Chronique

Deux hommes en colère

Maudite marde. Le vortex du « true crime » m’a de nouveau aspiré. Je suis présentement obsédé par le Chevrolet Tracker rouge au toit blanc de Laurent Taillefer, par le Contre-Bar de Senneville, par l’hôtel Le 400, ainsi que par des pelles jetées dans le coffre d’une grosse voiture américaine brune non identifiée.

Cet angoissant effet de hantise découle du visionnement de la percutante docusérie Meurtriers sur mesure du Club illico, dont le premier épisode – sur un total de sept – est offert gratuitement sur la plateforme de Vidéotron.

À l’opposé du Dernier soir de l’Extra de Tou.TV, où Monic Néron cherche le suspect du meurtre crapuleux de deux ados de Longueuil en mai 1975, Meurtriers sur mesure relate comment deux détectives bornés ont bâclé (un euphémisme) l’enquête sur l’assassinat de Sandra Gaudet, une adolescente de 14 ans violée et étranglée dans la nuit du 9 au 10 mars 1990 à Val-d’Or.

Résultat de ce gigantesque cafouillage ? Deux amis d’enfance de Senneterre, Hugues « Hugo » Duguay et Billy Taillefer, alors âgés de 21 et 23 ans, ont été condamnés pour cet homicide, qu’ils n’ont pas commis.

Les deux hommes en colère ont respectivement croupi en prison pendant 12 et 15 ans, avant qu’un juge n’ordonne leur libération. Ils poursuivent aujourd’hui la municipalité de Val-d’Or et le procureur général pour un total de 40 millions.

On enfile les épisodes de Meurtriers sur mesure, coréalisés par Izabel Chevrier et Martin Paquette, et la mâchoire nous tombe par terre. Non mais, à quel point cette investigation a-t-elle été ratée du début à la fin ? C’est scandaleux, honteux, révoltant.

Les deux détectives affectés au dossier, Michel Cossette et Daniel Huard, ont été victimes de ce que les documentaristes appellent leur « vision en tunnel ». Les enquêteurs croyaient dur comme fer que Billy Taillefer et Hugues Duguay avaient agressé sexuellement et étouffé Sandra Gaudet, puis abandonné son corps à demi nu dans un fossé, en pleine nuit.

Un paquet d’informations crédibles contredisaient toutefois cette théorie. Pas grave. Les policiers se sont organisés pour que la preuve corrobore leurs suppositions. Manipulation de témoins, rapport d’autopsie ignoré, écoute électronique invalidée, suspect tabassé et aveux arrachés sous pression : mission accomplie, Taillefer et Duguay ont été coffrés. Et Val-d’Or a pu enfin mieux dormir.

Pourtant, aucune trace d’ADN ni rien de tangible ne liait la victime à ses présumés bourreaux, qui détenaient des alibis en béton. Pourquoi les flics ont-ils enfreint les règles de base les plus élémentaires pour coincer Taillefer et Duguay ? Qu’est-ce qui les motivait tant à s’acharner sur ces deux copains ?

C’est la commission Poitras qui soulèvera, en 1998, les nombreuses irrégularités ayant contaminé le procès de Billy Taillefer et d’Hugues Duguay.

À la caméra de Meurtriers sur mesure, les deux anciens suspects livrent des témoignages bouleversants, surtout Billy Taillefer, encore sous le choc 30 ans plus tard.

Il y a énormément de boulot de terrain dans Meurtriers sur mesure, qui dérive d’un ouvrage rédigé par l’expert en criminologie Jean Claude Bernheim. Avis à tous les maniaques de détails.

Le seul défaut de cette docusérie, c’est qu’elle n’identifie aucune nouvelle personne d’intérêt dans cette affaire sordide. Pour l’instant, les responsables de la mort de Sandra Gaudet, 14 ans, courent toujours. Et ses parents n’obtiendront jamais la satisfaction de voir les coupables pourrir derrière les barreaux.

Action, déception

Alors que l’action débarque enfin dans Une autre histoire à Radio-Canada, ses cotes d’écoute s’étiolent. L’épisode de lundi n’a été vu que par 570 000 téléspectateurs, loin derrière L’échappée de TVA (1 102 000).

Aucun essoufflement du côté de District 31, qui a cartonné lundi avec une audience évaluée à 1 512 000 accros. Alerte Amber se maintient au-dessus du million avec ses 1 057 000 fidèles, qui ont été abandonnés sur un immense punch : à qui appartient le cadavre retrouvé dans la voiture carbonisée ?

En primeur, TVA a déposé l’épisode d’Alerte Amber de la semaine prochaine sur son site web, pour les plus impatients parmi vous.

À Radio-Canada, la série Ruptures a été suivie par 546 000 personnes, soit un peu plus que les fans d’Occupation double, qui étaient au nombre de 526 000 à avoir aimé la « vibe » de la première émission quotidienne de la semaine.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.