Boîte techno

« Il y a maintenant responsabilité citoyenne d’installer plus de bornes de recharge »

Le succès commercial des véhicules électriques est loin d’être assuré, et dépend de plus en plus de la volonté des gouvernements d’investir dans la création d’une infrastructure de recharge « suffisamment dense », assurait le PDG de la société française Peugeot (PSA), Carlos Tavares, la semaine dernière, à l’occasion du salon de l’auto de Genève.

« C’est la responsabilité citoyenne des États de s’engager sur la densité minimale des réseaux de chargement de véhicules électriques en amont des dates qui ont été fixées pour atteindre les objectifs [de réduction] de CO2 », a-t-il dit lors d’une table ronde avec des journalistes spécialisés. M. Tavares s’adressait ainsi au marché européen, mais sans doute que cet appel trouvera écho au Québec, notamment, où la pression monte afin d’ajouter davantage de bornes de recharge rapides publiques.

Pas de bornes, pas d’acheteurs, a résumé, en somme, le patron de Peugeot. « Ce sont les États qui doivent financer les infrastructures. On ne peut pas vendre des véhicules à des clients réticents à les acheter. »

Le chiffre de la semaine

804 000

C’est le nombre de véhicules assemblés aux États-Unis par les marques automobiles allemandes. Du lot, 430 000 sont exportés. À l’inverse, 494 000 véhicules sont importés d’Allemagne. Un casse-tête en vue si le président Trump va de l’avant et taxe les modèles européens vendus sur son territoire.

Elon Musk est-il un bioterroriste qui s’ignore ?

Le lancement de la fusée Falcon Heavy par la société SpaceX le mois dernier a suscité beaucoup d’émoi, entre autres parce que son fondateur, Elon Musk, en a profité pour envoyer un Roadster de Tesla en orbite. Malgré les bonnes intentions, il pourrait s’agir d’un important faux pas interplanétaire. Quand la NASA procède à un lancement, elle s’assure de stériliser ses appareils, ce qui est loin d’être garanti dans le cas du Roadster. Résultat : s’il y a de la vie sur Mars, elle pourrait ainsi être contaminée par d’éventuels parasites provenant de la décapotable de Musk, avant même qu’on puisse en découvrir l’existence.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.