GRAND PRIX DE CHINE

Le bon coup de Ricciardo

Daniel Ricciardo pouvait difficilement choisir un meilleur moment pour rappeler à tout le monde qu’il est l’un des meilleurs pilotes de la Formule 1.

L’Australien a doublé les cinq autres pilotes des équipes de pointe en quelques tours, hier au Grand Prix de Chine, pour arracher une superbe victoire. Il a devancé sur le podium les Finlandais Valtteri Bottas (Mercedes) et Kimi Räikkönen (Ferrari).

L’équipe Red Bull, au contraire de Ferrari et Mercedes, avait opté pour une stratégie de deux arrêts, et Ricciardo a profité d’une intervention providentielle de la voiture de sécurité, au 31e tour, pour effectuer son deuxième changement de pneus sans perdre de temps sur les meneurs. Profitant au maximum de ses pneus tendres pendant que ses rivaux peinaient sur des pneus medium, l’Australien a doublé Räikkönen, son coéquipier Max Verstappen, Lewis Hamilton, Sebastian Vettel et finalement Bottas.

« L’équipe a pris rapidement la meilleure décision en faisant stopper les deux voitures dans le même tour quand la voiture de sécurité est sortie, a dit Ricciardo. Je savais au départ que nous avions une chance pour le podium. »

« Je sentais que la victoire était possible et je n’allais pas la laisser filer ! »

— Daniel Ricciardo

Remarquable finisseur, Ricciardo est parti à l’attaque et ses manœuvres tranchantes comme des couteaux, face à Hamilton et à Bottas en particulier, étaient imparables. Le pilote de l’équipe Red Bull, dont le contrat vient à échéance en fin de saison, est, dit-on, en pourparlers avec Ferrari, Mercedes et Red Bull. Il va sûrement pouvoir faire monter les enchères après sa performance d’hier.

En fait, seul Verstappen aurait pu barrer sa route, mais il a encore gâché ses chances – et celles d’autres pilotes – en commettant plusieurs bévues. On retiendra évidemment surtout son accrochage avec Vettel, résultat d’une erreur lamentable de sa part, mais le jeune Néerlandais a aussi bien failli aller au contact avec Hamilton et il s’était déjà montré très téméraire au départ. Pénalisé de 10 secondes (ce qui l’a fait reculer de la quatrième à la cinquième place), Verstappen s’est vite excusé après la course, mais les dommages étaient faits.

Vettel, le grand perdant

Vettel, le grand perdant du jour, a d’ailleurs souligné : « Je savais que les Red Bull étaient plus rapides – Daniel [Ricciardo] l’avait déjà montré – et cela ne servait à rien de résister. Je lui ai laissé [à Verstappen] un peu plus d’espace, au cas où il bloquerait ses roues, mais ce n’était apparemment pas assez… Je n’ai pas à le traiter de tous les noms, il sait ce qu’il a fait. »

Finalement huitième après avoir dû céder face à Fernando Alonso dans le dernier tour, l’Allemand a vu son avantage au championnat réduit à neuf points sur Hamilton (54-45). Bottas (40) et Ricciardo (37) en ont aussi profité pour se replacer dans la course.

Au championnat des constructeurs, Mercedes a repris le premier rang à Ferrari, à la faveur surtout d’une superbe course de son deuxième pilote Valtteri Bottas. Le Finlandais, troisième des qualifications, a d’abord pris un excellent départ pour devancer Räikkönen. Il a ensuite profité d’un excellent ravitaillement pour devancer Vettel, et n’eût été la neutralisation de la course, il aurait probablement triomphé.

Bottas cachait mal sa déception, après la course, en conférence de presse : « Je n’ai pas l’impression d’avoir gagné un podium, mais bien d’avoir perdu la course, a-t-il insisté. Nous avions pourtant tout fait pour gagner. Quand la voiture de sécurité est intervenue, nous venions [lui et Vettel] de passer l’entrée des puits et nous n’avons pu réagir.

« Les Red Bull ont changé leurs pneus alors que j’ai dû effectuer les 40 derniers tours avec des pneus medium qui n’étaient plus très rapides à la fin. C’est la deuxième semaine d’affilée que j’ai l’impression d’avoir échappé une victoire et j’espère pouvoir bientôt corriger cette situation. »

Enlevant d’un bout à l’autre, ce Grand Prix de Chine a été aussi disputé en tête qu’en milieu et même en queue de peloton. Les Renault ont encore confirmé leurs progrès avec notamment une excellente sixième place pour Nico Hulkenberg, et le moteur français équipe cinq voitures parmi les dix premières.

