actualités

Les parties se rencontrent aujourd’hui avec le conciliateur

Le conciliateur nommé par le ministère du Travail pour dénouer l’impasse entre le Syndicat des travailleuses des centres de la petite enfance (CPE) de Montréal et de Laval et l’Association patronale nationale des CPE a convoqué les parties ce matin. Cette nouvelle séance de négociation, qui devait initialement avoir lieu demain, ouvre ainsi la porte à un règlement avant le début de la semaine. Les quelque 1350 travailleuses de 57 CPE de Montréal et Laval sont en grève générale illimitée depuis mercredi dernier. Ce « moyen ultime » des salariées prive 3000 enfants de leur service de garde. — Fanny Lévesque, La Presse

Changement de statut de La Presse

Un retraité réticent se ravise

Après avoir exprimé à plusieurs médias son inquiétude au sujet de la caisse de retraite des employés de La Presse et du changement de statut du quotidien, Maurice Jannard, membre du comité de retraite du journal, s’est dit hier rassuré par les garanties offertes par la direction et appuie désormais la démarche.

L’ancien employé du quotidien s’est ravisé après avoir pris connaissance vendredi d’un article publié sur LaPresse.ca. On y citait un communiqué dans lequel le président de La Presse Pierre-Elliott Levasseur réitérait que Power Corporation s’engageait à ce que « tous les avantages et bénéfices que touchent aujourd’hui les retraités, sans aucune exception, soient respectés dans la future structure ».

« C’est la garantie que je cherchais à avoir », a indiqué M. Jannard à La Presse, en entrevue téléphonique, hier. Pierre-Elliott Levasseur, président de La Presse, « s’est prononcé très clairement […] et j’appuie maintenant la démarche », a-t-il ajouté.

Il se range ainsi du côté des quelque 773 retraités ayant publié jeudi un communiqué officiel réitérant leur accord avec le changement de statut du journal et leur foi dans les « engagements publics pris par Power Corporation du Canada ». C’est dans cette même déclaration commune que M. Levasseur s’est engagé envers les retraités, affirmant qu’ils n’avaient « absolument rien à craindre du changement de structure, bien au contraire ».

Satisfaits

Les retraités du quotidien se disent satisfaits quant à la démarche entamée pour que l’entreprise change de mains. M. Jannard, ancien président du Syndicat des travailleurs de l’information de La Presse, avait quant à lui pris la parole dans certains médias, déclarant qu’il se sentait « bousculé » et voulait retarder l’adoption du projet de loi qui permettrait le transfert de propriété.

Les Travailleurs retraités de l’information de La Presse (TRIP) s’étaient distancés des déclarations de leur membre, indiquant qu’il s’était exprimé à titre personnel. Le syndicat est favorable au transfert de propriété, avait souligné la présidente du comité, Monique Prince.

Rappelons qu’un vote doit se tenir à l’Assemblée nationale afin de modifier une loi privée datant de 1967 qui encadre la propriété de La Presse, ce qui lui permettrait de passer aux mains d’un organisme à but non lucratif (OBNL).

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.