Les bienfaits des activités extérieures pour les élèves

La pratique d’activités en plein air a une incidence positive tant sur le bien-être physique que psychologique des jeunes. C’est pourquoi de plus en plus d’écoles privées offrent à leurs élèves des occasions de passer du temps en plein air, que ce soit lors des cours d’éducation physique, des activités parascolaires ou des sorties scolaires. Découvrez les bienfaits d’aller bouger dehors.

Source inépuisable d’inspiration pour les enfants, la nature stimule le jeu libre et actif chez eux et les incite à bouger et à explorer, ce qui favorise leur développement moteur. Les recherches ont prouvé qu’un environnement naturel, parce qu’il est diversifié, permet aux jeunes d’éveilleur leurs sens et représente une invitation à courir, à grimper, à sauter, etc. En pratiquant des activités extérieures, les enfants acquièrent donc des habiletés liées au développement moteur, comme l’agilité, la flexibilité, la motricité, la coordination et l’équilibre.

Aide à la concentration

Le contact avec la nature a une influence importante sur la concentration. Les résultats de plusieurs études suggèrent en effet que les effets bénéfiques de la nature sur le rétablissement de l’attention et de la concentration profitent aux personnes de tout âge (y compris aux enfants et aux adolescents), peu importe leur profil sociodémographique. Les écoles qui offrent à leurs élèves des occasions de pratiquer des activités en plein air contribuent donc à améliorer leur concentration, ce qui s’avère bon pour leurs études.

Contribue à prévenir la myopie

À la lumière des recherches actuelles, le temps passé à l’extérieur procurerait un effet protecteur contre la myopie. Les résultats d’une méta-analyse montrent, par exemple, que les enfants et les adolescents qui passent plusieurs heures à l’extérieur par semaine ont moins de risques de développer un problème de myopie. Bien que les activités de plein air ne s’avèrent pas une protection à elles seules contre les troubles de vision, elles peuvent toutefois contribuer à prévenir l’apparition de la myopie chez bon nombre de jeunes.

Prédispose au sommeil

Jouer dehors, dans la nature, faciliterait le sommeil chez les jeunes. La pratique d’activités extérieures expose en effet les enfants aux rayons du soleil, qui jouent un rôle primordial dans le sommeil. Le cycle circadien, véritable horloge interne de l’être humain, se trouve guidé par la lumière naturelle. Grâce à cette lumière, le corps reçoit les signaux hormonaux qui lui indiquent le moment opportun pour déclencher le cycle du sommeil.

Atténue les symptômes de TDA/H

La pratique d’activités de plein air permet d’atténuer les symptômes associés au trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H). Les études démontrent en effet que les enfants qui souffrent d’un TDA/H qui jouent régulièrement dans un environnement naturel présentent des symptômes moindres que ceux qui s’amusent dans des milieux extérieurs construits ou des milieux intérieurs. Jouer dehors contribue également à améliorer le comportement des jeunes qui en sont atteints.

Prévient les cas d’allergie

Selon certaines recherches, un contact hâtif des enfants avec différents allergènes présents dans la nature permettrait d’augmenter la désensibilisation à ces éléments. La nature pourrait également réduire le nombre de cas d’allergie, ou la sévérité des symptômes, puisqu’elle contribue à diminuer la pollution de l’air en milieu urbain, notamment grâce au rôle des arbres dans la filtration de l’air. Bouger dehors constituerait donc un atout pour réduire les allergies.

Source : «  Au Québec, on bouge en plein air ! — Avis sur le plein air  »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.