testé LG V60 ThinQ 5G Dual Screen

Voir double… et aimer ça

Deux écrans, des composantes de luxe à un prix imbattable, un appareil photo enfin à la hauteur : le LG V60 ThinQ 5G en met décidément plein la vue. Quelques irritants en moins et on lui donnerait une note parfaite.

On aime

Il s’agit d’un troisième essai pour LG dans le tout nouveau monde des téléphones à double écran, et nous avons souvent été un peu sceptique quant à leur utilité. C’était avant que les vidéoconférences et le télétravail deviennent la norme. Deux semaines d’utilisation intensive du LG V60 ThinQ 5G Dual Screen nous ont convaincu : ouvrir ses courriels tout en jasant sur Zoom, utiliser un écran comme manette pendant que l’autre affiche un jeu vidéo ou aller sur YouTube pendant une discussion sur Slack est maintenant tout naturel.

Ce petit miracle est rendu possible par l’ajout d’un étui avec écran au téléphone principal. Il ne s’agit donc pas d’un seul écran pliable comme dans le cas du Galaxy Fold, mais plutôt de l’équivalent de deux téléphones liés utilisant le même processeur.

Et ce téléphone au nom à coucher dehors est capable de gérer sans ralentir beaucoup de demandes, grâce à la puce dernier cri Snapdragon 865 et ses 8 Go de RAM. Et sa batterie de 5000 mAh assure une autonomie plus que respectable : il nous a fallu deux pleines journées d’utilisation élevée pour la vider, pratiquement un record.

Ses capacités photographiques sont étonnantes. Même si LG n’a pas embarqué dans la surenchère de caméras arrière et se contente de deux objectifs, un grand-angle et un très-grand-angle appuyés par un capteur de profondeur, le V60 a battu clairement son rival sud-coréen, le fameux Galaxy S20 Ultra 5G de Samsung, dans notre test de comparaisons de photos.

Les tons du LG étaient généralement plus clairs et plus chauds et la gestion des contrastes, meilleure. Son principal défaut : une tendance à saturer les couleurs. Évidemment, côté zoom, il ne peut rivaliser avec le téléobjectif optique 4x du S20.

Avantage imbattable du V60, par contre, on peut utiliser son deuxième écran pour voir les photos qui viennent d’être prises. Plié, on peut l’utiliser comme un périscope, ce qui permet par exemple de prendre une photo en plaçant le téléphone au-dessus du sujet ou dans un angle normalement impossible.

Les deux écrans ont la même configuration, OLED avec 6,8 pouces de diagonale et une résolution de 395 ppi. Belle surprise, on a conservé la prise jack et introduit la possibilité de diffuser du son en haute résolution, 32-bit QUAD Dac. L’enregistrement vidéo peut monter jusqu’à 8K.

Enfin, toute cette offre est à un prix bien inférieur à ceux des rivaux hauts de gamme de Samsung et Apple, soit 1100 $.

On aime moins

Assemblé avec son étui, le V60 pèse 348 g et fait 14,9 mm d'épaisseur. Il est gros et peu séduisant.

Il a fallu faire quelques compromis pour garder l’ensemble à un prix concurrentiel, et le premier concerne l’écran au taux de rafraîchissement de 60 Hz, alors que la norme chez les premiers de classe Android est maintenant de 120 Hz. Les 8 Go de RAM, également, ne sont pas des plus généreux.

L’utilisation des deux écrans simultanément par une même application ne fonctionne pas toujours bien. Tout dépend de l’application, et elles sont encore rares à utiliser cette fonction.

Enfin, pour charger le tout, on a créé un nouvel adaptateur, unique à LG, dans lequel il faut brancher une prise USB-C. Encore un autre modèle de prise.

On achète ?

Vous vous êtes reconnu dans le premier paragraphe de cette critique ? Vous êtes du genre superutilisateur qui a besoin de deux écrans en même temps ? À sa troisième version, le téléphone à écran double de LG remplit plus que jamais ses promesses, et coûte 200 $ de moins que son prédécesseur. La nouvelle, c’est qu’il dispose maintenant de capacités photographiques hors pair.

Un bon achat pour l’utilisateur exigeant, pas de doute.

V60 ThinQ 5G Dual Screen

Fabricant : LG

Prix : 1100 $ (en ligne chez Bell et Koodo)

Note : 4,5 sur 5

Clins d’œil technologiques

Winding Worlds

Winding Worlds, lancé le 15 mai dernier par le studio indépendant montréalais KO_OP sur Apple Arcade, est un adorable jeu de puzzle où l’on doit aider des personnages ultracolorés en tournant des couches de leur planète. Ce jeu préparé depuis deux ans, dont la poésie rappelle Le petit prince et qui est décrit comme « méditatif et apaisant », a la particularité d’avoir été achevé en télétravail. « Ça marche, mais deux aspects ont été plus difficiles : les tests et la communication, dit Sam Boucher, designer de jeu chez KO_OP. C’était facile avant de se tourner de bord et de lancer une idée. Maintenant, on est sur Slack, il faut tout écrire. »

Winding Worlds, pour appareils iOS (offert avec abonnement Apple Arcade)

Distributrice sans contact

Totalement autonome avec sa connexion cellulaire, « 100 % conçue au Québec », la machine distributrice de masques de protection de la firme montréalaise Area n’a presque pas besoin d’être touchée pour livrer son produit. L’acheteur se verse un peu de Purell, tape un seul coup léger sur l’écran et paie sans contact – l’argent comptant n’est pas accepté. « On a réduit le nombre d’interactions pour toucher le moins possible à la machine, explique Francis Desmarteaux, président d’Area. On connaît en temps réel l’inventaire, on peut changer le prix à distance et la déboguer. » Vendue 2595 $ ou installée gratuitement et exploitée par Area dans certains lieux publics, la distributrice fera son apparition dans les régions de Montréal et de Québec fin juin.

Jour de l’accessibilité

Vous l’ignoriez peut-être, mais le 21 mai est officiellement la Journée mondiale de sensibilisation à l’accessibilité. C’est également l’occasion de découvrir des applications utiles et des fonctions étonnantes dans votre appareil mobile, iOS ou Android. L’app Transcription instantanée, de Google, fait un travail tout à fait respectable pour afficher ce que vous venez de dire sur l’écran de votre téléphone. Un iPhone peut être couplé à un appareil auditif ou retransmettre sur des écouteurs Bluetooth normaux ce qui est capté par son micro. Tous les téléphones ont une fonction zoom pour grossir les caractères et les icônes. Avec Hawkeye Access, on peut même contrôler son navigateur web avec des mouvements oculaires.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.