FLASHES

Ça fait jaser

Ces personnalités font parler d’elles pour le meilleur ou pour le pire. Tour d’horizon des nouvelles d’ici ou d’ailleurs qui animeront les conversations autour de la machine à café.

Cinéma

Déception pour les Québécois aux Oscars

La catégorie des courts métrages de fiction, dans laquelle sont nommés Fauve et Marguerite, sera présentée pendant une pause publicitaire.

L’appel de l’Académie que Marianne Farley a reçu au début de la semaine n’est pas vraiment celui qu’elle espérait.

La réalisatrice québécoise, dont le film Marguerite est en lice pour la statuette du meilleur court métrage de fiction à la prochaine cérémonie des Oscars, a plutôt appris que sa catégorie faisait partie des quatre qui seraient présentées pendant une pause publicitaire.

« C’est extrêmement décevant, je ne peux pas dire le contraire », a commenté Marianne Farley en entrevue avec La Presse, hier.

Le film Fauve, réalisé par Jérémy Comte, nommé dans la même catégorie, subira donc le même sort.

Les prix récompensant le montage, la direction photo ainsi que le maquillage et la coiffure seront eux aussi remis hors des ondes.

L’Académie des arts, des sciences et du cinéma a justifié sa décision lundi en invoquant des contraintes de temps : dès le mois d’août dernier, elle a annoncé que quatre catégories devraient écoper afin que le gala, d’ordinaire très long, puisse être concentré en moins de trois heures afin, notamment, de juguler la chute des cotes d’écoute observée depuis quelques années.

Les discours de remerciement des gagnants seront donc diffusés plus tard dans la soirée. Il sera tout de même possible de les suivre en direct sur le site officiel des Oscars.

« On nous a assuré que les quatre catégories de cette année seraient live l’an prochain, qu’il allait y avoir une alternance. C’est vraiment un adon que ça tombe sur nous cette année », déplore Marianne Farley.

« Pour bien du monde, et je m’inclus là-dedans, c’est probablement la seule fois qu’on va avoir une nomination aux Oscars. »

— La réalisatrice de Marguerite, Marianne Farley

Jérémy Comte n’a pas tenté lui non plus de dissimuler sa déception.

« Ça met des catégories à part, qui pourtant sont super importantes pour le cinéma, fait-il valoir. Le court métrage est un art en soi, c’est malheureux qu’on passe à côté. »

Il souligne néanmoins à quel point il s’estime « choyé et reconnaissant » de sa nomination, et qu’il ne fait pas de doute que son expérience à Los Angeles sera « incroyable ».

Cette décision de l’Académie, rappelle-t-il, survient au terme d’une année « étrange » qui culminera avec une cérémonie sans animateur.

« On n’a aucun contrôle là-dessus, on y va à fond quand même. »

— Le réalisateur de Fauve, Jérémy Comte

Marianne Farley, quant à elle, n’exprime qu’un souhait : que la production du gala ne se concentre pas exclusivement sur les gagnants dans les catégories brimées, mais donne une bribe de temps d’antenne à tous les nommés.

« Rendus à ce niveau, tous les nommés sont des gagnants », estime-t-elle.

Colère sur les réseaux sociaux

Bien que quatre statuettes écopent, c’est le passage à la trappe des prestigieuses catégories du montage et de la direction photo qui a soulevé la plus importante vague de colère sur les réseaux sociaux.

Déjà, depuis quelques semaines, le mot-clic #presentall24 [présentez les 24 prix] était de plus en plus présent sur Twitter. Lundi, les réactions de cinéphiles et de membres de l’industrie ne se sont pas fait attendre.

Le réalisateur Alfonso Cuarón, dont le film Roma est nommé pour la direction photo, a écrit que « dans l’histoire du cinéma, des chefs-d’œuvre ont existé sans son, sans couleur, sans histoire, sans acteurs et sans musique. Mais aucun n’a existé sans direction photo et sans montage ».

Son collègue Guillermo del Toro a renchéri : « Je ne voudrais pas suggérer quelles catégories couper de la soirée des Oscars, mais la photo et le montage sont au cœur de notre art. Ils n’ont pas été hérités de la tradition théâtrale ou littéraire : ils sont le cinéma lui-même. »

« À tous ceux qui regardent les Oscars en rêvant de devenir monteur, directeur photo ou maquilleur : j’espère que vous apprécierez les numéros musicaux », a pour sa part ironisé le réalisateur Jason Reitman.

Au total, 24 trophées seront remis lors de la cérémonie du 24 février prochain.

Flash

RICHARD GERE : PAPA LAST CALL

Selon le magazine Hola, Richard Gere, 69 ans, est de nouveau papa. Sa femme, Alejandra Silva, a donné naissance il y a quelques jours à un garçon. À l’instar de sa conjointe qui aura 36 ans vendredi prochain, l’acteur a déjà un premier enfant d’une union antérieure. « Je suis l’homme le plus heureux de l’univers. J’ai trouvé la vie paisible que j’ai toujours recherchée », a confié la vedette de Pretty Woman et American Gigolo au magazine espagnol. Le couple s’est marié en avril 2018.

— Luc Boulanger, La Presse

Flash

Plus de diversité dans les films de 2018

Le nombre de femmes et de personnes issues de la diversité a sensiblement augmenté en 2018 dans les rôles principaux des films hollywoodiens les plus lucratifs au box-office nord-américain. C’est ce que révèle une étude menée par l’organisme Annenberg Inclusion Initiative de l’Université de la Californie du Sud (USC), publiée hier. Selon le document, les femmes ont occupé 40 % des rôles principaux des 100 films les plus payants, soit 8 points de plus qu’en 2017. Quant aux personnes de la diversité, on les trouve dans les rôles principaux de 28 films sur 100, soit 7 de plus qu’en 2017. L’étude rappelle aussi qu’en Amérique du Nord, les femmes forment 51 % de la population.

— André Duchesne, La Presse

Flash

Une nouvelle amitié est née

Hier, Yannick Nézet-Séguin a publié une photo sur son compte Instagram où on le voit en compagnie de l’acteur Bradley Cooper. Selon le texte accompagnant le cliché, les deux nouveaux amis ont passé une semaine ensemble il y a un mois. Dans le but de se préparer à son nouveau film Bernstein, le comédien américain a assisté aux répétitions et aux concerts de l’Orchestre de Philadelphie et du Metropolitan Opera de New York que le chef d’orchestre québécois a dirigés. Dans son message, le maestro en a profité pour souhaiter bonne chance à Bradley Cooper, dont le film A Star Is Born est en lice pour quelques Oscars le 11 février, dont ceux des meilleurs acteur et actrice (Lady Gaga) et du meilleur long métrage. — La Presse

Flash

Le duo Cochrane et Tremblay de retour à l’animation du Gala Québec Cinéma

Édith Cochrane et Guylaine Tremblay piloteront pour la troisième année de suite le Gala Québec Cinéma, qui se tiendra le 2 juin prochain. La mise en scène de la cérémonie sera assurée par Brigitte Poupart, et Manon Brisebois en signera la réalisation. Du côté des textes, Vincent Bolduc sera derrière la script-édition alors que Julien Corriveau et Marie-Andrée Labbé seront les auteurs des textes de la soirée. Le gala sera précédé d’un tapis rouge et suivi d’une émission d’une heure consacrée aux lauréats des prix Iris. Herby Moreau et Claudine Prévost en seront les animateurs. Un nouveau trophée sera remis au cours de la soirée : celui du Meilleur premier long métrage, visant à mettre en valeur un cinéaste pour la qualité de son premier long métrage de fiction. — Stéphanie Vallet, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.