Actualités économiques

Québec perd 5 millions dans la faillite de Pharmetics

Québec perd les 5 millions qu’il avait prêtés au fil des ans à Pharmetics, de Laval, un fabricant à forfait de médicaments en vente libre et de produits nutritionnels de marque privée, qui a fait faillite en mars.

Ces prêts, consentis entre 2013 et 2016, avaient été faits par le truchement du fonds d’urgence du Fonds de développement économique (FDE), la tirelire gouvernementale pour aider les entreprises. Le FDE est géré par Investissement Québec, mais c’est le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation (MESI) qui décide de la répartition de l’argent.

Québec a autorisé en 2017 la conversion des prêts en actions privilégiées afin de permettre la venue d’un partenaire stratégique qui aurait assuré la continuité des affaires, un scénario qui ne s’est finalement pas produit. Cette décision de Québec était conditionnelle au maintien d’un minimum de 155 emplois pendant cinq ans.

« En raison de la faillite récente de l’entreprise, le placement en actions privilégiées [d’une valeur de 5,2 millions] sera radié », explique le MESI dans un courriel.

Créée en 1956, l’entreprise s’est installée à Laval en 1989. De 1993 à 1997, elle a fait partie de la société Theratechnologies. Son établissement principal est situé au 3695, autoroute des Laurentides, à Laval. Elle avait une usine à Burlington, en Ontario.

Ses dettes s’élèvent à 40 millions de dollars, dont près de 800 000 $ envers ses employés, d’après les documents préparés par le syndic Richter. Les créances garanties s’élèvent à 8 millions approximativement.

La participation du gouvernement du Québec ne figure nulle part dans les documents du syndic. À notre connaissance, l’aide de Québec à Pharmetics n’a fait l’objet d’aucun décret. L’information sur l’aide de Québec a été obtenue en comparant les documents des deux dernières années fournis par le FDE aux parlementaires pour l’étude des crédits qui s’est déroulée à la fin du mois d’avril.

La société avait déposé un avis d’intention de faire une proposition à ses créanciers le 16 février.

« La société a eu des discussions avec plusieurs parties intéressées, mais sans être capable d’avancer assez pour arriver à une transaction », a expliqué, dans un entretien en mars, Andrew Adessky, syndic chez Richter.

Actualités économiques

Pages Jaunes dans le rouge, mais sa perte diminue

Pages Jaunes est demeurée dans le rouge au premier trimestre, mais a été en mesure de réduire sa perte nette en dépit d’une diminution de son chiffre d’affaires.

L’entreprise établie à Montréal a affiché hier une perte nette de 919 000 $ pour la période de trois mois terminée le 31 mars, contre une perte nette de 5,1 millions, ou 19 cents par action, il y a un an.

De leur côté, les revenus ont fléchi de 11,6 %, à 159,3 millions, ce que la société a attribué à une diminution des recettes dans tous ses secteurs, à l’exception de celui consacré à l’immobilier.

Le président et chef de la direction de Pages Jaunes, David Eckert, a estimé que la performance du premier trimestre reflétait les « progrès accomplis vers l’harmonisation » des dépenses et des revenus, ce qui devrait ouvrir la voie à une « croissance rentable vers l’avenir ».

La transition numérique a été douloureuse pour l’éditeur de l’annuaire Pages Jaunes qui n’a pas vu son chiffre d’affaires croître depuis 2008. Il génère la majorité de ses recettes grâce à ses activités numériques, mais cela n’est pas suffisant pour contrebalancer le déclin du secteur imprimé.

En plus de l’annuaire imprimé Pages Jaunes, la société – qui tente de rivaliser avec des géants numériques – est propriétaire des marques numériques RedFlagDeals.com, Canada411.ca, 411.ca, Bookenda.com, DuProprio.com et ComFree.com.

Plus tôt cette année, M. Eckert, qui est en poste depuis septembre dernier, avait annoncé l’élimination de 500 postes, soit environ 18 % de l’effectif de l’entreprise.

Actualités économiques

WestJet promet des remboursements advenant une grève

WestJet Airlines promet des remboursements complets à ses clients dans les cas où des vols devraient être annulés en raison d’une éventuelle grève de ses pilotes. WestJet a précisé que les remboursements seraient effectués dans la forme originale du paiement. Air Canada a profité de la situation chez son plus grand rival au pays pour annoncer qu’il augmenterait sa capacité sur certaines liaisons transcontinentales clés. Les pilotes de WestJet ont voté à 91 % pour un mandat de grève. Même si ce mandat pourrait être exercé à compter du 19 mai, le syndicat s’est engagé à ne pas déclencher de grève pendant le long week-end de la fête de la Reine (la journée des Patriotes au Québec), pour témoigner de sa bonne foi. Un tel arrêt de travail ne surviendra pas avant le 22 mai, a-t-il précisé. L’Association internationale des pilotes de ligne, qui représente 1500 pilotes de WestJet, a précisé que les négociations se poursuivraient dès la semaine prochaine à Halifax, et s’est engagée à y rester aussi longtemps qu’il le faudrait pour obtenir un accord sur une première convention collective. — La Presse canadienne

Rectificatif

Hexavest

Dans notre article d’hier sur l’arrivée de Vincent Delisle chez Hexavest, nous avons écrit que la société de gestion d’actifs montréalaise comptait 17 employés. Elle en compte plutôt 47, dont 17 sont aussi actionnaires.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.