LE JAPON EN MODE ZEN

Au Japon, le contraste entre la discrète campagne et les vibrantes Tokyo, Kyoto et Osaka est frappant. Après un court trajet en train ou en avion, on passe du rythme effréné des grands centres urbains à des plages ensoleillées, des forêts aux mille couleurs et des cerisiers en fleurs.

Virginie Beaudoin a vécu deux ans au Japon, où elle a rencontré son conjoint Ryuji. Toujours à explorer ce pays aux mille contrastes, le couple a accepté de jouer les guides pour nous faire découvrir six lieux hors du temps.

KŌYA-SAN : TEMPLES ET SANCTUAIRES INTEMPORELS

Depuis Osaka, c’est en train que l’on s’engage vers cette destination mystique. Le splendide mont Kōya (Kōya-san) accueille plusieurs temples bouddhistes anciens, en plus d’un cimetière constellé de 200  000 pierres tombales et d’arbres centenaires. Hors du monde, ce lieu sacré abrite près de 120 temples, pagodes et pavillons. La promenade au lever du soleil, au cœur de la forêt, alors que s’y déroule une cérémonie traditionnelle, marque fortement l’imaginaire. Les lève-tôt peuvent faire l’aller-retour depuis Osaka dans la même journée. Irréel et féérique.

ISHIGAKI : ÎLE ET MONTAGNES

Depuis l’île d’Okinawa, on s’envole en direction de cette île tropicale, paradis de la plongée, truffée de récifs coralliens et nappée d’eau turquoise. Ishigaki est le parfait camp de base pour des excursions d’une journée vers l’étonnante île de Taketomi, par exemple, avec son village traditionnel et ses routes de sable où l’on croise des taxis-buffles ! Virginie et Ryuji nous emmènent aussi à l’île d’Iriomote, couverte de forêts tropicales et de mangroves, idéales pour la rando et le kayak.

YUFUIN : LA VOLCANIQUE

Ce splendide village entouré de volcans est situé sur l’île de Kyushu. Virginie et son conjoint recommandent un séjour au ryokan Sankouen (les ryokan sont les auberges typiques japonaises) où l’on profitera des bains thermaux privés. Après une promenade dans une forêt de bambou avoisinante, place au kaiseki, un ballet gastronomique de petits plats qui interprète, avec une partition juste, le magnifique terroir de la préfecture d’Ōita.

YAKU-SHIMA ET LA PRINCESSE MONONOKÉ

Pour qui aime les animations du génial dessinateur et réalisateur Hayao Miyazaki, l’île Yaku (Yaku-shima) abrite des forêts luxuriantes de cèdres japonais vieux de 2 000 ans, qui ont inspiré certaines scènes du film Princesse Mononoké. L’endroit est magique, d’autant plus que l’on risque d’y croiser cerfs et singes. L’imperméable est un must, car il y pleut en quasi permanence, ce qui ajoute à l’incomparable expérience de ce lieu empreint d’une mythologie millénaire. Pour l’atteindre, le traversier ou l’avion depuis Kagoshima est conseillé.

LA VALLÉE D’IYA EN AUTOMNE

Sur l’île de Shikoku, la vallée d’Iya — surtout en novembre pour admirer ses forêts colorées — est considérée comme l’un des endroits les plus reculés, donc authentiques, du pays. Ici, la location d’une voiture — conduite à gauche, volant à droite, et assurez-vous d’avoir un permis international ! — est vraiment de mise pour pleinement explorer les splendeurs environnantes. Pour les horizons d’un Japon à couper le souffle.

LE VILLAGE DE YOSHINO AU PRINTEMPS

Le bourg compte à peine plus de 7 000 habitants. En avril, ses environs montagneux se transforment en contrée fabuleuse, là où plus de 30 000 cerisiers fleurissent avec délicatesse. Le mont Yoshino fait donc partie des destinations incontournables à mettre dans votre Google Maps si vous êtes au Japon au printemps et souhaitez admirer cette si spectaculaire floraison.

CHER, LE JAPON  ?

Tout dépend du degré de confort recherché. Le menu de l’hôtel Park Hyatt du film Lost in Translation est évidemment plus coûteux qu’un ramen grappillé sur la rue qui, comme toute bouffe confectionnée dans l’archipel nippon, ravit les papilles. «  En réalité, une fois le billet d’avion payé, c’est moins cher que de voyager au Québec et au Canada, parce qu’en général, les restaurants sont plus abordables et les moyens de transport mieux développés, souligne Virginie Beaudoin. Attention, le prix d’un siège peut très fortement varier. En réservant plusieurs mois d’avance, nous avons économisé plus de 1 500 dollars pour deux billets aller-retour. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.