié la semaine prochaine par un collectif d’auteurs, un ouvrage sur le « démantèlement tranquille » du modèle québécois est d’abord le projet du chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée. Un des employés politiques du chef de l’opposition avait le mandat de recruter des spécialistes pour fournir des textes « qui proposent une réflexion critique sur les idées mises de l’avant par la CAQ ».

« L’idée vient de M. Lisée, mais le projet n’émanera pas du Parti québécois », prévient François Paquet, rédacteur de discours de M. Lisée, dans un courriel transmis à des auteurs potentiels. Le courriel, dont La Presse a pris connaissance, indique que Steve E. Fortin, blogueur chez Québecor, coordonnera le projet et produira lui aussi un texte.

Joint hier, M. Fortin convient que c’est l’employé politique du PQ qui lui a parlé du projet – les deux hommes se sont rencontrés au printemps à ce sujet.

« Quand on m’a proposé de jouer ce rôle, ce qui m’a intéressé était de rassembler des gens qui sauraient répondre à un angle plus large que la CAQ. »

— Steve E. Fortin, auteur et coordonnateur du projet

Les auteurs ont « travaillé avec une indépendance complète, c’était une exigence absolue pour [Steve E. Fortin] ». Bien sûr, il y a une convergence à travers les textes, une réplique au courant néolibéral qui prévaut, explique-t-il.

Le cabinet de M. Lisée avait déjà pris contact avec Québec Amérique à ce sujet avant l’entrée en scène de M. Fortin. La communicatrice Marie France Bazzo et Marc-François Bernier, spécialiste des médias à l’Université d’Ottawa, contribuent à l’ouvrage. « Quand j’ai contacté ces gens, je le faisais moi, tout seul. Leur liberté d’écrire devait être incontestable. Il y aura des phrases qui feront tiquer tout autant Jean-François Lisée », souligne M. Fortin. Camil Bouchard, conseiller bénévole de M. Lisée, et l’ex-syndicaliste Gérald Larose font aussi partie des auteurs.

« M. Lisée a eu l’idée, mais nous n’avons pas eu le contrôle de la réalisation du projet. Les auteurs ne sont pas à la solde du PQ, on ne voulait pas que ce soit une infopub du PQ », insiste M. Paquet, joint au cabinet de M. Lisée à l’Assemblée nationale.

Léger malaise

« Moi, c’est Camil Bouchard, proche de Lisée, qui m’a mis en contact avec Steve Fortin », se souvient l’environnementaliste Karel Mayrand, qui se défend bien d’avoir prêté sa plume à une opération partisane. Il souligne être « un peu mal à l’aise » quand on lui fait la lecture du courriel de l’adjoint de M. Lisée. « C’est ordinaire que ce soit présenté comme ça. Je pense qu’il y a du bon contenu là-dedans. » Camil Bouchard n’a pas rappelé La Presse.

« J’ai dit d’entrée de jeu que je n’embarquais pas dans un projet partisan. »

— Karel Mayrand, auteur

M. Fortin était d’accord avec un projet non partisan – « il a, selon moi, eu les coudées franches ». Pour démontrer qu’il n’a rien contre la CAQ, M. Mayrand souligne que son texte s’appuie sur une proposition de François Rebello, qui, comme candidat de la CAQ, avait préconisé qu’on amène les familles à n’avoir qu’une seule voiture plutôt que deux.

Démographe, Marc Termote a contribué à l’ouvrage avec un texte sur l’immigration. Il se souvient que François Paquet avait évoqué un ouvrage collectif, en marge d’une conférence de Jean-François Lisée, qui venait d’être porté à la tête du PQ. Sur l’immigration, le spécialiste souligne ne pas comprendre pourquoi les politiciens cherchent à fixer arbitrairement un chiffre quant au nombre de nouveaux arrivants – 50 000 pour les libéraux, 40 000 pour la CAQ. Il convient être plus proche de la position de M. Lisée, qui suggère que le chiffre soit évalué à partir de la situation économique.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.