MLS

L’Impact perd et souhaite plus de « respect » de la ligue

CINCINNATI — L’Impact de Montréal n’a pas été en mesure de gâcher les débuts de Yoann Damet à titre d’entraîneur-chef par intérim du FC Cincinnati en subissant une défaite de 2-1 hier après-midi, au stade Nippert.

Damet, un ancien de l’Académie de l’Impact de Montréal nommé au poste mardi, a vu sa troupe mettre fin à une séquence de sept matchs sans victoire. Cette série d’insuccès s’était amorcée après un gain de 2-0 contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre le 24 mars et comprenait six revers, dont cinq de suite.

De son côté, l’Impact n’a pas réussi à réaliser une semaine parfaite à l’étranger après sa belle victoire face aux Red Bulls de New York mercredi soir. La formation montréalaise avait une chance d’inscrire une cinquième victoire à l’extérieur de Montréal cette saison, et une troisième d’affilée en terrain ennemi, ce qui aurait constitué deux records d’équipe pour une même saison.

Si elle peut paraître décevante au premier abord, cette défaite na pas fâché l’entraîneur-chef de l’Impact. Au contraire, Rémi Garde est même allé jusqu’à qualifier ses joueurs de héros.

« Ce qu’on vient de nous faire faire, depuis deux mois de jouer des matchs à l’extérieur. Dix matchs à l’extérieur, en si peu de temps, les enchaîner, jouer en milieu de semaine à 20 h, être la dernière équipe qui joue à 20 h, être la première qui joue à 13 h. Je l’ai vu ce match depuis le début du calendrier et j’ai dit que ce n’était pas normal », a lancé Garde.

« Maintenant, je pense qu'il faut une équité dans cette ligue. Il faut que l'Impact soit mieux respecté. Je le dis tranquillement, mais ce n'est pas normal. »

— Rémi Garde

Garde a ajouté : « La fatigue des joueurs, vous voyez bien que j’ai plus de blessés que de joueurs valides. On sait bien qu’il y a un problème quelque part. Nous faire rejouer aujourd’hui à 13 h, en pleine chaleur, à l’étranger, sur un terrain qui n’était pas digne de ce nom, ce n’est pas nous respecter. »

Le match en un coup d'œil

Le FC Cincinnati a marqué ses 2 buts grâce à seulement deux tirs cadrés. L’Impact a dirigé 11 tirs vers le filet adverse, dont 3 ont touché la cible. La troupe montréalaise a également profité de 6 tirs de coin.

Lors de ses cinq dernières sorties, le FC Cincinnati avait été incapable d’inscrire le moindre but. La disette, de 531 minutes, s’est terminée dès la septième minute de jeu lorsqu’Allan Cruz a déjoué Evan Bush d’un tir qui a d’abord donné sur la barre horizontale à la droite du gardien de l’Impact.

Plutôt amorphe en première demie, l’Impact (6-5-2) a marqué son seul filet du match pendant la 75e minute de jeu, grâce à Orji Okwonkwo.

L’attaquant nigérian, qui était entré dans la rencontre 12 minutes plus tôt à la place de Micheal Azira, a inscrit son deuxième but de la saison, et son premier depuis le 16 mars. Il y est parvenu en faisant dévier de la tête une belle passe de Maximiliano Urruti derrière le gardien Spencer Richey.

Ce but ne faisait toutefois que couper de moitié l’avance du FC Cincinnati, qui avait porté le pointage à 2-0 à la 62e minute à l’aide d’un but de Fatai Alashe, après une défaillance défensive de l’Impact.

Malgré une pression soutenue, une chance de qualité pour Anthony Jackson-Hamel à la 90e minute de jeu et six minutes de temps ajouté, les hommes de Rémi Garde n’ont pas obtenu le but qui leur aurait permis de récolter au moins un point au classement.

L’Impact aura toute la semaine pour se préparer à son prochain match, qui aura lieu samedi au stade Saputo contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.