Cinéma

Plan large

Chaque semaine, nous vous proposons un panorama de l’actualité cinématographique

Actualités

Un dernier Conte pour tous pour Rock Demers

Le célèbre producteur québécois, à qui l’on doit la série Conte pour tous, tente présentement de mettre sur pied l’ultime volet – le 27e – dans lequel il serait impliqué. « Depuis le début, je cherche une histoire dans laquelle le personnage principal serait amérindien, a dévoilé à La Presse Rock Demers. Je l’ai trouvée grâce à un livre écrit par Jean-Louis Fontaine, un Innu de la Côte-Nord. L’intrigue est campée en 1960 et relate l’histoire d’un garçon de 11 ans qui passe plusieurs mois en forêt avec sa famille et qui nourrit ainsi son savoir, sa spiritualité, sa relation avec la nature. On entre dans l’esprit de ce garçon, dans sa construction, avant qu’il ne soit plus tard obligé d’aller dans un pensionnat. Le scénario est écrit et nous cherchons désespérément du financement. Jean Beaudry en signera la réalisation, et tous les acteurs seront issus des Premières Nations. » Le producteur compte ensuite passer le relais pour la suite de la série.

Un Oscar du film le plus populaire ? Vraiment ?

Avec la ferme intention de rallumer l’intérêt du public pour la cérémonie des Oscars, dont les cotes d’écoute ont été désastreuses cette année, le conseil des gouverneurs de l’Académie des arts et des sciences du cinéma a donné son aval cette semaine à de nouvelles mesures. On promet ainsi de resserrer le spectacle afin que sa durée ne dépasse pas trois heures. Aussi, quelques-uns des 24 trophées attribués lors du plus prestigieux gala hollywoodien seront remis pendant les pauses publicitaires. Les lauréats de ces catégories – qu’on présume plus techniques – auront néanmoins droit à leur moment de gloire lors d’un montage présenté plus tard au cours de la cérémonie. Surtout, on créera une nouvelle catégorie, destinée de façon distincte aux films « populaires », mais les critères de sélection n’ont pas encore été divulgués. L’Académie avait déjà essuyé des critiques au moment où le nombre des finalistes dans la catégorie du meilleur film est passé de 5 à 10, mais cette nouvelle annonce suscite la polémique auprès de plusieurs académiciens, qui estiment que le prestige associé à la statuette en sera diminué. L’Académie, qui, selon Variety, aurait pensé à ces nouvelles mesures à la suite des pressions du diffuseur ABC, a précisé que la création de cette catégorie n’empêchait d’aucune façon une production populaire d’être aussi citée dans la catégorie du meilleur film. À quoi bon alors ? Dossier à suivre…Le chiffre de la semaine

700 millions

Black Panther a récemment franchi la barre des 700 millions de dollars de recettes sur le marché intérieur, devenant ainsi le troisième film à atteindre ce score dans l’histoire du cinéma. Le record est détenu par Star Wars : The Force Awakens qui, lors de sa carrière dans les salles nord-américaines, a généré des recettes de 936,7 millions. Avatar arrive au second rang avec 760,5 millions.

Source : The Hollywood Reporter

À l’agenda

Deux grands classiques à l’Outremont

Deux beaux, grands et longs classiques sont présentés cette fin de semaine dans le cadre de la série Les films de notre vie au Théâtre Outremont. On pourra voir ou revoir sur grand écran – effet spectaculaire garanti – le célèbre Gone with the Wind, d’une durée de 3 h 58, ainsi qu’Apocalypse Now dans sa version longue (durée de 3 h 23). Notez que ces deux films sont présentés en version originale anglaise avec sous-titres français.

Red Road à la Cinémathèque québécoise Andrea Arnold, qui réalise en ce moment les sept épisodes de la deuxième saison de la série Big Little Lies, a lancé ce premier long métrage, puissant, au Festival de Cannes en 2006. Ce drame urbain avait valu en outre à la réalisatrice écossaise le prix du jury. Red Road est présenté dimanche à 19 h, dans le cadre du cycle Femmes, femmes.

Cinéma urbain : Le grand bleu

Pour souligner le 30e anniversaire du film de Luc Besson, Le grand bleu fera l’objet d’une projection extérieure gratuite à la place de la Paix, mardi à 20 h 30. Mettant en vedette Jean-Marc Barr, Jean Reno et Rosanna Arquette, ce long métrage a ouvert le Festival de Cannes en 1988 et a ensuite attiré plus de 9 millions de spectateurs dans les salles françaises.

Les sorties en salle du 17 août

7 jours pas plus de Héctor Cabello Reyes

Alpha d’Albert Hughes

Gaspard va au mariage d’Antony Cordier

Mile 22 (Cible 22) de Peter Berg

Puzzle de Marc Turtletaub

Le rire de ma mère de Pascal Ralite et Colombe Salignac

Ryuichi Sakamoto : Coda de Stephen Nomura Schible

Wall (Le mur) de Cam Christiansen

The World According to André de Kate Novack

Bande-annonce

Le deuxième film de László Nemes

En 2015, le cinéaste hongrois László Nemes avait secoué le monde du cinéma avec Le fils de Saul. Ce drame, dans lequel la Shoah n’avait jamais été évoquée de cette façon, a pratiquement raflé tous les prix, dont l’Oscar du meilleur film en langue étrangère. Son deuxième long métrage, dont le titre international est Sunset, sera lancé à la Mostra de Venise, en lice pour le Lion d’or, et sera ensuite présenté au festival de Toronto. Aucune date de sortie québécoise n’est encore fixée pour ce drame historique.

Qui a dit ?

« Le jour où mon agent m’a appris que Spike Lee souhaitait me donner un rôle fut l’un des plus heureux de ma vie. Il a cependant été suivi par l’un des pires moments de ma carrière parce que j’ai dû me taper toute cette merde qui sortait de la bouche du personnage ! »

— Topher Grace, interprète de David Duke, suprémaciste blanc et ancien « Grand Wizard » du Ku Klux Klan, dans BlacKkKlansman.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.