Patinage de vitesse courte piste

Une fille en or et un moustachu en argent

La séance avait pourtant bien mal commencé pour l’équipe canadienne avec Charles Hamelin, son leader spirituel, visitant les matelas après un contact malheureux avec un marqueur de tracé.

Heureusement, Kim Boutin veillait au grain. De même que Steven Dubois, un petit moustachu qui n’a pas froid aux yeux, et qui s’est fait de nombreux nouveaux partisans samedi après-midi à l’aréna Maurice-Richard.

Impériale depuis le début de la saison, Boutin a poursuivi sa lancée irrésistible en gagnant la finale du 1000 m de la Coupe du monde de patinage de vitesse courte piste de Montréal. Sa nette domination lui a permis de serrer le poing droit quelques mètres avant de traverser la ligne d’arrivée. Dans un sport où les millièmes de seconde sont parfois nécessaires pour départager le classement, ça voulait tout dire.

« C’est trois en trois », a souligné Boutin, victorieuse au 500 m et au 1500 m une semaine plus tôt à Salt Lake City. « D’avoir gagné une médaille d’or dans chacune des distances, ça me fait du bien. Ç’a été quand même une journée stressante pour moi. De retomber sur le 1000 m, les repères sont différents. Je suis vraiment contente de revenir avec une médaille d’or, en plus de voir mes fans. C’est parfait. »

Parfaite, l’athlète de 24 ans l’a été depuis les Championnats canadiens du mois d’octobre, elle qui n’a pas perdu une seule ronde, toutes compétitions confondues. Sans compter ce record mondial sur 500 m éclipsé en Utah.

« Je ne sais pas si je suis en confiance. Je pense que je me sens bien. C’est un beau début de saison, surtout à l’international, donc je suis contente de la façon dont je cours. Je ne m’assois pas là-dessus, vraiment pas. Je reste encore très fébrile pour [dimanche]. »

— Kim Boutin

Samedi, la triple médaillée olympique se félicitait surtout de son comportement face à deux rivales coréennes, la jeune Seo Whi-min et Kim Alang, qui se sont liguées contre elle en tête de peloton. Patiente, la Québécoise s’est déportée à l’extérieur pour reprendre Kim avant de plonger à l’intérieur et devancer Seo, impuissante.

« Je suis vraiment contente d’avoir fait un [dépassement] intérieur, s’est réjouie Boutin. c’est un de mes points faibles que je dois travailler. »

Kim Alang est tombée deux tours plus tard avant de heurter violemment les coussins de protection. Elle est restée étendue de longues minutes, ce qui a un peu refroidi les célébrations. Heureusement, elle a quitté la patinoire sur ses deux jambes. Seo Whi-min a remporté l’argent et la Chinoise Fan Kexin, le bronze.

Seul bémol pour Kim Boutin : elle n’a pas pu se mesurer à la Néerlandaise Suzanne Schulting, pénalisée pour un dépassement irrégulier en demi-finale. La championne mondiale et olympique en titre a accueilli la décision avec un gros mot bien senti.

« Le calibre aurait été différent dans cette course-là avec Suzanne, a reconnu la native de Sherbrooke. J’ai juste hâte à [dimanche] pour voir si on peut courir une finale ensemble [au 500 m]. »

La fine moustache

Moins attendu (et beaucoup moins connu) que Boutin, Steven Dubois s’est fait un nom après sa déconvenue de la semaine dernière à Salt Lake City, où il a chuté à ses deux épreuves individuelles. Le champion canadien, qui ne vise rien de moins qu’un titre mondial au printemps, l’avait très mal pris et se reprochait ces deux erreurs de concentration.

Lui aussi encerclé par des adversaires asiatiques, Dubois a joué de finesse pour surprendre le rapide Chinois Han Tianyu à l’intérieur et filer vers la deuxième place, son meilleur résultat individuel sur le circuit après trois médailles de bronze l’hiver dernier.

« C’est incroyable, a réagi le patineur de Lachenaie. Je savais que j’avais ça en moi. Mais de le réaliser, surtout au 1000 m, que je considère comme ma moins bonne distance… »

« J’ai failli pleurer tantôt. Je suis tellement content. Il n’y a pas de meilleur feeling que ça. »

— Steven Dubois

Après sa manœuvre sur le Chinois, futur médaillé de bronze, Dubois a perdu un peu de son élan, ce qui a condamné ses efforts pour revenir sur Hwang Dae-heon. Le Sud-Coréen, auteur de quelques mimiques de son cru, a signé sa troisième victoire d’affilée à cette épreuve.

Dubois, poids plume de 58 kg, a lui aussi le sens du spectacle. Pour faire baisser sa tension intérieure, il s’est amusé à lisser les pointes de sa moustache, « l’aileron qui m’aide à rester plus bas »…

Bien chauffé par l’expert-annonceur Dany Lemay, le public de l’aréna Maurice-Richard a semblé apprécier le spectacle, même si seulement la première moitié de l’enceinte de 4500 sièges était à peu près remplie. Invités par les organisateurs, Gaétan Boucher, la ministre Isabelle Charest et la médaillée olympique Marianne St-Gelais ont pu voir que la relève se porte bien.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.