Sondage

Les Américains ont une opinion plus négative de la Chine 

Les Américains n’ont jamais eu une opinion aussi négative de la Chine depuis au moins une quinzaine d’années, au moment où Donald Trump est engagé dans un bras de fer avec Pékin sur plusieurs fronts, notamment commercial, selon une étude du Pew Research Center publiée hier. Selon ce sondage, 60 % des personnes interrogées aux États-Unis ont une opinion « défavorable » de la Chine, contre seulement 47 % en 2018. C’est, de loin, le taux le plus élevé depuis que ce centre de recherche américain a commencé à poser cette question, en 2005. La tendance est encore plus marquée chez les sympathisants républicains que chez les démocrates. Les opinions sont majoritairement négatives au sujet de l’état actuel des relations économiques entre Washington et Pékin (53 %), sur la gestion politique du président chinois Xi Jinping (50 % de méfiants contre 37 % de confiants) et sur la puissance militaire croissante du pays (81 % estiment que c’est une « mauvaise chose » pour les États-Unis). Le sondage a été réalisé du 13 mai au 18 juin auprès de 1503 adultes américains. — Agence France-Presse

États-Unis

Des pâtes à vie… pour 500 $US

Pour les aficionados des spaghettis sauce bolognaise et des tagliatelles à la carbonara, la chaîne américaine de restaurants Olive Garden a une offre alléchante : des pâtes à vie et à volonté pour 500 $US. Le Pasta Pass, qui promet aussi de la soupe, de la salade et des gressins en illimité, sera réservé à 50 personnes.Il sera mis en vente le 15 août en même temps que 24 000 cartes à 100 $US pour des pâtes à satiété pendant neuf semaines. Les laissez-passer devraient filer rapidement, Olive Garden ne prévoyant que 30 minutes ou « jusqu’à ce que tout soit vendu » pour tenter sa chance. — Agence France-Presse

Tarifs reportés

Trump relâche la pression sur la Chine

Donald Trump a relâché la pression hier dans la guerre commerciale menée contre Pékin en retardant l’imposition de tarifs punitifs sur une série de produits de grande consommation, un geste aussi adressé au consommateur américain avant les achats de fin d’année.

Cette initiative saluée avec enthousiasme par les marchés et des importateurs apparaît en effet comme un cadeau aux consommateurs américains qui craignaient des hausses de prix autour des Fêtes à cause des tarifs douaniers.

« Nous faisons ça pour Noël juste au cas où cela aurait un impact sur le consommateur américain », a reconnu Donald Trump, s’empressant de souligner que « pour l’instant », les taxes qu’il a imposées aux importations chinoises n’avaient eu « aucun effet ». « Nous les avons reportés [les tarifs] pour qu’ils n’aient pas d’influence sur les fêtes de fin d’année », a-t-il ajouté.

Responsables chinois et américains ont eu un entretien téléphonique qualifié par le président américain de « très productif ».

Le gouvernement américain a donc annoncé qu’il reportait au 15 décembre l’instauration de tarifs douaniers supplémentaires de 10 % sur les produits électroniques chinois qui était prévue pour le 1er septembre.

Les marchés rebondissent

Cette décision, qui retarde de deux mois et demi la taxation par Washington d’une grande partie des 300 milliards US d’importations chinoises, a immédiatement fait rebondir les marchés.

Déjà 250 milliards US de marchandises et matériaux chinois sont taxés par les Américains depuis un an dans le cadre de cette escalade tarifaire visant à forcer Pékin à modifier l’accès à son marché et à réduire son excédent commercial.

Dans un communiqué, les services de l’ambassadeur des États-Unis au commerce (USTR) précisent que le report touche les téléphones portables, ordinateurs portables ou consoles de jeux « made in China ».

Ce report va soulager les importateurs et les distributeurs américains qui voyaient d’un mauvais œil un renchérissement du prix de leurs importations dès septembre, à l’entame de la saison des achats de fin d’année.

« On est certainement soulagés qu’une grande partie des marchandises ne soient pas touchées durant la saison des Fêtes », a réagi pour l’AFP Rebecca Mond, vice-présidente de l’Association professionnelle du jouet. « Mais on aimerait que ces tarifs douaniers disparaissent complètement », a-t-elle ajouté.

D’autres produits, qui sont liés à la santé ou à la sécurité notamment, seront en outre exemptés de tarifs, a indiqué l’USTR. Les bibles imprimées en Chine en font partie, a précisé l’administration.

Ce geste du gouvernement Trump intervient alors que les tensions commerciales entre Pékin et Washington s’étaient aggravées lorsque Washington a officiellement accusé la Chine de manipuler sa monnaie la semaine dernière pour en tirer un avantage compétitif sur le front des exportations.

Encore en fin de semaine dernière, la Maison-Blanche était apparue pessimiste sur la poursuite immédiate des discussions avec Pékin. Elle a laissé planer un doute sur le maintien du prochain rendez-vous à Washington pour des négociations début septembre.

« Nous ne sommes pas prêts à signer un accord […]. On les a dénoncés pour manipulation [de monnaie]. On va voir si on maintient notre rencontre en septembre. Si on le fait, c’est bien, si on ne le fait pas, c’est bien aussi », avait affirmé vendredi le président américain Donald Trump.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.