CHronique

On veut le Festival d’été de Québec !

De façon insouciante (OK, pas tant que ça), j’ai gazouillé ceci cette semaine : pourrait-on échanger le Festival de jazz de Montréal contre le Festival d’été de Québec, s’il vous plaît ?

Parce que les Foo Fighters. Parce que Beck. Parce que Camila Cabello et Shawn Mendes (pour les plus jeunes et les jeunes de cœur). Parce que Cyndi Lauper, Dave Matthews Band, Neil Young, Lorde, Phoenix et The Weeknd. Parce que toute cette programmation variée ne coûte que le prix d’un bracelet, qui se détaille entre 95 $ et 110 $, selon le moment de son achat.

Sans rien enlever au Festival de jazz, qui cible une clientèle plus pointue, mettons que ses têtes d’affiche n’auraient pas rempli les plaines d’Abraham cet été. Le Festival d’été, par sa mission grand public, couvre un plus large spectre musical, du hip-hop à la pop sucrée et au folk en passant par le gros rock. Jeunes papas tatoués, préados branchés, mamans cool ou grands-parents nostalgiques : il y a du stock pour tous les goûts, à un coût abordable.

Si l’excellente rappeuse Cardi B. n’avait pas été enceinte – elle a accouché cette semaine de bébé Kulture –, elle aurait probablement ajouté son nom en haut de l’affiche déjà bien garnie du Festival d’été. C’est la rumeur qui circule, du moins.

Pour revenir à mon tweet de départ, il a déclenché une cascade de réactions sympathiques, qui ont gentiment ravivé la légendaire rivalité entre Québec et Montréal. L’équipe de baseball des Capitales de Québec a tiré la première salve, de façon comique, en écrivant sur Twitter : « Les meilleurs festivals et le meilleur baseball, on s’en occupe à Québec. »

Le Rouge et Or de l’Université Laval s’est saucé le bout du gros orteil dans le débat, sans toutefois se compromettre : « Y’aurait bien d’autres choses, mais on n’a pas assez de 280 caractères. »

Puis, le clou final a été enfoncé : le Festival d’été de Québec (FEQ) a fermé la porte à toute forme d’échange. 

« Cette offre est R-E-F-U-S-É-E ! À 51 ans, le FEQ est trop âgé pour être déraciné. De plus, nous sommes tellement accueillants que nous préférons que les Montréalais viennent nous voir plutôt que de déménager. » Un bonhomme sourire a clos la discussion. Zut.

J’ai tenté de bonifier l’offre en ajoutant le (feu) Festival des films du monde (FFM) dans le lot, ainsi que Montréal complètement cirque. Rien à faire. En échange de leur Festival d’été, les habitants de la ville de Québec se sont montrés gourmands. Ils ont réclamé les lumières du pont Jacques-Cartier, La Ronde, la Formule 1, Osheaga (jamais !) et même notre vieux pont Champlain pour s’en servir comme troisième lien. C’est drôle, personne n’a réclamé les décombres fumants de la Formule E.

Montréal ne manque pourtant pas de festivals. Le rire, le jazz, le cirque, les Francos, le métal, le nouveau cinéma, le kombucha et, mon préféré, Osheaga. ll reste que la niche pop, qui accueillerait, par exemple, les Taylor Swift, Ariana Granda et Katy Perry, n’a pas encore été exploitée pleinement dans le 514.

Le Beachclub récupère les artistes urbains comme Migos et Daddy Yankee, tandis que Post Malone crèche à Osheaga. Mais où aurait-on logé Shawn Mendes dans l’offre abondante de festivals montréalais ? Pas à Osheaga, ni aux Francos, ni au Jazz, ni à ÎleSoniq. Donc, nulle part. Pourtant, Mendes aurait rameuté tous les moins de 20 ans de l’île et de ses couronnes.

Il nous faudrait un Wango Tango comme à Los Angeles, un festival qui a accueilli, depuis 1998, des stars comme Justin Bieber, Mariah Carey, Shakira, Maroon 5, Sia, Nick Jonas et Demi Lovato.

Osheaga ne néglige pas les amateurs de pop en présentant, le premier week-end d’août, Dua Lipa, Bazzi, Lykke Li, Portugal.The Man et Florence & The Machine. Il reste cependant un beau marché à défricher, comme le fait habilement le Festival d’été à l’autre bout de l’A20.

Maintenant que c’est officiel que le FEQ ne s’installera pas ici, que pourrait-on importer d’autre de la capitale nationale ? Un comptoir Ashton, un peu de brise fraîche par temps de canicule ou le magasin Simons de Place Ste-Foy, s’il vous plaît ?

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.