France

Une énorme explosion secoue Paris 

Les autorités privilégient pour l'instant l'hypothèse de l'accident, qui aurait été causé par une fuite de gaz. Bilan provisoire : trois morts et des dizaines de blessés.

Paris — Une énorme explosion a fait trois morts, deux pompiers et une touriste espagnole, et près de 50 blessés hier en plein cœur de Paris, dans un immeuble où des pompiers intervenaient pour une fuite de gaz.

Neuf autres personnes sont grièvement blessées et 37 le sont dans une moindre mesure, selon les autorités.

« L’onde de choc particulièrement violente s’est propagée dans les quatre rues adjacentes sur environ 100 m. »

— Éric Moulin, commandant des pompiers

Dans la rue dévastée, une boulangerie et un restaurant situés au rez-de-chaussée de chaque côté du 6 de la rue de Trévise ont été totalement détruits, des immeubles ont eu les fenêtres soufflées, des voitures ont été retournées, détruites, calcinées, témoignant de la force de l’explosion, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Peu après l’explosion, des touristes hébergés dans les nombreux hôtels du quartier ont été évacués. Certains riverains ou vacanciers sortaient en robe de chambre ou finissaient de s’habiller précipitamment dans la rue.

Un homme pieds nus, l’air hagard, les cheveux blanchis par la poussière, a été pris en charge par les secours. Une femme âgée, encore en pyjama et robe de chambre, a dû aussi utiliser une échelle de pompiers pour évacuer un appartement situé au deuxième étage de l’immeuble.

Explosion pendant l’intervention

Le parquet de Paris a annoncé la mort de deux pompiers de 27 et 28 ans qui étaient sur place au moment de l’explosion, appelés pour cette fuite de gaz. À Madrid, le ministère des Affaires étrangères a annoncé la mort d’une touriste espagnole, qui voyageait avec son mari. Un autre Espagnol est parmi les blessés.

« À 8 h 37, nos sapeurs-pompiers sont intervenus […] pour une fuite de gaz. Au moment de leur intervention, une dramatique explosion a eu lieu », a expliqué le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, qui s’est rendu sur les lieux, tout comme le premier ministre Édouard Philippe, la maire de Paris Anne Hidalgo et le procureur de Paris Rémy Heitz.

« Nous sommes […] sur une origine accidentelle, mais à ce stade nous n’excluons aucune hypothèse. »

— Rémy Heitz, procureur de Paris

De nombreux Parisiens chauffent leur immeuble ou cuisinent grâce à un réseau de gaz de ville, mais les accidents sont très rares.

Signe du caractère exceptionnel de cet accident, qui a mobilisé quelque 200 pompiers, des hélicoptères de secours se sont posés sur la place de l’Opéra toute proche pour évacuer les victimes de cette spectaculaire explosion, qui s’est produite dans un immeuble du quartier touristique des Grands Boulevards, à proximité du musée Grévin.

Paris était déjà très largement quadrillé par un important dispositif sécuritaire pour contrôler les manifestations de gilets jaunes prévues hier.

« La salle de bains est un trou »

« On était tous en train de dormir et là on entend un bruit, on a cru que c’était un séisme », raconte une adolescente dans une rue attenante à celle de l’explosion. « On est descendus et on a vu un immeuble en feu », ajoute son frère.

« Je dormais et j’ai été réveillée par l’effet de souffle », raconte Claire Sallavuard, qui habite dans l’immeuble où est survenue l’explosion. « Pour sortir de la chambre, j’ai dû marcher sur la porte, les enfants étaient paniqués, ils ne pouvaient pas sortir de leur chambre », poursuit cette femme.

« Les pompiers nous ont conseillé de sortir, mais la gaine de l’ascenseur a été soufflée, plus de rambarde, plus rien, et il y avait trop de fumée. Donc on s’est réfugiés chez nos voisins au premier étage et les pompiers nous ont fait descendre par une échelle. Chez ces voisins, il y a deux pièces qui n’existent plus, la salle de bains est un trou », explique-t-elle.

Une enquête a été ouverte notamment pour déterminer l’origine précise du sinistre.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.