Nicaragua

L’opposition lance une grève générale pour faire plier Ortega

Engagés dans un bras de fer avec le président Daniel Ortega, ses opposants espèrent paralyser le Nicaragua par une grève générale décrétée aujourd’hui pour contraindre l’ancien guérillero à cesser la répression de manifestations, qui a fait plus de 150 morts en moins de deux mois. À l’annonce de cet arrêt de travail de 24 heures, qui doit débuter à midi (heure locale), les Nicaraguayens se sont précipités dans les supermarchés pour renflouer leurs stocks de nourriture. « Ce sera une grève civique et pacifique qui touchera tout le pays et toutes les activités économiques », a annoncé mardi l’Alliance citoyenne pour la justice et la démocratie, qui regroupe des étudiants, des chefs d’entreprise et des représentants de la société civile. Cette coalition est à la pointe des manifestations lancées à la mi-avril contre le gouvernement sandiniste et qui n’ont cessé de prendre de l’ampleur, malgré une féroce répression qui a fait 152 morts et 1340 blessés, selon le dernier bilan du Centre nicaraguayen des droits de l’homme. —Agence France-Presse

Belgique

Carles Puigdemont a-t-il été espionné par l’Espagne ?

L’ex-dirigeant catalan Carles Puigdemont a-t-il été espionné en Belgique par l’Espagne à l’insu des autorités belges ? Des députés belges ont exigé des explications des services de renseignement du pays, sur fond de « montée en puissance » de l’activité secrète de certains pays sur le sol belge. Fin mars, après l’arrestation de M. Puigdemont en Allemagne à l’issue de cinq mois d’exil en Belgique, plusieurs médias avaient fait état de la découverte peu auparavant sous sa voiture d’une balise de traçage GPS destinée à pouvoir le localiser en permanence. Les services de renseignement espagnols ont été soupçonnés par les proches du président destitué de la Catalogne. Une plainte a été déposée en Belgique pour violation de la vie privée et une enquête judiciaire a été ouverte, selon l’agence de presse Belga. Désormais, c’est la structure de contrôle des services de renseignement belges qui est saisie d’une demande d’enquête de la part des parlementaires qui peuvent la solliciter, ont rapporté hier les médias. — Agence France-Presse

Syrie

Du sarin et du chlore utilisés dans deux attaques en mars 2017 

Du sarin et du chlore ont été utilisés dans deux attaques dans le sud de la Syrie en mars 2017, a annoncé l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) hier. « Du sarin a très probablement été utilisé comme arme chimique à Latamné, en Syrie, le 24 mars 2017. La FFM [mission d’enquête de l’OIAC] a également conclu que du chlore avait très probablement été utilisé comme arme chimique à l’hôpital de Latamné et ses environs le 25 mars 2017 », a indiqué l’OIAC dans un communiqué. Quelques jours plus tard, le 30 mars, du sarin a été utilisé dans une troisième attaque dans la localité de Latamné, avait déclaré l’an dernier à l’AFP le directeur général de l’OIAC Ahmet Üzümcü. « Les conclusions des incidents du 24 mars et du 25 mars se fondent sur différents témoignages, des analyses épidémiologiques et des échantillons environnementaux », a poursuivi l’OIAC. L’Organisation a par ailleurs annoncé en mai que ses experts avaient fini de prélever des échantillons dans la ville syrienne de Douma, théâtre en avril d’une attaque chimique présumée qui a fait au moins 40 morts, selon des secouristes. Les conclusions de l’enquête de l’OIAC n’ont pas encore été rendues publiques. — Agence France-Presse

antarctique

La fonte s’accélère et renforce la hausse du niveau des océans

L’Antarctique a perdu 3000 milliards de tonnes de glace depuis 1992, assez pour faire monter le niveau global des océans de presque 8 millimètres, et cette tendance s’est accélérée de façon spectaculaire au cours des cinq dernières années, selon une étude parue hier.

Avant 2012, le continent blanc situé au pôle Sud perdait environ 76 milliards de tonnes de glace annuellement, ont calculé les 84 scientifiques qui ont participé à cette étude de référence parue dans Nature.

Depuis cette date, ce chiffre a bondi à 219 milliards de tonnes par an. Autrement dit, depuis cinq ans, les glaces fondent à un rythme presque trois fois plus élevé qu’avant.

Cette découverte devrait dissiper les doutes sur le fait que l’Antarctique fond rapidement et représente une menace pour des centaines de millions de personnes vivant dans des zones basses côtières, soulignent les auteurs de l’étude.

« Nous avons maintenant une image sans équivoque de ce qui se passe en Antarctique », souligne Eric Rignot, principal coauteur de l’étude et chercheur au Jet Propulsion Laboratory de la NASA. « Nous considérons ces résultats comme une sonnette d’alarme supplémentaire pour agir, afin de ralentir le réchauffement de notre planète », insiste le scientifique français, qui étudie les glaciers et les pôles depuis 20 ans.

Observations satellites

Recouverte à plus de 98 % par des glaces permanentes – l’inlandsis –, l’île continent entourée par l’océan Austral représente à elle seule 90 % des glaces terrestres et recèle la plus grande réserve d’eau douce de la planète. Si toute cette masse de glace fondait, cela ferait grimper le niveau des océans de presque 60 mètres.

Jusqu’à présent, les scientifiques peinaient à déterminer si l’Antarctique avait gagné en masse grâce aux chutes de neige ou en avait perdu à cause de la fonte des glaces ou la séparation d’icebergs.

Mais plus de deux décennies d’observations satellites ont permis d’avoir une vue plus complète.

Plus de 90 % des glaces se trouvent dans l’Antarctique Est, qui est resté relativement stable malgré le réchauffement climatique.

L’Antarctique Ouest, en revanche, y est beaucoup plus sensible, en particulier la péninsule Antarctique où plus de 6500 kilomètres carrés de glace sont déjà tombés dans la mer.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.