Boîte techno

Les véhicules parleront français grâce au Québec

Pour que la voiture autonome voie réellement le jour, il faudra que celle-ci puisse communiquer avec le mobilier urbain, les autres véhicules et le réseau routier, échangeant des données sur les conditions routières, la météo, la circulation, etc. Et une technologie québécoise veut s’assurer que cette voiture communicante parle français.

Issue de la société Orange Traffic, Intersect est devenue la semaine dernière la troisième plateforme au monde à voir sa technologie pour feux de circulation recevoir la certification OmniAir du consortium du même nom. Celle-ci vise à garantir une interopérabilité entre les diverses technologies de « V2X », le nom donné à cet échange de données de mobilité. Intersect a mis au point un module connecté compact et facile à installer sur les feux de circulation pour accroître leur polyvalence, et pour permettre un échange d’information avec les véhicules à proximité. Dans ce dernier cas, Intersect pourra aller jusqu’à afficher des données en français sur leur tableau de bord.

Le chiffre de la semaine

797 ch

C’est la puissance de ce VUS pour corps policiers. Disons que si vous pensez vous sauver d’une contredanse en faisant mordre la poussière à l’agent de police qui vous pourchasse au volant de ce Dodge Durango SRT Pursuit revu avec la mécanique du Challenger Hellcat Redeye, on ne donnera pas cher de votre peau…

Audi redouble d’efforts dans le développement de sa filière hydrogène

La législation chinoise en faveur des véhicules zéro émission a fait renaître l’intérêt envers l’hydrogène chez Audi, qui veut se positionner comme le centre d’excellence du groupe Volkswagen en matière de véhicules alimentés par une pile à hydrogène.

De la même façon qu’on a pu voir le programme e-tron donner naissance à un premier VUS tout électrique cette année, Audi mettra donc en place un programme similaire, appelé h-tron, dont l’un des objectifs est de produire un premier véhicule à pile à combustible au plus tard en 2021. Ce véhicule sera initialement destiné au marché chinois, précise le groupe d’Ingolstadt, en Allemagne.

Le mois dernier, Pékin a annoncé une série de mesures afin de s’assurer qu’elle compterait 100 000 véhicules alimentés à l’hydrogène sur ses routes au plus tard en 2025. Audi, qui vend un véhicule sur trois en Chine, espère que cet investissement en fera un leader dans ce marché.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.