Incroyable mais vrai !

Le défi de Seb Toots

Tout un parcours à obstacles que le champion olympique en planche à neige Sébastien Toutant s’est créé au Centre Père Sablon. — La Presse

Hockey  LNH

Anthony Mantha sur la touche

L’attaquant Anthony Mantha s’absentera de quatre à six semaines en raison d’une blessure à une main, ont confirmé les Red Wings de Detroit, hier. Le Québécois se serait blessé pendant la rencontre de dimanche contre l’Avalanche du Colorado. Mantha, originaire de Longueuil, a marqué neuf buts et récolté cinq mentions d’aide en 27 matchs cette saison avec les Red Wings. Il a aussi écopé de 17 minutes de pénalité et présenté un rendement défensif de - 8.

— La Presse canadienne

Boxe

Markus Beyer est mort

L’Allemand Markus Beyer, bien connu des Québécois pour sa victoire controversée contre Éric Lucas pour le titre mondial des super-moyens du World Boxing Council (WBC) en avril 2003, est mort lundi. Il était âgé de 47 ans. L’ex-triple champion du monde est mort à la suite d’un « court combat contre une grave maladie » dans un hôpital de Berlin, a confirmé la chaîne télévisée allemande MDR, où Beyer était analyste. Avant d’amorcer sa carrière professionnelle en novembre 1996, Beyer (35-3-1, 13 K.-O.) avait participé aux Jeux olympiques d’Atlanta, où il s’était incliné en quarts de finale.

— La Presse canadienne

Baseball

Patrick Corbin avec les Nationals ?

Plusieurs médias ont rapporté hier que le lanceur gaucher Patrick Corbin avait conclu une entente à long terme avec les Nationals de Washington. Le contrat serait pour six ans et d’une valeur de 140 millions US. Natif de la région de Syracuse, Corbin a eu 29 ans en juillet dernier. Il a porté un seul uniforme dans les ligues majeures, celui des Diamondbacks de l’Arizona. La saison dernière, il a offert un dossier de 11-7 et une moyenne de points mérités de 3,15, en 33 départs. Il s’est classé troisième de la Ligue nationale avec 246 retraits au bâton.

— Associated Press

Ski acrobatique

Des épreuves de ski cross annulées

En raison de la température anormalement clémente en Europe, la première épreuve de la Coupe du monde de ski cross, qui a été remise à trois reprises, sera finalement présentée le 17 décembre. La Fédération internationale de ski a indiqué qu’une course de nuit, sous les projecteurs, doit se dérouler au complexe alpin suisse d’Arosa. Elle devait initialement avoir lieu le 11 décembre. Deux autres épreuves – à Val Thorens, en France, du 6 au 8 décembre, et à Montafon, en Autriche, du 13 au 15 décembre – ont dû être annulées. La FIS a indiqué que « les conditions dans le nord des Alpes sont très difficiles », puisque les faibles chutes de neige ont compliqué la tâche des organisateurs pour bâtir les parcours.

— Associated Press

Athlétisme

La Russie est toujours suspendue

L’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF) a annoncé hier qu’elle maintenait la suspension de la Russie de toutes les compétitions internationales en raison de ses antécédents en matière de dopage sportif.

On ignore toutefois si elle pourra être levée à temps pour les Championnats du monde de Doha, au Qatar, en 2019.

Plus sévère que l’Agence mondiale antidopage (AMA) et le Comité international olympique, le conseil de l’IAAF a annoncé cette décision à la suite d’une rencontre de ses membres.

L’organisation estime que la Russie doit encore remplir deux conditions avant d’être réintégrée. Elle souhaite que la Russie paie les coûts, dont les frais juridiques, découlant du scandale de dopage systématique chapeauté par le gouvernement russe.

« Cette dette doit être réglée », a dit Rune Andersen, qui dirige le groupe d’enquêteurs de l’IAAF affecté au dossier russe. Bien que la Russie ait promis de payer ses comptes, l’Association attend « encore l’argent ».

L’IAAF veut également avoir accès à la base de données russe qui pourrait lui permettre d’identifier d’autres athlètes suspectés de dopage.

« Les athlètes russes ne pourront prendre part à des compétitions internationales sans restriction avant que cet enjeu soit réglé, d’une façon ou d’une autre », a ajouté Andersen.

La base de données pourrait être acheminée à l’IAAF par l’entremise de l’AMA, qui a donné jusqu’à la fin de l’année à la Russie pour lui fournir ces renseignements.

L’escouade antidopage de l’IAAF devra ensuite analyser les données afin d’assurer à l’organisation que « les données n’ont pas été falsifiées », a précisé Andersen.

On ignore pour l’instant combien de temps cela pourrait prendre. Le président de l’IAAF, Sebastian Coe, a rappelé que la prochaine rencontre du conseil de l’IAAF devait avoir lieu en mars.

Les Championnats du monde de Doha doivent commencer vers la fin du mois de septembre.

Dans un communiqué, le président de la Fédération russe d’athlétisme, Dmitry Shlyakhtin, a déclaré : « Le règlement de nos dettes exige beaucoup de travail et de coordination.

« Nous devons produire divers documents juridiques et discuter d’une entente de paiement. Nous discutons aussi avec l’IAAF de la possibilité de verser cette somme sur une période de six mois. »

Shlyakhtin a reconnu qu’il « faudra du temps » pour permettre à l’AMA d’accéder aux échantillons du laboratoire de Moscou.

L’IAAF a permis à des dizaines d’athlètes russes de participer à des compétitions sous un drapeau neutre s’ils peuvent démontrer qu’ils n’ont jamais échoué à un test antidopage.

Parmi ces athlètes se trouve Maria Lasitskene, qui tentera l’an prochain de défendre son titre mondial de saut en hauteur, acquis en 2017.

— Associated Press

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.