Festival du film de l’Outaouais

Michel Côté et Vincent Leclerc en classe de maître

Le Festival du film de l’Outaouais fêtera sa 20e édition avec de grands noms du cinéma et de la télévision québécois. Un des moments importants aura lieu le 24 mars alors que les comédiens Michel Côté et Vincent Leclerc (Séraphin dans Les pays d’en haut) donneront tour à tour, à 10 h et à 11 h, une classe de maître au Cinéma 9 de Gatineau. Le 29 mars à 10 h, au même endroit, le producteur français Dominique Besnehard donnera lui aussi une classe de maître. C’est lui qui est derrière la série Dix pour cent en France. Denise Filiatrault tiendra une séance de dédicace (le 24 mars à 15 h, au Cinéma 9) avec sa fille Danièle Lorain qui lui a consacré une biographie, Quand t’es née pour un petit pain. Le festival aura lieu du 22 au 30 mars.

— André Duchesne, La Presse

Yann Pocreau

Une grande sculpture dans le Vieux-Port en 2019

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a annoncé hier la création, d’ici l’automne 2019, d’une œuvre d’art public par l’artiste visuel montréalais Yann Pocreau. Il s’agira d’un hommage à trois femmes qui ont participé à la fondation de la métropole : Jeanne Mance, Marguerite Bourgeoys et Marguerite d’Youville.

Yann Pocreau a été retenu, à la suite d’un concours organisé par le Bureau d’art public de Montréal, pour réaliser une sculpture monumentale qui sera installée sur un espace gazonné de la future place des Commencements, à l’extrémité sud de la nouvelle jetée Alexandra, dans le Vieux-Port de Montréal.

Mesurant 16 m de hauteur et 17 m de largeur et pesant 20 tonnes, la sculpture intitulée Leurs effigies aura une forme inspirée par les trois lignes de tête issues de portraits de Jeanne Mance (1606-1673), Marguerite Bourgeoys (1620-1700) et Marguerite d’Youville (1701-1771).

Ce projet de 1,5 million de dollars de la Ville de Montréal s’inscrit dans une politique d’embellissement des berges du fleuve, dans le Vieux-Port, le terminal de croisières étant en cours de réaménagement.

Réalisée en partenariat avec l’Atelier du bronze d’Inverness et le consultant en design Éric Millette, l’œuvre symbolisera la santé, l’éducation et le développement social. Elle sera fabriquée en acier inoxydable avec des ajouts de cuivre et une base en pierre calcaire. Les portraits des trois femmes et leurs biographies seront gravés à l’intérieur de la sculpture.

une station de métro pour jeanne mance ?

Lors de la présentation de la maquette de l’œuvre, Yann Pocreau, âgé de 37 ans, a indiqué que la commande était une aventure excitante et complexe, un projet qu’il abordait « avec énormément de sérieux et d’enthousiasme ».

La mairesse de Montréal croit que la sculpture « viendra magnifier un nouvel espace public ». La PDG de l’Administration portuaire de Montréal, Sylvie Vachon, a estimé que l’œuvre serait « gracieuse et inspirante », une opinion partagée par sœur Madeleine Juneau, directrice générale de la Maison Saint-Gabriel, qui a ajouté que Leurs effigies célébrerait « avec force et jeunesse » le rôle des trois femmes auxquelles on rendra hommage.

Soulignant l’importance qu’ont eue bien des femmes dans le développement de Montréal, la sœur Juneau a terminé son allocution en demandant à la mairesse Valérie Plante que les noms de Marguerite d’Youville, Marguerite Bourgeoys et Jeanne Mance soient attribués à trois stations de métro de la future ligne rose, puisque, a-t-elle précisé, « aucune station actuelle du métro de Montréal ne porte le nom d’une femme ». La mairesse a semblé acquiescer…

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.