Coupe Rogers

Monfils fait le spectacle… et gâche la soirée !

Le Français déclare forfait juste avant sa demi-finale contre Rafael Nadal

Après la pluie, c’est une autre tuile qui est tombée sur les organisateurs de la Coupe Rogers, hier, avec le forfait du Français Gaël Monfils juste avant sa demi-finale contre le favori, Rafael Nadal.

En raison de la pluie et d’un concours de circonstances, c’est toute la séance de la soirée qui a dû être annulée, une décision qui prive le tournoi de revenus importants. « Une soirée comme ça, c’est près d’un million, a estimé le directeur de la Coupe Rogers, Eugène Lapierre. Nous allons rembourser tous les détenteurs de billets pour cette séance du soir. »

On sentait évidemment beaucoup de déception et un peu de colère chez les spectateurs qui quittaient le stade bien avant l’heure prévue et alors que la soirée s’annonçait confortable. « Nous n’avons malheureusement aucun contrôle sur des situations comme ça, a insisté Lapierre. Le report du match de Monfils hier soir [vendredi] nous a obligés à bousculer l’horaire. Avec le recul, nous aurions pu faire des choses différemment, garder le match de double de Denis Shapovalov sur le central, mais je pense que nous aurions eu de sérieuses plaintes si nous n’avions pu présenter que ce match. »

Lapierre a aussi expliqué qu’il était impossible de laisser les détenteurs de billets de la soirée assister à la fin de l’autre demi-finale entre les Russes Daniil Medvedev et Karen Khachanov, puisque les places étaient réservées aux détenteurs de billets pour la séance du jour. « C’est une question de sécurité », a-t-il souligné. 

« Nous allons rembourser [les détenteurs de billets], c’est la seule option. »

— Eugène Lapierre, directeur de la Coupe Rogers

Tennis Canada devrait quand même récupérer une partie de ses pertes. « Pour la première fois cette année, nous avons une assurance sur les trois derniers matchs : les demi-finales et la finale, a révélé Lapierre. Il faudra voir les détails, mais on devrait récupérer tout près d’un demi-million. Ça fera quand même un trou, mais nous avons eu de très bonnes journées au début du tournoi et on est toujours en ligne pour un record. »

Une finale Nadal-Medvedev

Qualifié plus tôt dans l’après-midi après avoir remporté de façon spectaculaire le match de quart de finale qui l’opposait à l’Espagnol Roberto Bautista Agut, Gaël Monfils a évoqué une blessure à une cheville qui le gênait depuis le début de la semaine, et qu’il a aggravée pendant le match.

« Quand mon entraîneur a vu ma cheville, il m’a dit que je n’avais aucune chance [de jouer en soirée]. Je me disais : “Mais on ne sait jamais.” […] J’adore ces matchs, en soirée, contre Rafa [Nadal]. C’est pour ça que je joue au tennis, pour ces grands moments, le grand spectacle. Mais il m’a dit : “Pas cette fois.” Il a raison parce qu’on a galéré toute l’année avec des blessures et que je risque ensuite de ne plus pouvoir jouer toute la saison sur dur. »

Le Français a expliqué qu’il espérait quand même disputer le prochain tournoi, à Cincinnati. « Je vais m’y rendre [aujourd’hui] et on verra [demain] si je peux m’entraîner. Si c’est le cas, j’espère jouer mon premier match mardi. »

À Montréal, la finale opposera donc l’Espagnol Rafael Nadal, champion en titre, au Russe Daniil Medvedev. Ce dernier a écarté hier son compatriote Karen Khachanov 6-1, 7-6 (6). « Nous nous connaissons depuis longtemps et n’aimons pas vraiment jouer l’un contre l’autre, mais c’était quand même spécial, puisque le vainqueur devenait le meilleur Russe au classement. »

Remarquable cette saison sur surface dure, avec déjà quatre titres, Medvedev en sera à sa deuxième finale en deux semaines. Il a perdu devant l’Australien Nick Kyrgios dimanche dernier à Washington. Ce sera son premier match en carrière contre Rafael Nadal.

« J’ai joué contre Novak [Djokovic] et Roger [Federer] quelques fois déjà, et c’est vraiment extra spécial d’affronter ces grands joueurs. C’est différent, je dois bien le dire. Il y a une pression supplémentaire. En même temps, c’est amusant de jouer contre eux. J’ai travaillé pour ça toute ma vie. Enfant, je les voyais gagner des tournois du Grand Chelem à la télévision. Je n’aurais jamais pensé pouvoir jouer contre eux. Surtout dans une finale de Masters 1000.

« Mais je ne serai pas intimidé. Je ne sais pas si c’est le meilleur moment, mais c’est vrai que je joue bien actuellement. Je pense que si je peux jouer comme ça, ce ne sera pas facile pour lui. »

« Ce sera une grosse bataille. Je veux gagner chaque match que je joue. J’espère pouvoir le faire demain. »

— Daniil Medvedev, parlant de son match à venir contre Rafael Nadal

Nadal, qui disputera sa 51finale en Masters 1000, un record, sera à la recherche d’un cinquième titre à la Coupe Rogers. Quand on a demandé à son adversaire si l’Espagnol serait avantagé de ne pas avoir eu à jouer hier, il a répondu : « Je ne suis pas sûr que ce soit un grand avantage, car il a dû attendre toute la journée. C’était tard, donc il n’a sans doute pas eu le temps de s’entraîner. »

Et comme des milliers de spectateurs, Nadal est sans doute rentré à l’hôtel hier soir un brin agacé !

TERMINÉ POUR SHAPOVALOV ET BOPANNA

Denis Shapovalov et son partenaire Rohan Bopanna ont bien failli se qualifier pour la finale du double, hier, mais ils se sont inclinés de justesse, 7-6 (3), 7-6 (7), devant les Néerlandais Robin Haase et Wesley Koolhof. Le match avait été déplacé sur le court Banque Nationale, au grand plaisir des spectateurs qui n’avaient pas de billet pour le Court central, et c’est finalement là que s’est terminé le programme de la journée après l’annulation de la deuxième demi-finale. Le Français Gaël Monfils a d’ailleurs tenu à s’adresser aux spectateurs, après le match de double, pour s’excuser de son forfait et remercier les amateurs pour leur soutien tout au long de la semaine.

AUJOURD’HUI

13 h 30 : Robin Haase et Wesley Koolhof c. Marcel Granollers et Horacio Zeballos

16 h : Daniil Medvedev c. Rafael Nadal

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.