Cendrillon, Josiane et sa fée marraine !

Pour la première fois en huit saisons, quatre femmes s’affronteront dimanche soir lors de la grande finale de La voix à TVA. Mais une seule surfe sur une vague qui gonfle et qui gronde, de semaine en semaine, sans jamais casser.

Le suspense ne dévore personne ici. La pétillante Josiane Comeau, 19 ans, membre de l’équipe de Cœur de pirate, succédera à Geneviève Jodoin comme championne du populaire télé-crochet. C’est son nom que Charles Lafortune criera dans le micro – baissez son volume, s’il vous plaît – après 2 h 20 min d’émission.

En suivant les judicieux conseils de Béatrice Martin, Josiane Comeau a brillé en interprétant une chanson pourtant brûlée par les concours (merci, Wilfred), soit La ballade de Jean Batailleur de Zachary Richard. Sa version modernisée a charmé le public, qui lui a accordé le plus gros score de la demi-finale, soit 87 % du vote. Son adversaire Clément Jacques, 35 ans, tranquille et moins convaincant sur C’est zéro de Julie Masse, n’a récolté que des miettes, avalé par le tsunami déclenché par la jeune chanteuse acadienne.

Parfaitement bilingue, Josiane Comeau, originaire de Dieppe, au Nouveau-Brunswick, a l’étoffe d’une popstar. Refusée aux auditions de 2019, où son papa Jacques Comeau a été repêché, son parcours de type conte de fées a charmé les téléspectateurs de La voix.

Personne ne demeure indifférent à une histoire de Cendrillon, où une fée marraine bienveillante guide une talentueuse princesse vers le bal du couronnement.

Sous nos yeux, la jeune chanteuse a gagné en assurance en ne perdant jamais sa capacité d’émerveillement. En plus d’être douée vocalement, Josiane Comeau est charmante et craquante. Il faudrait qu’elle se plante royalement dimanche soir pour perdre.

Suzie Villeneuve, 37 ans, aurait pu être la principale rivale de Josiane Comeau, mais le mince vote populaire (55 %) que l’ex-académicienne a arraché contre un adversaire très faible, Philippe Tremblay (45 %), me fait douter de ses chances. Même Suzie n’a pas paru impressionnée quand son pointage a clignoté à l’écran. Probablement qu’elle espérait plus.

La chanteuse country Michaela Cahill, 26 ans, à qui Marc Dupré n’a pas accordé sa confiance, rappelons-le, a poursuivi sa marche victorieuse en mettant au tapis Jason Valentino, 32 ans, dont le français n’était pas assez bon pour qu’il puisse espérer l’emporter.

Également sous-estimée par son coach (Pierre Lapointe), Flora Stein, 25 ans, a été épatante en reprenant Mourir sur scène de Dalida. Je l’aime de plus en plus, cette Flora.

Depuis le décollage de La voix en 2013, la dernière ronde a toujours été disputée entre deux hommes et deux femmes, à l’exception de 2017, où il n’y avait qu’une seule candidate (Rebecca Noelle) pour tenter de freiner l’élan du futur roi Ludovick Bourgeois.

Dans la sauce chaude !

Les Bulles de nuit ont fessé fort dans la dernière semaine à Occupation double. Jordan-le-tannant, qui « s’exprime mieux avec ses émotions en anglais », l’a échappé autant que Pat-la-gratte, qui passait du rire aux larmes au sommeil profond le temps que Noémie nous garroche un « si j’aurais » bien juteux.

Monseigneur Renaud, qui arbore la même coupe de cheveux que Xavier Dolan en 2009, a payé cher pour son investissement le moins rentable dans le jeu, c’est-à-dire l’énigmatique Naadei, qui ne s’est pas gênée pour glisser sa photo dans l’enveloppe maléfique, telle une Martine-la-pas-fine, la vieille sorcière de Blair partie sur son balai.

À l’île Bonaventure, en Gaspésie, Jamie et Stacey ont admiré des colonies de feux de Bassan, non, de feux de bassin, non, de fous de Bassan, a heureusement corrigé Éloïse, qui parle comme une membre de la secte de Patricia dans Une autre histoire.

Charles est tellement parfait, Charles n’a aucun défaut, je sens « que c’est vraiment une relation saine qui se développe », a même confié Éloïse à la caméra, comme si elle tournait une vidéo de prise d’otages. Sauvez-la, quelqu’un, avant qu’elle ne se mette à porter un chapeau comme celui de son gourou ! Oups, trop tard.

Parlons-en de Charles, le leader suprême autoproclamé de la banlieue nord, ainsi que le juge autodésigné de l’authenticité des couples d’OD. Quel personnage désagréable, imbu de lui-même et toxique, qui n’a pas compris (hé, hé !) que c’est le Québec qui décidera de son sort. Et présentement, le Québec ne trippe pas tant sur les astuces de psycho-pop de Charles, censées « laisser un impact positif sur la vie des gens ».

Bien hâte que Charles perde en direct et qu’il se rappelle sa propre maxime boiteuse, inventée après une intense joute de « paintball » : « Les perdants focussent sur les gagnants pis les gagnants focussent sur la victoire. »

La suffisance de Charles me fait davantage apprécier la candeur avec un « c » de Carl et le calme de Luis-Maxime. Carl a d’ailleurs parfaitement cerné le personnage « saucé » de l’avocat Renaud : « Renaud, c’est comme les sushis. Personne aime ça au début, mais après, c’est le repas préféré de tout le monde. »

Si votre quota de Charles (très à l’aise dans sa position de leader, ne l’oublions pas) n’a pas été atteint, regardez l’épisode de mercredi (20 h 30) de Célibataires à boutte sur Canal Vie, où il sérénade Marie-Joëlle dans un gazebo.

La belle Éloïse risque de faire un méchant saut en redescendant de la montagne Coupée, dans quelques semaines.

Deux femmes exemplaires

Ça prend énormément de courage pour parler de troubles alimentaires comme l’ont fait Joanie Gonthier et Geneviève Garon à Tout le monde en parle dimanche soir. Anorexie, boulimie, alcoolisme, dépression, dénutrition ou anxiété, l’ex-présentatrice météo de Salut bonjour et la journaliste judiciaire de Radio-Canada reviennent de loin – et elles en reviennent guéries.

Je tenais à souligner l’importance d’entendre ces témoignages percutants en heure de grande écoute. En s’ouvrant ainsi, Joanie et Geneviève ont assurément aidé d’autres personnes qui se débattent avec les mêmes démons. J’espère que la vie sera plus douce envers elles dorénavant.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.