Argentine

- 38 %

La Bourse d’Argentine s’est effondrée hier au lendemain du revers du président libéral sortant Mauricio Macri aux élections primaires, considérées comme une répétition générale de la présidentielle d’octobre. Le peso a quant à lui perdu 19 % par rapport au dollar américain. Le candidat de centre gauche Alberto Fernández et sa colistière Cristina Kirchner ont obtenu 47 % des suffrages, contre 32 % pour Mauricio Macri et son colistier Miguel Ángel Pichetto.

— Agence France-Presse

belgique

Inculpé pour « participation » aux attentats de Bruxelles

Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des attentats français du 13 novembre 2015, a été formellement inculpé en Belgique dans le dossier des attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles, a-t-on appris hier auprès du parquet fédéral. Salah Abdeslam, 29 ans, a été inculpé de « participation aux activités d’un groupe terroriste », a précisé le parquet fédéral belge, confirmant une information circulant dans la presse belge depuis quelques jours. Les attentats-suicides, revendiqués par le groupe État islamique (EI), avaient fait 32 morts et plus de 340 blessés à l’aéroport international de Bruxelles-Zaventem et dans une station de métro de la capitale européenne. Ils avaient été commandités depuis la Syrie et organisés par une cellule franco-belge également à l’origine des attaques du 13 novembre 2015 à Paris (130 morts). Le procès des attentats djihadistes de Bruxelles s’ouvrira l’an prochain, tandis que celui des attentats de Paris doit se tenir en 2021, au plus tôt.

— Agence France-Presse

République démocratique du Congo

Deux traitements prometteurs contre le virus Ebola

Les scientifiques peuvent caresser l’espoir d’un remède au virus Ebola, deux médicaments ayant augmenté le taux de survie de patients dans le cadre d’un essai clinique en République démocratique du Congo (RDC), ont annoncé hier les autorités sanitaires américaines, qui ont cofinancé l’étude. La phase actuelle de cette étude, lancée en novembre en RDC, sera arrêtée afin que tous les futurs patients reçoivent ces traitements ayant démontré des résultats positifs, ont ajouté les Instituts nationaux de santé américains (NIH). « Les résultats préliminaires des 499 participants ont montré que les individus recevant [les traitements] REGN-EB3 ou mAb114 ont une plus grande chance de survie par rapport aux participants des deux autres branches » de l’étude, ont-ils fait savoir. Les patients qui recevaient les deux autres traitements, Zmapp et Remdesivir, pourront faire le choix de changer pour les deux médicaments ayant prouvé leur efficacité. Selon Jeremy Farrar, directeur de la fondation britannique Wellcome Trust, cette avancée sauvera « sans aucun doute des vies ». — Agence France-Presse

Norvège

L’assaillant de la mosquée devant le juge

Yeux au beurre noir, visage tuméfié mais souriant, l’auteur d’une fusillade dans une mosquée des environs d’Oslo, également suspecté du meurtre de sa demi-sœur, a été placé hier en détention provisoire, accusé d’« acte terroriste » et d’« homicide ». Âgé de 21 ans, Philip Manshaus, à qui la police prête des « vues d’extrême droite » et des « positions xénophobes », rejette les accusations portées contre lui et a demandé à être relâché. Visage, mains et cou couverts d’hématomes et d’égratignures vraisemblablement occasionnés quand des membres de la mosquée l’ont maîtrisé, il a fait sa première apparition publique hier lors de sa présentation devant le tribunal d’Oslo. Vêtements sombres et cheveux courts, il est entré dans le prétoire en souriant aux caméras. À l’issue de l’audition, tenue à huis clos, le juge a ordonné sa mise en détention provisoire pour quatre semaines, dont les deux premières en isolement total. Selon son avocate Unni Fries, Manshaus avait pour sa part demandé sa mise en liberté. « Il rejette les accusations et exerce son droit à ne pas s’expliquer », a-t-elle déclaré à la presse. — Agence France-Presse

explosion à caractère nucléaire en Russie

L’accident lié aux tests de « nouveaux armements »

Moscou — Quatre jours après l’explosion à caractère nucléaire ayant fait au moins cinq morts sur une base du Grand Nord, les autorités russes ont reconnu hier que l’accident était lié aux tests de « nouveaux armements », promettant de les mener « jusqu’au bout ».

Des experts américains ont estimé que l’accident pourrait être lié aux tests du missile de croisière « Bourevestnik », l’une des nouvelles armes « invincibles » vantées par le président Vladimir Poutine en début d’année.

Sans être aussi précise, l’agence nucléaire russe, Rosatom, a assuré hier, en célébrant la mémoire des cinq membres de son personnel tués, vouloir « continuer le travail sur les nouveaux types d’armes, qui sera dans tous les cas poursuivi jusqu’au bout ».

« Nous remplirons les devoirs que nous a confiés notre Patrie. Sa sécurité sera entièrement assurée », a ajouté le patron de Rosatom, Alexeï Likhatchev, cité par les agences de presse russes.

L’armée avait auparavant annoncé la mort de deux « spécialistes », sans que l’on sache s’ils sont inclus dans les cinq morts évoqués par l’agence nucléaire russe.

Tests en mer

D’après l’agence nucléaire, ses spécialistes fournissaient de l’ingénierie et du soutien technique pour « la source d’énergie isotopique » du moteur du missile à l’origine de l’explosion, qui s’est produite sur une « plateforme maritime » et qui a jeté plusieurs employés à la mer.

Immédiatement après l’accident, le ministère de la Défense avait seulement déclaré que les faits s’étaient produits au cours de l’essai d’un « moteur-fusée à ergols liquides », mais n’avait pas décrit l’accident comme impliquant du combustible nucléaire.

Il avait alors assuré qu’il « n’y a pas eu de contamination radioactive », mais la mairie d’une ville située près de la base avait dit avoir « enregistré une brève hausse de la radioactivité » avant de retirer sa publication.

Missiles « invincibles »

Le président russe avait fait sensation l’année dernière, puis au début de 2019, en présentant la nouvelle génération de missiles développés par son pays, « invincibles », « indétectables » ou « hypersoniques ». Il a menacé de déployer ces nouvelles armes pour viser les « centres de décision » dans les pays occidentaux.

Des experts ont lié l’accident de jeudi aux tests de l’une de ces nouvelles armes : le « Bourevestnik » (« oiseau de tempête » en russe), missile à propulsion nucléaire dévoilé en grande pompe par Vladimir Poutine en février, mais pas encore au point selon les spécialistes. D’une « portée illimitée » selon le président, il serait capable de surmonter quasiment tous les systèmes d’interception.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.