Mon poisson est-il traçable ?

Comment votre poisson a-t-il été pêché ? Dans quelles conditions a-t-il été élevé ? D’où provient-il ? De quelle espèce s’agit-il ? Une traçabilité complète, de la pêche à votre assiette, vous permet de répondre à ces questions tout en vous aidant à prendre des décisions éclairées et à faire des choix responsables qui répondent à vos attentes et à vos convictions. Voici en quoi ça consiste.

La traçabilité, c’est quoi ?

À l’image d’un passeport dont les timbres racontent l’itinéraire d’un voyage, l’approvisionnement en poissons et fruits de mer peut lui aussi être documenté à l’aide d’un système de traçabilité. Dans le cadre de cette bonne pratique, chaque fournisseur est tenu de fournir des renseignements relatifs à ses produits – le nom scientifique de l’espèce, sa provenance et le type de pêche ou d’élevage.

Ces informations peuvent ensuite se retrouver en épicerie, directement sur les produits. Cet étiquetage informatif vous renseigne non seulement sur les origines des poissons et fruits de mer que vous mettez dans votre assiette, mais aussi sur les pratiques de pêche et d’élevage auxquelles ils ont été soumis.

Pourquoi c’est important ?

La traçabilité est essentielle pour déterminer si un produit est durable ou non, et s’il répond à nos exigences et valeurs personnelles. Les informations transmises par les fournisseurs sont utilisées pour faire une analyse objective des données scientifiques et statuer sur la durabilité du produit. Par exemple :

Le nom scientifique

Le nom scientifique (en latin) est un élément indispensable de la traçabilité. Puisqu’il est unique à chaque espèce, il permet d’éliminer la confusion créée par les noms communs. Comme certaines espèces sont menacées ou en voie de disparition, l’utilisation du nom scientifique évite d’exploiter et de consommer de telles espèces. On vise leur rétablissement, et non leur extinction !

La provenance

Un bon système de gestion des pêches peut faire la différence entre un stock en santé et un stock menacé. La provenance de l’espèce a donc une importance majeure puisque d’un endroit à l’autre, les mesures de gestion peuvent être complètement différentes. Un stock bien géré respectera les recommandations des scientifiques et tiendra compte de différents éléments comme les quotas, les saisons de pêche, les restrictions sur les engins de pêche, les permis et les zones de fermeture. Le tout permet d’assurer une belle offre de produits, sans compromettre la survie des populations.

Le type de pêche

Au cœur de la pêche durable se trouve le principe de sélectivité. Les méthodes qui permettent de retourner à l’eau les espèces non désirées ou qui évitent de capturer les poissons juvéniles seront considérées comme plus durables. Le type de pêche doit donc être pris en considération puisqu’il a des répercussions sur la pérennité des espèces.

La capacité de conserver les informations de traçabilité d’un poisson ou fruit de mer, de la pêche à l’assiette, permet donc d’assurer une offre de produits durables, de même qu’un maximum de choix à l’épicerie !

Garantie Fraîcheur traçable

De la pêche à votre assiette  !

Un saumon en papillote. Du poisson frit croustillant. Pour s’assurer que les générations futures pourront elles aussi savourer ces plaisirs, il faut dès aujourd’hui agir pour protéger la santé des océans et préserver ses ressources. Voilà pourquoi Metro a mis en place un système de traçabilité rigoureux pour documenter sa chaîne d’approvisionnement depuis la zone de pêche ou la ferme d’élevage jusqu’à votre assiette. Rencontre avec Alexandra Leclerc, spécialiste de la pêche durable et du bien-être animal pour l’entreprise.

Depuis combien de temps êtes-vous spécialiste de la pêche durable et du bien-être animal pour Metro  ?

Alexandra Leclerc

Je travaille pour Metro depuis juillet 2017, donc depuis environ un an et demi. J’ai toujours été fascinée par le milieu marin, c’est pour ça que j’ai opté pour un baccalauréat en biologie marine et une maîtrise en gestion de la faune et de ses habitats. Grâce à mon emploi, j’ai l’impression d’être un vecteur de changement, ne serait-ce que dans l’assiette des consommateurs.

En quoi consiste le rôle de spécialiste de la pêche durable et du bien-être animal  ?

AL

Mon principal rôle est de veiller à ce que la politique de pêche et d’aquaculture durables de Metro soit appliquée dans l’ensemble de nos pratiques. Je suis chargée de l’évaluation des produits et de la mise à jour annuelle de notre diagnostic. Autrement dit, je dois m’assurer que les poissons et fruits de mer que nous offrons répondent à nos exigences en matière de pêche et d’aquaculture durables.

Pourquoi est-il important de connaître la traçabilité des poissons ou fruits de mer qu’on achète en épicerie  ?

