Trois matchs à ne pas rater

Caroline à Atlanta, demain, 13 h

Ces deux rivaux de division ont perdu des joueurs importants à leur premier match. L’ailier rapproché Greg Olsen s’est fracturé un pied, ce qui privera les Panthers de l’une de leurs rares valeurs sûres en attaque. Du côté des Falcons, le demi de sûreté Keanu Neal (déchirure d’un ligament croisé antérieur) ratera toute la saison et le secondeur Deion Jones (pied) s’absentera pour un minimum de deux mois. Jones et Neal étaient deux des éléments clés d’une défense qui semblait sur le point de s’élever parmi les meilleures du circuit. La division Sud de la Conférence nationale est l’une des plus fortes de la ligue, alors l’équipe qui perdra ce match se retrouvera déjà en eaux troubles avec une fiche de 0-2.

Nouvelle-Angleterre à Jacksonville, demain, 16 h 25

On ne sait toujours pas si Leonard Fournette pourra participer à cette rencontre qui opposera les deux équipes finalistes de la Conférence américaine l’an dernier. La liste des blessés continue de s’allonger chez les Patriots. Le porteur de ballon Jeremy Hill ratera le reste de la saison, blessé à un genou. Il sera intéressant de voir si les Jaguars seront un peu plus offensifs dans leur choix de jeux qu’ils ne l’ont été lors de leur élimination de janvier dernier à Foxborough. Rappelons que les Jaguars menaient par 10 points au quatrième quart lors de ce match qu’ils ont fini par perdre 24-20.

Giants de New York à Dallas, demain, 20 h 20

Les parties opposant les Giants et les Cowboys sont rarement ternes. Les deux équipes ayant perdu leur match d’ouverture, la rencontre de demain soir est particulièrement importante. Dans une division qui compte également les Eagles de Philadelphie, aucune de ces deux formations ne veut prendre trop de retard. Saquon Barkley n’a pas déçu à son premier match professionnel. Le demi a totalisé 128 verges d’attaque et a inscrit un beau touché de 68 verges. La confrontation entre Barkley et Ezekiel Elliott devrait d’ailleurs être déterminante quant au résultat final.

— Miguel Bujold, La Presse

Football  NFL

Les Jets prennent de l’altitude

Finalement, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre auront peut-être un peu de compétition dans leur division. Étonnamment, les Jets de New York ont été l’une des équipes les plus impressionnantes de la première semaine d’activités dans la NFL.

Précisons d’emblée que leurs adversaire des Lions de Detroit, rossés 48-17 devant leurs partisans, avaient l’air particulièrement mélangés, lundi soir. Matt Patricia, leur nouvel entraîneur-chef et ancien bras droit de Bill Belichick, a beaucoup de boulot devant lui, c’est l’évidence.

Il reste que la défense des Jets volait sur le terrain. Grâce à Trumaine Johnson et Morris Claiborne, deux demis de coin à l’apogée de leur carrière, de même qu’au jeune demi de sûreté Jamal Adams, un joueur-étoile en devenir, la tertiaire n’a laissé aucune chance à Matthew Stafford et l’attaque des Lions.

Johnson, Claiborne et Adams ont tous réussi une interception, et le secondeur Darron Lee, un autre joueur émergent, en a réussi deux, en plus de marquer un touché. Heureusement pour leurs adversaires, la défense des Jets ne compte sur aucun chasseur de quarts de premier plan.

Les Jets voulaient remédier à ce problème. Selon les informations qui ont circulé, ils étaient intéressés à compléter une transaction avec les Raiders d’Oakland afin d’obtenir Khalil Mack, qui s’est finalement retrouvé chez les Bears de Chicago. Avec un joueur comme Mack, la défense des Jets aurait été terrifiante.

Le jackpot Darnold ?

En 2017, le jeu du quart-arrière Sam Darnold n’a pas toujours été très convaincant à l’Université du sud de la Californie (USC). C’est probablement pour cette raison qu’il était encore disponible lorsqu’est venu le tour des Jets de repêcher en avril dernier. Un an plus tôt, tout le monde s’attendait à ce qu’il soit le premier espoir sélectionné en 2018, mais il a plutôt été choisi au troisième rang.

