EUROPE

Rome loin des foules

L’incomparable, bruyante, magnifique et mystérieuse Ville éternelle ne cesse de fasciner les touristes de partout dans le monde. Chaque année, des millions de curieux rendent visite à ses monuments remplis d’histoire et se délectent de vin, de pâtes et de gelati dans ses ruelles colorées. Loin de la fontaine de Trévi et du Panthéon, toutefois, il existe une Rome tranquille, presque silencieuse. Entre deux visites guidées, on prendra donc une pause bien méritée loin du chaos.

Le quartier Pigneto

Surnommé le « Brooklyn de Rome », le quartier Pigneto est un petit coin de paradis pour passionnés de gastronomie, amateurs d’art urbain et mélomanes qui souhaitent s’éloigner des hordes de touristes du centre historique. Ancien quartier ouvrier du sud-est de la ville, ce petit coin de la cité qui a grandement inspiré le réalisateur italien Pier Paolo Pasolini est en pleine mutation. Coincé entre deux grandes artères, Pigneto, plutôt sage durant la journée, s’anime lorsque le soleil se couche.

Au menu : moult terrasses et restaurants, qui proposent une cuisine tantôt traditionnelle, tantôt branchée ; des bars et des microbrasseries à la tonne ; sans oublier des salles de concert où se donnent en spectacle les étoiles montantes d’ici et d’ailleurs. On ne manquera pas de visiter l’institution la plus connue de ce lieu vivant et multiethnique, soit le bar et restaurant Necci dal 1924. Son coquet jardin accueille les épicuriens pour un simple cocktail ou un délicieux repas, et ce, à toute heure de la journée. Puis on passera faire un tour sur la voie piétonnière via del Pigneto, centre névralgique du quartier, où se retrouvent en soirée nonna (grand-mères) italiennes, familles et fêtards. Un mélange on ne peut plus sympathique !

Le parc des aqueducs

Envie d’une bouffée d’air frais ? On prend alors la direction du parc des aqueducs, ou Parco degli Acquedotti ; une magnifique partie du grand parc Appia Antica, situé à environ 8 kilomètres du centre-ville (mais facilement accessible en transport en commun). Il charme non seulement par ses airs campagnards — on se croirait très loin de la cacophonie des grands boulevards ! —, mais surtout par les impressionnantes ruines des anciens aqueducs romains qui le traversent. (Les installations s’étendaient à l’origine sans interruption des monts Albain jusqu’au centre de la cité !)

Avant de s’installer sous l’un des grands arbres de l’endroit, on s’arrêtera à l’une des épiceries qui bordent l’entrée du parc pour faire le plein de fromages, de prosciutto et de vino, question de se concocter un savoureux pique-nique à saveur historique. On digérera le tout en se baladant entre les aqueducs juste avant le coucher du soleil, ce qui permettra d’observer la flore diversifiée de ce petit coin de verdure digne d’un jardin botanique.

Le musée MAXXI

Rome est reconnue pour ses musées d’art ancien, où se côtoient sculptures et tableaux de grands maîtres tels Caravaggio ou Bernini. Néanmoins, entre art de rue et expositions contemporaines, la ville propose aussi son lot d’art moderne. Pour faire le plein de beau — et de différent ! —, on se rendra au Musée national des arts du XXIe siècle, baptisé MAXXI. L’endroit impressionne autant par ses expositions toujours changeantes que par son architecture minimaliste et imposante. On fera le tour des expositions permanentes et temporaires (à l’air climatisé… ce qui est toujours agréable en pleine canicule italienne !), puis on se posera au joli bistro pour un espresso et un cornetto.

Situé dans le quartier Flaminio, le musée est adjacent à un coin de Rome plutôt méconnu : la piccola Londra (ou « petite Londres »). Il s’agit en fait d’une petite rue riche en devantures de maisons colorées qui rappellent les façades britanniques. On s’y arrêtera au moins le temps d’une photo !

Le bar-terrasse The Court

Nouveau venu sur la scène des bars-terrasses, The Court, installé dans l’hôtel de luxe Palazzo Manfredi, propose cocktails maison et délicieuses bouchées dans une ambiance somptueuse. Le clou du spectacle ? La vue in-com-pa-rable sur le Colisée ! Il faut s’attendre à payer un peu plus cher pour un cocktail (de 10 à 25 euros environ), mais on se régalera autant des yeux que du palais dans cet endroit unique en son genre, qui permet d’observer à sa guise — en tout confort et loin des foules — ce colosse romain, vedette de toutes les cartes postales.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.