Courrier

« Salut, l’extrême », un court texte

de Fred Dompierre publié hier, a suscité de nombreux commentaires.

Un sentiment réel

Dix-huit petits paragraphes percutants dont les mots décrivent un sentiment réel et une situation que ne peut que s’amplifier. Le dialogue est-il possible ? 

— Michel Lemieux

Manifester à visage découvert

Ce texte exprime bien et dans de magnifiques tournures de phrases ce que plusieurs pensent. J’espère toujours qu’un jour les manifestants auront le courage de leurs opinions et manifesteront à visage découvert et de manière civique.

— Michel Rouillard, Bromont

Un fléau de supposées victimes

Merveilleux texte qui exprime de façon si intelligente la situation actuelle de délire existentiel de la part de certains soi-disant bien-pensants. Il est grandement temps que l’on oppose un argumentaire solide contre ce fléau de supposées victimes de tout et de rien ! 

—Céline Roy

Les ayatollahs de la rectitude politique

C’est bien dit. Étant moi-même vieux, je deviens de plus en plus intolérant à… l’intolérance. Vivre et laisser vivre. A-t-on besoin au Québec et au Canada (et pourquoi pas aux États-Unis) d’ayatollahs de la rectitude politique ? Pour ma part, je crois que je suis assez vieux pour encore penser par moi-même.

— Gilbert Marin

On nous étouffe

Texte très réaliste. L’extrême nous étouffe, veut tout contrôler. Ces êtres n’ont aucun respect pour les libertés. Ces derniers pensent qu’eux seuls ont la vérité.

— Solange Legault

Où sont les studieux et les créateurs ?

Voilà l’expression de mon ras-le-bol des gens qui agitent toute la société. Je ne reconnais plus ma nation qui grandit dans la paix et la prospérité. Je n’entends plus les studieux, les créateurs, les découvreurs. Je ne vois plus les familles, les grands-parents, les immigrés qui sont contents de vivre parmi nous.

— Beverly Ann

Salut La meute !

Je comprends que l’extrême est seulement à gauche. Celui de droite ne vous empêche pas de dormir. Salut La meute !

— Jean Gauthier

Quelques réponses à nos questions

Ceux qui se demandent pourquoi les électeurs québécois se sont massivement tassés vers la droite depuis quelques années auront la réponse à leurs interrogations en vous lisant. Les menaces et l’intimidation, les appels à la censure, les critiques virulentes d’une pièce qu’ils n’ont pas vus, prétendre représenter toute une communauté alors qu’ils ne représentent qu’eux-mêmes. Bref, utiliser des méthodes fascistes en se prétendant antifasciste, ça ne passe pas ici.

— Michel Favreault

Des terroristes intellectuels

Je suis vieux, j’aurais aimé écrire votre texte. Chaque phrase, chaque mot exprime la frustration que j’ai à écouter, à voir, depuis plus de 30 ans, ces démolisseurs membres de groupuscules, toujours les mêmes, détruire l’avancement culturel, économique et social sans jamais proposer quoi que ce soit. Je n’en peux plus d’entendre et de voir ces terroristes intellectuels envahir la place publique. Moi non plus ils n’auront pas mon âme. 

— Paul Laurent

J'en ai marre des censeurs

Je ne suis pas un expert de l’intolérance, mais j’ai visité Auschwitz et Belfast, j’étais hier à Sarajevo et j’écris de Mostar, où les traces des obus et des balles sont encore présentes. J’en ai marre des censeurs bien pensants, des idéologues moralisateurs, des philosophes de bécosse qui assènent leurs vérités en voulant imposer leur étroitesse d’esprit.

— André Petit, Gatineau

Les extrêmes se complètent

Il y a toujours deux extrémités, l’extrême dur et l’extrême mou. Le dur nous fait courber l’échine par son imbuvable discours, l’extrême mou nous tire vers le bas par son absence de discours. Les deux extrêmes se complètent très bien l’un créant l’espace et l’autre le remplissant. 

— Christian Castonguay, Laval

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.