Un musée roumain emmitoufle ses statues pour évoquer les sans-abri

Bonnets et écharpes pour tenir au chaud des corps de bronze : des sculptures du Musée national d’art de Bucarest ont été revêtues d’accessoires en laine pour sensibiliser l’opinion au sort des sans-abri, dans le cadre d’une campagne avec l’ONG Samusocial.

« Un musée doit protéger les œuvres d’art, mais aussi les gens, notamment ceux qui vivent dans le besoin », a déclaré mercredi à l’AFP le directeur du Musée national d’art de Roumanie, Liviu Constantinescu.

La dizaine de sculptures en bronze exposées dans le jardin du Musée, ancienne résidence de la famille royale au centre de Bucarest, « transmettent un message artistique, mais lancent aussi un appel contre l’indifférence », a-t-il ajouté.

« Nous nous arrêtons pour admirer une sculpture, en revanche nous passons en vitesse, souvent visiblement dérangés, à côté d’une personne sans domicile fixe », regrettent les organisateurs de cette campagne baptisée « À l’abri de l’art ».

Outre les attributs vestimentaires, des panneaux informent sur la façon dont on peut aider les sans-abri. La Roumanie, pays de 19 millions d’habitants et l’un des plus pauvres de l’Union européenne, compte plusieurs milliers de sans-abri, selon les ONG, même s’il n’y a pas de chiffres officiels. 

« Leur nombre demeure quasiment inchangé : une partie d’entre eux se réinsèrent, mais de nouveaux arrivent », précise Sabina Nicolae, responsable de l’ONG Samusocial Roumanie, qui aide environ 1600 sans-abri par an, dont des familles avec des enfants en bas âge.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.