POUR OU CONTRE

Yann Perreau

Le chanteur sera à l’International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu lundi prochain. Il sera de La grande nuit de la poésie de Saint-Venant-de-Paquette le 18 août et poursuivra sa tournée estivale à Québec, Dolbeau, Chicoutimi et Gatineau jusqu’en novembre, avant de commencer l’écriture de son prochain album au printemps 2019.

Un invité de La Presse+  prend position sur des sujets qui marquent son actualité.

cette semaine

Yann Perreau

Monter en montgolfière

POUR

« Oui, je ne l’ai jamais fait. On me l’avait offert la dernière fois que je suis allé au festival, mais ça ne concordait pas avec l’horaire du spectacle que je donnais. Mon plus vieux qui a 5 ans, je crois qu’il monterait aussi. Il aime l’action, alors j’imagine qu’il aimerait ça, aller dans le gros ballon. »

Travailler moins en été

POUR

« L’été prochain, c’est sûr et certain que je ne ferai que quelques contrats. Je suis pour un été tranquille à la maison avec la famille. À profiter et à savourer. J’aime voyager au Québec. On a du territoire à couper le souffle. Je le vois grâce à la musique, mais j’aimerais en profiter plus longtemps. Cet été, j’ai pu joindre l’utile à l’agréable en prolongeant mes séjours et en étant parfois avec la famille en région. Mes enfants ont déjà voyagé beaucoup. »

La liberté d’expression

POUR

« Dans le débat sur Slāv et Kanata, je penche plus vers le côté de la liberté d’expression, mais je suis en faveur du respect de la diversité. Je comprends les revendications des gens qui étaient contre les pièces, mais à mes yeux, la liberté d’expression prime. Je suis capable de comprendre et de me poser des questions quand une personne pense le contraire. Le but du théâtre est de jouer un autre. Le théâtre nous amène à rêver. Si une femme joue un homme, ce n’est pas grave. »

Les positions extrêmes dans ce débat

CONTRE

« Un discours cordial et posé me fait réfléchir. Ceux qui sont pour la liberté d’expression de façon radicale, ça ne me plaît pas. J’ai trouvé ça intense cet été. Il faut faire des nuances, prendre conscience des blessures. J’ai bien aimé la position d’Isabelle Picard intitulée “Laissez-moi dormir, Robert.” À la base, on ne serait pas d’accord, mais on se rejoindrait avec nos discours respectifs. Il faut aborder la chose avec calme et réflexion. »

Une large diffusion de la poésie

POUR

« Je vais être parmi les animateurs de La grande nuit de la poésie de Saint-Venant. L’organisateur David Goudreault est un bon ami et depuis Les 12 hommes rapaillés, je suis resté proche de Richard Séguin. C’est chez lui que ça se passe. Moi, je suis animé par la poésie. Je suis friand des mots et de la littérature. Je fais de la musique, alors pour moi, la poésie, c’est de la musique exprimée en mots. »

Être juge à l’émission La voix

POUR

« J’ai déjà été mentor à l’émission. Peut-être qu’avant, j’aurais répondu contre, mais de l’intérieur, j’ai découvert que c’est un super beau projet. On peut être contre le sensationnalisme ou le corporatisme de l’affaire, mais j’ai appris en le faisant et j’ai vécu un exercice d’humilité. Les chanteurs et chanteuses m’ont grandement impressionné. En écoutant Yama, j’ai pleuré. J’ai encore beaucoup à apprendre comme artiste. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.