Accident mortel de bateau à Cuba

Le Québécois condamné à quatre ans de prison poursuit Sunwing

Toufik Benhamiche, Québécois condamné à quatre ans de prison à Cuba après avoir accidentellement tué une touriste canadienne lors d’une excursion en bateau dans un tout-inclus, poursuit le voyagiste Sunwing. Son but : laver sa réputation. La Presse s’est entretenue avec l’homme retenu depuis 10 mois dans l’île.

Dans une poursuite déposée le 7 mai au palais de justice de Joliette, le résidant de Mascouche et sa conjointe, Kahina Bensaadi, réclament quelque 340 000 $ en dommages à l’entreprise de qui ils ont acheté un voyage à Cuba en juillet 2017 et dont un sous-traitant leur a vendu une excursion en bateau qui a viré au cauchemar.

« Ce qui m’importe, c’est de laver ma réputation qui a été entachée par ma condamnation. Je me retrouve à la place du méchant alors que je suis une victime dans cette histoire. »

— Toufik Benhamiche

« Je veux démontrer à l’opinion publique et au gouvernement canadien que je suis innocent », martèle M. Benhamiche, joint à Cuba, où il est retenu depuis le 7 juillet 2017.

Ce jour-là, l’homme de 47 ans, ingénieur pour la Ville de Laval, terminait un séjour d’une semaine à Cayo Coco avec sa femme et leurs filles de 5 et 7 ans. Ils avaient acheté, auprès d’un sous-traitant cubain de Sunwing, Gaviota Tours, une journée d’excursion qui comprenait une balade en hors-bord.

Selon le couple, les guides n’ont fourni que quelques explications sur la conduite du bateau à la vingtaine de touristes présents, sans leur donner de démonstration ou leur faire passer un test d’aptitude. Ils se sont montrés rassurants sur le niveau de sécurité des bateaux et sur la facilité à les manier. Une vingtaine de mètres après avoir quitté le quai, Toufik Benhamiche a perdu la maîtrise de son embarcation, qui s’est emballée et a percuté un autre bateau. Sa famille a été éjectée. Une touriste ontarienne qui se trouvait dans l’autre embarcation, Jennifer Ann Marie Innis, a été blessée mortellement.

« J’étais sous le choc. Je ressentais une douleur indescriptible pour cette femme », confie l’homme au bout du fil. Il a eu peur pour sa vie, pour celle de sa femme et celles de ses filles.

« Homicide par imprudence »

Au terme de quelques jours d’enquête, il a été accusé d’« homicide par imprudence ». On lui a interdit de quitter Cuba. La sentence est tombée en janvier après un parcours judiciaire jonché de zones d’ombre. Coupable. Quatre ans de prison.

« Quatre ans pour un accident ! J’étais abasourdi. Je voyais ma vie s’effondrer. Ma vie familiale. Ma vie professionnelle. Ma vie tout court. Je ne sais pas comment j’ai tenu le coup. »

M. Benhamiche a porté la décision en appel devant la Cour suprême, plus haut tribunal du pays. La cause a été entendue à la fin du mois d’avril. Il attend la décision. « C’est ma dernière chance », confirme l’homme qui, depuis son arrestation, loue des chambres dans des maisons privées.

Il n’a vu ses filles qu’une seule fois en 10 mois. Elles croient qu’il aide un ami à construire une maison. Il a failli perdre son emploi. Le maire de Laval est personnellement intervenu en sa faveur.

Et voilà qu’il décide, à distance et alors qu’il est toujours dans l’incertitude, de poursuivre Sunwing. Pourquoi maintenant ?

