Fermeture du tunnel sous le mont Royal

Vers un nouveau tracé pour apaiser les usagers

Les organismes liés aux transports collectifs dans la région montréalaise s’approchent d’une entente qui permettrait au train de l’Est de poursuivre sa route jusqu’au centre-ville après la fermeture du tunnel ferroviaire sous le mont Royal, en janvier 2020, a appris La Presse.

Si l’entente se concrétise, cette solution constituera un soulagement pour les résidants de l’est de l’île et de la couronne nord, qui n’ont pas été choyés au cours des dernières années en ce qui a trait au déploiement de mesures structurantes de transport collectif.

Les organismes de transport, comme l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), le Canadien National (CN) et d’autres, sont près d’un accord afin de permettre au train de l’Est de poursuivre sa course jusqu’au centre-ville en empruntant les voies du CN à l’ouest de la jonction de l’est, là où le train bifurque actuellement vers le sud pour entrer dans le tunnel sous le mont Royal.

Or, ce tunnel sera fermé dès janvier prochain pour permettre les travaux d’adaptation au passage du Réseau express métropolitain (REM) de la Caisse de dépôt. Sa réouverture est prévue seulement en 2022.

Selon nos informations, colligées auprès de trois personnes au courant du dossier, mais qui ne peuvent pas parler publiquement parce que l’entente n’est pas signée, le trajet retenu prévoit un arrêt près de la station de métro Du Collège. Cette correspondance avec cette station de métro du tronçon ouest de la ligne orange détournerait le trafic de sa portion est, déjà surchargée.

Un arrêt à Du Collège faciliterait aussi la vie des élèves de la couronne nord de Montréal et de l’est de l’île qui se rendent aux cégeps de Saint-Laurent (francophone) et Vanier (anglophone). Il aurait aussi l’avantage de rapprocher de leur destination les étudiants qui fréquentent l’Université de Montréal.

en vigueur dès 2020

Ce scénario a été présenté aux élus municipaux des secteurs concernés depuis au moins trois semaines.

« Une solution a été mise de l’avant qui avance très bien et qui va régler une grande partie de la problématique », a dit dans un entretien le maire de Mascouche, Guillaume Tremblay, sans préciser de quel scénario il s’agissait.

« Il y a des scénarios évalués présentement qui permettraient de nouveaux arrêts utiles pour des jeunes qui vont à l’université, ajoute-t-il. Ce scénario est en train d’être évalué. Aussitôt qu’il va être confirmé, vous allez en entendre parler. Pour notre population, ce n’est pas parfait, mais elle va être bien contente de voir qu’on est en mode solution et qu’on peut permettre à nos jeunes d’aller à l’université, ce qui va constituer un nouveau service pour notre monde. »

Après la station Du Collège, le train contournerait le mont Royal en poursuivant sa route jusqu’à la gare de triage Taschereau, dans l’arrondissement de Saint-Laurent, puis vers la gare Centrale, au centre-ville.

Les investissements requis seraient limités, de sorte que la solution pourrait être mise en vigueur dès le début de 2020.

« Je ne pense pas être en mesure de vous confirmer quoi que ce soit aujourd’hui », a répondu la ministre déléguée aux Transports, Chantal Rouleau, quand nous lui avons exposé en détail le scénario du contournement de la montagne par l’ouest. « Ce que nous cherchons à faire, c’est de nous assurer que les gens de l’est sont les mieux servis possible. Les analyses se font. On se donne encore quelques semaines. En septembre, on va avoir les solutions les plus optimales pour servir les gens de l’est », avance la députée caquiste de Pointe-aux-Trembles.

Trajet sans correspondance

Un train Mascouche–station Du Collège–gare Centrale aurait l’avantage pour ses usagers de rejoindre le centre-ville sans correspondance, malgré l’allongement du temps de trajet de 10 à 15 minutes.

« Je vois ce scénario d’un très bon œil », dit Caroline Bourgeois, mairesse de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, sans confirmer si le scénario avait été présenté aux maires. Durant les travaux, je veux m’assurer qu’un maximum d’efforts est fait pour que les gens puissent rester dans le réseau de transport collectif. À partir du moment qu’on change leurs habitudes et que ces gens décident de prendre la voiture, ça va être difficile de les ramener au transport collectif. On a une obligation de résultat », fait-elle savoir.

Les mesures de mitigation annoncées en février dernier obligeaient les passagers à faire une correspondance pour se rendre au centre-ville. Cela prolongerait le temps de parcours de 15 à 20 minutes par trajet.

Jugeant insatisfaisantes les initiatives proposées, les usagers avaient alors décidé de boycotter les séances du groupe de travail des lignes Deux-Montagnes et Mascouche.

L’ARTM proposait alors que les usagers du train de l’Est descendent à la gare Sauvé et qu’ils marchent ensuite jusqu’à la station de métro Sauvé de la ligne orange, déjà surchargée. Conscient de l’état de saturation de la ligne orange est, l’ARTM recommandait aux passagers d’opter plutôt pour l’un des trois trajets d’autobus express partant de Repentigny, de Mascouche et de Terrebonne. Le terminus projeté est la station de métro Radisson, sur la ligne verte.

Dans un bref échange, le CN a confirmé qu’une demande d’utilisation de sa voie ferrée à l’ouest de la jonction de l’est lui a été formulée et que l’analyse se poursuit.

Du côté de l’ARTM, organisme de planification du transport collectif dans la région montréalaise, on se contente de dire que ce scénario [Mascouche–Du Collège–gare Centrale] fait partie de l’ensemble des mesures d’atténuation à l’étude. « Il n’y a rien d’écarté, en ce moment. Les mesures retenues seront annoncées à la rentrée », dit Simon Charbonneau, conseiller aux affaires publiques et aux relations médias.

Chez Exo, qui exploite les trains de banlieue, « on ne peut se prononcer davantage puisque des discussions sont en cours », indique Louis-André Bertrand, conseiller aux relations médias.

Source d’économies

La solution à l’étude serait aussi source d’économies pour le gouvernement du Québec. En se rendant au centre-ville, les trains Exo de la ligne de l’Est continueraient d’avoir accès au centre d’entretien de l’organisation à Pointe-Saint-Charles, dont l’utilisation serait ainsi maximisée. À défaut d’entente avec le CN, Exo devra diriger les trains de la ligne Mascouche de façon temporaire au centre de maintenance Lachine pour effectuer l’entretien majeur. À plus long terme, Exo discute avec ses partenaires pour construire un atelier d’entretien à Saint-Laurent, entre les stations Montpellier et A40 du futur REM.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.