Demi-finale de l’Est

La préparation s’amorce

À quatre jours de la demi-finale de l’Est qu’ils disputeront aux Eskimos d’Edmonton, les Alouettes ont repris l’entraînement, mercredi. Khari Jones devrait pouvoir compter sur presque tous ses joueurs partants, dimanche après-midi.

Absents vendredi soir à Ottawa, John Bowman, Tommie Campbell, Chris Ackie, Quan Bray, Martin Bédard, Mario Alford et Jeremiah Johnson devraient tous être en uniforme face aux Eskimos. Les seuls cas incertains sont actuellement les receveurs DeVier Posey et Chris Matthews, ainsi que l’ailier défensif Antonio Simmons.

Blessé à une cuisse, Posey a raté les deux dernières rencontres des siens, mais a participé en partie à la séance d’entraînement de mercredi.

« On continue à évaluer son cas quotidiennement. Il prendra part à l’entraînement de [jeudi] en entier et on aura ensuite une meilleure idée de sa disponibilité pour le match », a indiqué Jones.

« J’aimerais pouvoir compter sur DeVier [Posey], car il est l’un de nos meilleurs receveurs, mais je veux qu’il soit en santé. On veut être certains qu’il pourra jouer du premier jusqu’au quatrième quart. C’est ce qu’on devra déterminer. »

— Khari Jones, entraîneur-chef des Alouettes

Simmons ne s’est quant à lui pas entraîné du tout, mercredi. L’équipe a par ailleurs annoncé qu’elle avait embauché l’ailier défensif vétéran Gabriel Knapton, mercredi matin. Jones a tout de même soutenu qu’il s’attendait à ce que Simmons affronte les Eskimos.

« Je ne crois pas qu’il ratera le match. Il s’est blessé lors de notre dernière partie et j’ai choisi de lui donner une journée de repos. Il devrait pouvoir s’entraîner jeudi. »

Stanback et Johnson en forme

Deux des joueurs qui ont récemment obtenu des journées de congé sont William Stanback et Jeremiah Johnson. Les deux porteurs de ballon sont donc bien reposés et devraient jouer des rôles importants dimanche.

« Les deux sont en feu. William a seulement joué un quart à Ottawa et je ne sais pas combien de verges il aurait obtenues s’il avait disputé tout le match. Et Jeremiah vient d’avoir deux semaines de congé. Il vole sur le terrain. Ça va être excitant à regarder, surtout s’il ne fait pas beau », a commenté l’entraîneur des demis offensifs, André Bolduc.

Si les prévisions météorologiques s’avèrent, le match de dimanche sera joué sous la pluie. Autre facteur important à considérer, la défense des Eskimos a mené la ligue avec 56 sacs cette saison, à égalité avec celle des Roughriders de la Saskatchewan. Un jeu au sol productif restera toujours le meilleur antidote aux chasseurs de quart.

Slowik contre Harris

La première fois que les Alouettes et les Eskimos se sont affrontés, le 14 juin, Trevor Harris avait accumulé 447 verges et réussi 3 passes de touché dans une victoire de 32-25 d’Edmonton. Il s’agissait du premier match dans la LCF du coordonnateur défensif des Alouettes, Bob Slowik.

Or, le 20 juillet à Montréal, Harris n’a totalisé que 271 verges, n’a lancé aucune passe de touché et a été victime de deux interceptions. Marque finale : Eskimos 10, Alouettes 20.

« Il faudra briser le rythme de leur jeu aérien de plusieurs façons différentes. Car si on se contente de presser leurs receveurs pour briser leurs tracés de passes [press coverage], ça pourrait leur permettre d’avoir du succès au sol », a expliqué Slowik, mercredi.

« La ligne offensive des Eskimos est très imposante et elle contrôle souvent la ligne de mêlée. Puisque notre front défensif n’est pas particulièrement gros, ce ne sera pas facile », a prévenu Slowik.

« Trevor est un très bon quart-arrière, qui a disputé plusieurs matchs éliminatoires au cours de sa carrière. Alors on sait que ce ne sera pas facile. Mais j’aime notre défense et j’ai très hâte de voir de quelle façon elle jouera », a dit Jones.

Un contrat pour Jones ?

Plusieurs employés de l’administration des Alouettes, dont le président du club, Patrick Boivin, ont assisté à la séance d’entraînement de mercredi. Lorsque celle-ci a pris fin, ces gens ont rejoint les joueurs au milieu du terrain d’entraînement, puis Jones a pris la parole.

« Il nous a dit que tous les membres de l’organisation étaient importants. Plusieurs employés de nos bureaux du centre-ville étaient ici. On forme une équipe, ce n’est pas seulement les joueurs sur le terrain », a raconté le centre Kristian Matte.

« M. Boivin nous a dit que ça faisait plusieurs années qu’on était au bas de la côte, mais qu’on était en train de la remonter. Il y a une énergie dans l’équipe qu’on n’a pas eue depuis longtemps. »

— Kristian Matte

Après avoir parlé aux membres de l’organisation, Boivin et Jones ont discuté ensemble durant plusieurs minutes. Était-ce au sujet d’une prolongation de contrat ?

« Je n’ai aucun commentaire à ce sujet. Je me concentre uniquement sur Edmonton », a répondu Jones, sourire aux lèvres, lorsqu’on lui a demandé si des négociations avaient effectivement été amorcées.

Les Alouettes n’ont plus de temps à perdre s’ils veulent s’assurer de garder Jones à Montréal. Les Argonauts de Toronto, le Rouge et Noir d’Ottawa et les Lions de la Colombie-Britannique, qui ont annoncé le congédiement de DeVone Claybrooks mercredi, sont tous à la recherche d’un nouvel entraîneur-chef.

Neuf étoiles

Pas moins de neuf joueurs des Alouettes ont obtenu leur place dans l’équipe d’étoiles de la division Est, dont la composition a été annoncée mercredi. Cinq joueurs défensifs et quatre joueurs offensifs ont reçu cet honneur.

Vernon Adams fils, William Stanback, Eugene Lewis et Kristian Matte ont tous été sélectionnés pour la première fois de leur carrière du côté offensif.

En défense, John Bowman et Henoc Muamba ont respectivement été choisis pour la dixième et la troisième fois de leur carrière respectivement, tandis que Greg Reid, Patrick Levels et Tommie Campbell ont été sélectionnés pour la première fois.

Prochain match : Eskimos d’Edmonton c. Alouettes (demi-finale de l’Est), dimanche à 13 h au stade Percival-Molson

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.