Autoroute Métropolitaine

Un autre chantier bruyant en pleine zone résidentielle

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) lancera ce lundi un deuxième bruyant chantier de réparations de l’autoroute Métropolitaine afin de remettre en état une dizaine de ses structures surélevées, en plein secteur résidentiel.

Le chantier s’installera sous les structures de l’autoroute entre le boulevard Saint-Michel et l’avenue Léonard-De Vinci. Le contrat prévoit des travaux de réparation des culées, des colonnes de soutien, des murs de soutènement et des chevêtres de ces structures, de même que la réfection du dessous et des côtés extérieurs de la dalle, dont le béton s’effrite à vitesse grand V.

Ces réparations nécessiteront beaucoup de cassage de béton sous la dalle, sur les colonnes des structures et sur les côtés extérieurs, en plus du chargement de débris dans les camions, qui devront en disposer hors site. Malgré l’insistance de La Presse, le porte-parole du MTQ, Gilles Payer, n’a pas fait état d’un maximum de bruit autorisé au cours de ces travaux qui se dérouleront « majoritairement le jour », et qui pourraient « provoquer du bruit le soir et la nuit également ».

M. Payer a toutefois indiqué que des mesures d’atténuation des poussières et du bruit seront mises en place dans le secteur Saint-Michel, où les résidences, du côté sud de l’autoroute, sont situées très près des structures.

Les travaux entraîneront aussi toute une série d’entraves partielles ou complètes sur le réseau municipal autour de l’autoroute, notamment dans les voies de desserte de l’autoroute et les rues qui passent sous la Métropolitaine. Un parcours balisé sera toujours proposé pour les piétons et les cyclistes lors des fermetures complètes de rues.

Jusqu’en 2021

Les travaux de réhabilitation qui visent 10 structures de l’autoroute Métropolitaine se poursuivront jusqu’à la fin de 2021. Après avoir remis en état les ouvrages qui surplombent le boulevard Saint-Michel (direction nord), ainsi que les 15e, 16e et 17e Avenues et l’avenue Léonard-De Vinci, le chantier se poursuivra un peu plus à l’est, à la hauteur de la 24e Avenue et du boulevard Provencher.

Six structures majeures de l’autoroute situées entre le chemin Canora et le point de rencontre du chemin Lucerne, de l’avenue Sainte-Croix et du boulevard Graham, dans la municipalité de Mont-Royal, seront aussi remises en état dans le cadre de ce même contrat.

Ce chantier majeur, estimé à 13 millions, s’ajoute aux travaux d’asphaltage déjà en cours depuis la mi-mai sur l’autoroute Métropolitaine. Ces travaux, commencés l’été dernier, ont suscité leur lot de commentaires, de critiques et de plaintes, à leur reprise, à hauteur de l’avenue Christophe-Colomb, dans le nord de la métropole. Le ministère des Transports a autorisé l’entrepreneur responsable à prolonger ses travaux les plus bruyants jusqu’à minuit et demi, tous les soirs.

Depuis le début des travaux, 31 plaintes de bruit excessif ont été enregistrées au MTQ. Selon le porte-parole Gilles Payer, un changement d’équipement a depuis permis de réduire le bruit d’aspiration des débris de béton cassé avant la pose d’une nouvelle couche d’asphalte.

Ces travaux doivent aussi se poursuivre jusqu’à l’an prochain, mais seulement le soir et la nuit, parce que les volumes de circulation de jour sont trop élevés pour songer à fermer l’autoroute.

60 ans

Ces deux contrats de réfection « complémentaires » totalisent 42 millions, et vont permettre de prolonger la vie des structures, de garantir leur fonctionnalité et d’assurer leur sécurité, en attendant un grand chantier de réfection majeure de la Métropolitaine.

Inaugurée en 1960, la seule autoroute qui traverse l’île de Montréal dans l’axe est-ouest a aujourd’hui 60 ans. Bien qu’elle ait mieux résisté que bien d’autres structures routières à l’usure du temps et au passage de centaines de milliers de véhicules tous les jours, l’autoroute Métropolitaine n’est pas en très bon état.

Composée de 50 structures totalisant près de 13 kilomètres entre le boulevard Provencher et le croisement de l’autoroute 520, dans l’ouest, la portion surélevée de la Métropolitaine reçoit des pointes pouvant aller jusqu’à 200 000 véhicules par jour, dont un pourcentage élevé de camions.

Depuis 15 ans, le MTQ travaille à la rendre plus fonctionnelle, en reconfigurant notamment ses principaux échangeurs avec les autoroutes des Laurentides et Décarie.

Mais les structures vieillissent. Des 48 structures répertoriées dans l’inventaire public du MTQ, 26 présentent un indice de condition générale (ICG) coté « 2 ». Cela signifie que plus de la moitié des structures de la portion surélevée de l’autoroute Métropolitaine, la plus achalandée au Québec, nécessitent des travaux majeurs de réhabilitation dans un horizon de un à cinq ans.

En janvier, le MTQ a lancé un appel d’offres pour la réalisation de plans et devis en vue de la réfection majeure d’un premier tronçon de l’autoroute entre le boulevard Provencher et le boulevard Saint-Laurent. Un appel d’offres distinct sera lancé pour les plans et devis de la section ouest de l’autoroute, entre le boulevard Saint-Laurent et l’autoroute 520. Ce chantier devrait occuper une bonne part de la prochaine décennie à partir de 2023 ou 2024.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.