Lundi soir, la toute première passe en carrière de Darnold a été interceptée, et le ballon a été ramené pour un touché. À partir de ce moment, l’ancien quart-arrière des Trojans a été brillant, complétant 16 de ses 20 passes pour 198 verges et 2 touchés.

La présence d’un entraîneur-chef de qualité comme Todd Bowles assurait la défense des Jets d’être solide. Bowles a fait sa marque comme coordonnateur défensif des Cardinals de l’Arizona. Ce dont on ne se doutait pas, c’est que le jeu de Darnold serait aussi bon, aussi tôt.

Ce n’est qu’un match, bien entendu. Mais Darnold a également connu un très bon calendrier préparatoire. C’est ce qui a convaincu les Jets d’échanger Teddy Bridgewater aux Saints de La Nouvelle-Orléans et de laisser le vétéran Josh McCown sur le banc.

À l’origine, les Jets possédaient la sixième sélection du premier tour en avril dernier. Ils ont acquis la troisième dans une transaction avec les Colts d’Indianapolis afin de s’assurer de pouvoir repêcher l’un des meilleurs quarts disponibles.

Les Browns de Cleveland ont choisi Baker Mayfield au premier rang, et les Jets n’ont pas hésité à prendre Darnold deux rangs plus tard. Selon le président des Jets, Christopher Johnson, l’échange avec les Colts pourrait s’avérer le point tournant pour l’équipe.

« C’est peut-être la décision la plus importante que cette organisation ait prise depuis très longtemps. Certainement depuis plusieurs années. »

— Christopher Johnson en entrevue avec le reporter Manish Mehta, du New York Daily News

De l’avis de tous ceux qui le connaissent, Darnold est un chic type, apprécié de ses coéquipiers, ce qui est toujours un élément essentiel chez un quart-arrière. Si son premier départ dans la NFL est un avant-goût de la carrière qu’il connaîtra, les fans des Jets l’aimeront, eux aussi.

89 millions à dépenser

L’optimisme est de mise dans le cas de Darnold, mais les Jets devront mieux l’entourer. Il n’y a pas de pilier sur la ligne offensive et aucun abonné au Pro Bowl parmi les receveurs et les demis offensifs – Quincy Enunwa, Robby Anderson, Isaiah Crowell, Bilal Powell sont de bons joueurs, mais aucun d’eux ne fait partie de l’élite.

La situation devrait toutefois changer en 2019. Selon le site overthecap.com, les Jets auront approximativement 89 millions de dollars à dépenser sous le plafond salarial la saison prochaine. Ils pourront donc greffer plusieurs joueurs de premier plan à leur formation, qu’il s’agisse d’un porteur de ballon comme Le’Veon Bell ou encore d’un chasseur de quarts comme Ziggy Ansah ou DeMarcus Lawrence, qui pourraient tous profiter de leur pleine autonomie en mars.

Les Jets auront tout cet espace sous le plafond salarial en partie parce que le salaire de Darnold sera relativement bas au cours des prochaines années. C’est d’ailleurs parce qu’ils n’ont pas encore à verser une fortune à leur quart partant que les Rams de Los Angeles, les Eagles de Philadelphie et les Bears de Chicago ont pu ajouter plusieurs joueurs de premier plan à leur formation respective.

Les Jets devraient être l’une des équipes les plus actives sur le marché de l’autonomie à leur tour, en mars. La domination des Patriots dans l’Est de la Conférence américaine tire peut-être à sa fin.

Les prédictions de Miguel Bujold

Caroline à Atlanta : Atlanta

Chargers de L.A. à Buffalo : Los Angeles

Minnesota à Green Bay : Minnesota

Houston au Tennessee : Houston

Cleveland à La Nouvelle-Orléans : La Nouvelle-Orléans

Miami aux Jets de N.Y. : New York

Kansas City à Pittsburgh : Kansas City

Philadelphie à Tampa Bay : Tampa Bay

Indianapolis à Washington : Washington

Arizona aux Rams de L.A. : Los Angeles

Detroit à San Francisco : San Francisco

Oakland à Denver : Denver

Nouvelle-Angleterre à Jacksonville : Jacksonville

Giants de N.Y. à Dallas : Dallas

Seattle à Chicago : Chicago

La semaine dernière : 10-4-1

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.