AL

D’un point de vue scientifique, la traçabilité est indispensable pour déterminer si un produit est durable ou non. Sans ces informations, il est très difficile, voire impossible, de faire une analyse objective et avérée. En épicerie, la traçabilité permet de faire des choix éclairés, en fonction de nos propres connaissances, mais aussi selon nos convictions personnelles. Selon moi, c’est un gage de confiance et c’est rassurant de savoir exactement ce qu’on met dans nos assiettes.

Pourquoi la pêche durable est-elle importante pour Metro  ?

AL

La santé des océans et la préservation des ressources naturelles sont au cœur de l’actualité et représentent des préoccupations importantes pour les consommateurs. La pêche et l’aquaculture durables permettent une exploitation responsable de nos ressources. Ainsi, on peut continuer de manger des poissons et fruits de mer tout en assurant leur pérennité.

Poissonnerie 101

Que disent les étiquettes ?

Au comptoir de votre poissonnerie Metro, la diversité est au rendez-vous avec près d’une centaine de poissons et fruits de mer traçables. D’où proviennent-ils ? Comment ont-ils été élevés ou pêchés ? Les réponses à ces questions, et bien plus encore, se trouvent sur leurs étiquettes. Voilà un gage de confiance bien apprécié !

Des noms clairs, nets et précis

Les espèces qui peuplent le monde marin sont très nombreuses. Certains noms communs couramment utilisés comme « thon », « crevette » ou « pétoncle » font référence à plusieurs espèces différentes, parfois même des centaines. Si certaines d’entre elles sont tout à fait durables, d’autres pourraient l’être beaucoup moins. Les noms scientifiques (noms latins) étant uniques à chaque espèce, les utiliser permet d’être certain que l’on fait référence à la bonne espèce. Vous pouvez les trouver directement sur l’étiquette de votre poisson ou fruit de mer.

Autres particularités

D’autres informations peuvent aussi figurer sur l’étiquette. Par exemple, la mention « biologique » sur un poisson ou fruit de mer indique qu’il a été élevé selon des normes bien précises. Ces normes incluent, entres autres, une alimentation sans OGM, sans hormones de croissance et sans antibiotiques.

Au final, l’ensemble de ces renseignements vous aidera à faire les choix les plus avisés selon vos convictions et les utilisations culinaires auxquelles vous destinez le produit en question.

Lieu de capture

La provenance inscrite sur les étiquettes Metro comprend aussi le lieu de capture, c’est-à-dire le lieu de pêche ou d’élevage. Cette information est différente du pays d’origine, qui est l’endroit où le produit a subi sa dernière transformation. Ainsi, un poisson pêché au Canada, mais fileté en Chine portera généralement la mention « produit de la Chine ». L’étiquetage détaillé chez votre épicier Metro, qui indique le pays de capture (dans cet exemple, le Canada), permet donc de savoir précisément d’où provient votre poisson ou fruit de mer.

Suivis à la trace

Le système de traçabilité mis en place par Metro permet aussi de connaître la provenance géographique de votre poisson ou fruit de mer. Un peu comme les continents sont découpés en pays, les océans du monde sont eux aussi divisés en régions distinctes. On compte une vingtaine de vastes zones, elles-mêmes subdivisées en microterritoires. Ce sont ces grandes zones qui sont utilisées pour établir la provenance générale des produits. Par exemple, le golfe du Saint-Laurent fait partie de la zone Atlantique Nord-Ouest tandis que l’Ouest canadien est situé dans la zone Pacifique Nord-Est.

Méthode de pêche ou d’élevage

Casier, chalut, palangre, filet maillant ou senne coulissante : tous ces termes font référence à des techniques par lesquelles les poissons et fruits de mer peuvent avoir été pêchés. Les méthodes d’élevage sont tout aussi variées, par exemple l’aquaculture en milieu ouvert, la culture sur cordes, l’aquaculture en étangs ou le système de recirculation fermée. Cette information est importante, car certaines techniques de pêche ou d’élevage ont beaucoup moins de répercussions que d’autres sur l’environnement.

Sauvage ou d’élevage ?

L’étiquette des poissons offerts chez votre épicier Metro indique clairement si les produits sont issus de pêche en milieu naturel (portant l’inscription « sauvage ») ou en aquaculture (« d’élevage »). Pour qu’elles puissent aboutir dans votre assiette, les espèces sauvages doivent avoir été pêchées dans des milieux sains, et les stocks desquels elles sont issues ne doivent pas faire l’objet de surpêche. Les poissons et fruits de mer d’élevage doivent eux aussi répondre à des exigences très strictes, aussi bien quant au respect de l’environnement qu’à la qualité des produits.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.