Le prochain Grand Prix sera disputé le 29 avril en Azerbaïdjan, sur le difficile circuit urbain de Bakou. C’est Ricciardo qui s’était imposé la saison dernière et il sera assurément encore l’un des favoris dans deux semaines.

Un peu mieux pour Stroll

Le Québécois Lance Stroll est resté encore loin du top 10 hier au Grand Prix de Chine, mais il était néanmoins satisfait des progrès de l’équipe Williams. Finalement 14e après une course mouvementée, le pilote de 19 ans a expliqué : « J’ai encore pris un très bon départ, comme à Bahreïn, en gagnant cinq ou six places. Par la suite, je crois que nous avons vraiment roulé au maximum des possibilités de la voiture.

« Nous n’avons toutefois pas été favorisés par l’arrivée de la voiture de sécurité parce que les équipes qui avaient opté pour une stratégie de deux arrêts ont pu en profiter. Sans cela, je crois que nous aurions pu devancer les Force India, pas en performances pures, mais avec notre bon départ et tout le reste.

« C’est donc un peu décevant, mais je suis content de notre course. Nous avons respecté notre plan et je pense que nous avons obtenu le meilleur résultat possible dans les circonstances. »

Le directeur technique Paddy Lowe s’est aussi réjoui des progrès de l’équipe. « Par rapport au Grand Prix de Bahreïn, c’est très positif. Nous avions une bonne stratégie et tout le monde a travaillé parfaitement. La voiture de sécurité nous a pénalisés, mais personne n’a baissé les bras. Lance est monté jusqu’au 12e rang et nous avons pu rivaliser avec d’autres équipes, ce qui n’était pas le cas lors du dernier Grand Prix. »

Stroll et les Williams auront une chance de confirmer ces timides progrès à l’occasion du prochain Grand Prix, à Bakou, où le Canadien avait signé son meilleur résultat la saison dernière en grimpant sur la troisième marche du podium.

Daniel Ricciardo

Chacune des six victoires de Daniel Ricciardo a été spectaculaire et celle d’hier n’a pas fait exception. « Je ne sais pas pourquoi, mais mes victoires ne sont jamais ennuyantes, a souligné le vainqueur, aussi désigné pilote du jour par le public. Celle-là a vraiment été excitante ! » L’Australien a réussi plusieurs de ces dépassements dont il a le secret. Il a notamment surpris Lewis Hamilton en l’attaquant de très loin au bout de la ligne droite. « Parfois, il faut juste lécher le timbre et envoyer la lettre, a-t-il expliqué. Je savais que je pouvais freiner plus tard qu’eux [les pilotes des Mercedes]. Souvent, on n’a qu’une chance de tenter une manœuvre et j’ai voulu tirer le maximum de chaque occasion. »

L’accrochage des Toro Rosso

Les batailles ont été nombreuses hier pendant le Grand Prix de Chine, souvent entre coéquipiers, et c’est d’ailleurs un accrochage entre les deux pilotes de l’équipe Toro Rosso, Pierre Gasly et Brandon Hartley, qui a été à l’origine de la neutralisation de la course. Brillant quatrième à Bahreïn, Gasly a cette fois causé la perte de son équipe en fonçant dans son coéquipier au bout de la ligne droite. Un problème de communication serait en cause. « On m’avait dit qu’il me laisserait passer, mais il n’avait visiblement pas reçu le message », a raconté le Français après la course.

Lewis Hamilton

Lewis Hamilton s’est peut-être approché de Sebastian Vettel au classement du Championnat du monde, mais il n’a jamais été vraiment compétitif, hier, sur le circuit de Shanghai. Dominé par son coéquipier Valtteri Bottas chez Mercedes, le Britannique a concédé : « Ce Grand Prix a été un désastre pour moi. Je ne dois toutefois pas baisser la tête, car il faut vite réagir au risque de perdre encore de précieux points au championnat. » Le directeur de Mercedes, Toto Wolff, a aussi reconnu que les voitures n’étaient pas au niveau espéré, ni en qualifications ni en course, et qu’un travail important restait nécessaire pour rivaliser avec Ferrari et même Red Bull.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.