« Il faut mettre les points sur les i. Il y a des responsables et Sunwing tient une très grosse responsabilité. C’est son sous-traitant qui a géré cette situation. »

— Toufik Benhamiche

Dans la requête déposée à la cour, les Mascouchois allèguent que « le représentant Sunwing ne leur a jamais indiqué que l’excursion comportait quelques risques que ce soit. Ils n’ont pas été informés que cette activité pourrait encourir leur responsabilité civile ou criminelle en cas d’accident. Aucun avertissement n’a été fourni quant aux dangers que le bateau pouvait présenter. Au contraire. Le représentant sur place s’est fait rassurant quant à la sécurité du bateau et sur la facilité de conduire celui-ci ».

Par la voix de son avocat, Me Julius Grey, le couple avance que Sunwing a manqué à son obligation d’assurer sa sécurité en l’encadrant mal et a même menti pour lui donner un faux sentiment de sécurité.

À Cuba, trois employés du sous-traitant ont été accusés au criminel en lien avec l’accident. Toutefois, après avoir été questionné sur la responsabilité de chaque accusé par un juge de première instance, le procureur responsable du dossier a retiré les accusations contre tout le monde, sauf M. Benhamiche.

Celui-ci voit un complot des autorités visant à faire de lui, un étranger, le seul responsable.

Appui de son député fédéral

Son député fédéral, le bloquiste démissionnaire Luc Thériault, parle dans le même sens. « Il est un bouc émissaire dans un accident. C’est un cauchemar hallucinant. Tu pars avec un voyagiste. Tu prends une excursion avec lui. Tu ne fais pas ça n’importe comment sur la plage. Il aurait pu tuer sa famille », dit M. Thériault, qui a été interpellé en janvier et qui a accepté de soutenir l’homme.

Il a rencontré il y a deux semaines l’ambassadrice de Cuba au Canada, auprès de qui il s’est porté moralement garant de la réputation de Toufik Benhamiche. Il fait des démarches pour que ce dernier purge sa peine au Canada si la Cour suprême ne l’annule pas.

Il parraine aussi une pétition (« Rapatriez Toufik » sur Facebook) à la Chambre des communes, lancée par une collègue de l’ingénieur, qui demande son rapatriement.

— Avec la collaboration d’Agnès Gruda, La Presse

Ce que dit Sunwing

« Nos représentants à destination de Cuba ont fourni de l’assistance de manière continue, ainsi qu’un soutien pratique aux deux familles touchées par l’incident nautique tragique du 7 juillet 2017. L’accident mortel a eu lieu durant une excursion en bateau faisant partie d’une visite de l’île comprenant un safari en jeep et une balade en bateau intitulée Jeep On. Toutes les excursions qui sont offertes par le voyagiste à Cuba sont réservées auprès de Gaviota Tours, qui s’occupe de nos services au sol sur l’île. Dès que nos représentants ont été informés de l’incident, nous avons immédiatement arrêté de vendre ce produit, en plus de rembourser l’intégralité des passagers ayant réservé l’excursion pour toute période ultérieure, en attendant une enquête approfondie ayant pour but d’évaluer les circonstances dans lesquelles cet événement s’est produit. L’excursion n’a été offerte à nouveau qu’après un audit de sécurité mené par nos représentants à destination. »

Le fil des événements

7 juillet 2017

Toufik Benhamiche et sa famille participent à une excursion organisée par un sous-traitant de Sunwing. L’homme perd la maîtrise de son bateau. Une touriste ontarienne meurt.

8 juillet 2017

La femme et les filles de M. Benhamiche quittent Cuba. Il doit rester le temps de l’enquête.

4 décembre 2017

Le procès du Québécois dure cinq heures. Sa femme témoigne. Il risque cinq ans de prison.

20 décembre 2017

L’homme est reconnu coupable. Quatre ans de prison. Il porte la cause en appel.

23 avril 2018

Une pétition pour le rapatriement du Mascouchois est lancée.

24 avril 2018

L’appel est entendu par le plus haut tribunal cubain. La décision doit tomber dans les prochaines semaines.

7 mai

Le couple dépose une poursuite de 341 233 $ contre Sunwing.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.