France

30 000

En France, le nombre de personnes atteintes de la COVID-19 en 24 heures a franchi pour la première fois depuis le début de l’épidémie la barre des 30 000.

(Agence France-Presse)

Kirghizstan

Le premier ministre prend le pouvoir après 10 jours de chaos

Le premier ministre du Kirghizstan a affirmé jeudi avoir pris le pouvoir après la démission plus tôt dans la journée du président, issue qui ne met pas fin à la crise politique minant le pays depuis des élections contestées. « Les pouvoirs du président et du premier ministre m’ont été transférés », a affirmé Sadyr Japarov devant ses partisans, expliquant que la démission du président, Soroonbaï Jeenbekov, et le refus du président du Parlement d’assurer l’intérim le plaçaient de facto à la tête du Kirghizstan. Ce pays d’Asie centrale est plongé dans une profonde crise depuis les élections législatives du 4 octobre. Remportées par des formations proches du désormais ex-chef de l’État, elles ont déclenché une vague de manifestations violentes ayant fait 1 mort et 1200 blessés. Peu après leur annonce et les premiers heurts, les résultats du scrutin, discrédités du fait de graves soupçons d’achats de voix, ont été annulés, ce qui n’a pas pour autant stabilisé le Kirghizstan et a poussé M. Jeenbekov vers la sortie. « Je ne m’accroche pas au pouvoir, je ne veux pas entrer dans l’histoire du Kirghizstan comme le président qui a fait couler le sang en tirant sur ses concitoyens. C’est pourquoi j’ai décidé de démissionner », a déclaré M. Jeenbekov jeudi.

— Agence France-Presse

Conflit au Yémen

Un millier de prisonniers de guerre échangés

Rebelles et gouvernement au Yémen ont commencé jeudi à échanger un millier de prisonniers, dans le cadre d’un accord parrainé par l’ONU et perçu comme un premier signe de progrès dans le processus de paix pour mettre fin à six ans de conflit sanglant. Cet échange de prisonniers est « le plus vaste depuis le début du conflit », a souligné le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui organise l’opération. L’échange, portant sur un total de 1081 prisonniers, est étalé sur deux jours (jeudi et ce vendredi), a expliqué sur Twitter le responsable côté rebelles du dossier des prisonniers. Des vols sont partis de Sanaa, capitale yéménite contrôlée par les houthis, de la ville de Seyoun, contrôlée par le gouvernement, et de la ville saoudienne d’Abha, selon des responsables rebelles. La coalition militaire sous commandement saoudien a remercié le CICR d’avoir facilité la libération de soldats saoudiens et soudanais, et insisté sur l’« aspect humanitaire » du dossier des prisonniers, selon la chaîne al-Ekhbariya.

— Agence France-Presse

Iran

La justice interdit officiellement « torture » et « aveux forcés »

L’Autorité judiciaire iranienne a publié jeudi un document interdisant « absolument la torture », le recours aux « aveux forcés » et d’autres violations des droits de la défense, dans le but de « faire évoluer » le système judiciaire de la République islamique. Ce document en 37 articles signé par l’ayatollah Ebrahim Raïssi, chef de l’Autorité judiciaire, interdit également « la détention à l’isolement » et « la garde à vue illégale ». Il souligne aussi la « transparence » du processus judiciaire, le droit de « choisir librement son avocat », « le principe de la présomption d’innocence » et de « l’accès consulaire » pour les ressortissants étrangers. L’Iran est régulièrement accusé par l’ONU, des pays occidentaux, des organisations de défense des droits de la personne ou des avocats iraniens de bafouer les principes que M. Raïssi dit maintenant vouloir voir respectés dans son administration. La publication de cette charte survient une semaine après la diffusion sur les réseaux sociaux de vidéos, apparemment tournées à Téhéran, montrant des policiers paradant dans la rue en brutalisant des détenus. — Agence France-Presse

Royaume-Uni

Élisabeth II non masquée pour son premier déplacement de la pandémie

La reine Élisabeth II a mené jeudi, sans porter de masque, son premier engagement public hors de ses résidences depuis le début de la pandémie, en visitant le laboratoire militaire engagé dans la réponse à l’attaque au Novitchok en 2018 et, maintenant, à la crise sanitaire. Pour cette visite exceptionnelle à l’horaire de la reine, des mesures de précaution avaient été prises, dont des tests de dépistage de la COVID-19 des 48 personnes amenées à rencontrer Élisabeth II et le prince William, qui l’a accompagnée. La monarque de 94 ans s’est rendue au laboratoire de Porton Down, en Angleterre, où elle a rencontré des chercheurs travaillant sur le nouveau coronavirus et des scientifiques qui ont déterminé l’agent innervant ayant empoisonné l’ex-agent double Sergueï Skripal, en mars 2018. Elle s’est attiré de nombreux commentaires sur les sites des tabloïds en apparaissant sans masque devant les photographes, de même que son petit-fils ou les personnes la recevant. Les différents participants sont cependant restés à distance les uns des autres, conformément aux recommandations officielles. C’est la première fois que la souveraine quitte une résidence royale pour un engagement public depuis le confinement décrété fin mars, puis progressivement levé à l’été. — Agence France-Presse

Cuba

Une première victoire pour la société civile

Sous la pression d’une classe moyenne émergente, le gouvernement communiste cubain adoptera sous peu sa première législation portant sur le bien-être des animaux.

À Cuba, les rues grouillent d’animaux abandonnés, souvent pour raisons économiques.

Les plus chanceux sont recueillis par des particuliers et des associations qui sacrifient leur propre nourriture pour les alimenter.

L’annonce de l’adoption de cette loi marque une étape importante pour la société civile, qui voit pour la première fois ses demandes traduites en loi.

À Cuba, le réveil d’une société civile plus active, depuis l’arrivée fin 2018 de l’internet 3G sur les téléphones mobiles, a permis à une partie de la population de se mobiliser via les médias sociaux, notamment autour des droits des homosexuels ou de la lutte contre les violences machistes.

Une nouvelle classe moyenne a aussi émergé grâce au développement du secteur privé depuis 2010, quelques années après l’ouverture de Cuba au tourisme.

Comme les gouvernements d’Amérique latine, qui ont été confrontés ces dernières années à une nouvelle classe moyenne plus exigeante envers eux, l’État cubain essaie aussi de contenter certaines de ses requêtes.

« Processus éducatif »

« Le décret sera approuvé en novembre […] par le Conseil d’État et sera ratifié par l’Assemblée nationale ensuite », a expliqué Yisell Socorro, juriste du Ministère.

Le principe de cette loi sera de « garantir le respect des animaux, la nécessité d’éviter les mauvais traitements, les abus, les actes de cruauté et surtout la prise de conscience que les animaux sont des êtres sensibles qui ressentent douleur et plaisir ».

Le Comité national du bien-être animal mise avant tout sur un processus éducatif. « Nous voudrions n’avoir à sanctionner personne pour des actes cruels ou de dénigrement envers les animaux », confie sa présidente, la Dre Maria Gloria Vidal.

Des amendes, voire des peines de prison, seront prévues, mais l’idée est d’abord de changer les mentalités.

— D’après l’Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.