abcdefghijklmnopqrstuvwxyz
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz
SONDAGE CROP-LA PRESSE

Les libéraux catapultés en tête

Les libéraux catapultés en tête

Dix ans après le scandale des commandites à Ottawa, après des mois de débat autour de la collusion à Québec, l’arrivée de deux nouveaux chefs, Philippe Couillard et Justin Trudeau, bouleverse l’échiquier politique. La marque de commerce libérale semble, d’un coup, réhabilitée.

C’est le constat percutant fait par CROP dans sa dernière enquête mensuelle, lancée au lendemain de l’accession de Justin Trudeau à la tête du Parti libéral du Canada (PLC). L’effet est aussi puissant que subit : honni depuis 10 ans, le PLC double d’un coup son fonds de commerce au Québec, passant de 19 à 38 % des intentions de vote ! 

Un mois après avoir pris les commandes du Parti libéral du Québec (PLQ), Philippe Couillard écrase ses adversaires sur la question du « meilleur premier ministre ». Il amène aussi le PLQ au sommet, à 38 %, une hausse de 9 points par rapport à l’enquête précédente, observe la maison de sondage. L’enquête a été réalisée du 17 au 22 avril à partir d’un échantillon de 1000 internautes.

En retrouvant des appuis chez les francophones, le PLQ aurait ainsi bénéficié d’une confortable avance si des élections avaient eu lieu cette semaine.

« C’est comme la fin d’un cycle pour la marque libérale », observe Youri Rivest, vice-président de CROP. Selon lui, les bons scores des libéraux à Ottawa et à Québec résultent d’une mobilisation nouvelle de leurs partisans, hésitants jusqu’ici à appuyer des partis malmenés dans l’opinion publique. 

Pour les adversaires, c’est la chute. Le PLQ soutire des votes au Parti québécois (PQ) comme à la Coalition avenir Québec (CAQ). 

À Ottawa, le PLC rafle des appuis surtout aux néo-démocrates, mais aussi aux conservateurs et au Bloc québécois. Les élections sont loin, l’effet de nouveauté peut s’émousser, mais mentionnons que pour trouver autant de francophones derrière le PLC – 32 % –, il faut remonter aux années Trudeau, celles de Pierre Elliot.

Pas de bonnes nouvelles pour Pauline Marois

Rien ne fonctionne du côté de Pauline Marois. L’insatisfaction à l’endroit de son gouvernement reste importante ; 65 % des gens sont mécontents, une proportion stable par rapport au mois dernier. Surtout, un Québécois sur trois se dit désormais « très insatisfait » de la gouvernance à Québec.

En ce qui concerne les intentions de vote, l’arrivée de Philippe Couillard assombrit le ciel pour Mme Marois et François Legault. Le PLQ aurait 38 % d’appuis avec M. Couillard à sa tête. Le PQ, pour sa part, glisse de quatre points en mars, à 25 %. Ainsi, par rapport au scrutin du 4 septembre, le PLQ a sept points de plus, le PQ sept de moins. La CAQ poursuit sa lente descente, à 22 % – trois points de moins qu’en mars. Le parti de François Legault a perdu cinq points depuis le 4 septembre. 

Avec un tel appui pour le tiers parti, ce n’est pas de sitôt que Pauline Marois sera renversée. À l’inverse, Québec solidaire (QS) poursuit ce qui paraît être une lente remontée – trois points depuis le début de l’année, un point, à 11 %, par rapport à mars. « Chaque point de QS, c’est autant qui échappe à Mme Marois », résume Youri Rivest.

Au jeu du « meilleur premier ministre », Philippe Couillard est catapulté en tête, un mois après son retour ; 28 % des gens le voient aux commandes, contre 16 % seulement pour Mme Marois – une chute de quatre points par rapport au mois de mars, mais de dix points comparativement à l’automne dernier. François Legault subit aussi une dégelée : il perd six points, à 14 %, en un mois. Il est 10 points derrière son score de décembre 2012.