Boxe

Zewski veut une revanche, et rapidement

C’est un Mikaël Zewski déçu qui a quitté Las Vegas tôt dimanche matin.

Quelques heures plus tôt, le boxeur québécois avait encaissé sa première défaite par K.-O. en carrière, face au Lituanien Egidigus Kavaliauskas, se faisant briser au huitième round.

Un résultat qui a donné raison raison aux patrons de Top Rank de l’avoir choisi pour relancer Kavaliauskas (22-1), ainsi qu’aux preneurs aux livres, qui favorisaient le Lituanien à plus de quatre contre un. Ces derniers ont toutefois eu chaud pendant une large partie de la soirée ! En effet, Zewski dominait ce duel avant de se faire surprendre par un furieux uppercut dans les derniers instants du septième round.

Le Trifluvien s’est relevé, puis a eu droit à la pause d’une minute pour tente de reprendre ses sens. Ce ne fut pas suffisant. Mean Machine s’est rué sur lui au début du huitième round et il a terminé le travail entrepris deux minutes plus tôt.

« On savait que ce ne serait pas un combat facile, que j’affrontais un dur cogneur. Mon plan se déroulait quand même très bien dans les premiers rounds. Même au septième, si je ne me fais pas atteindre par l’uppercut, je pense que je gagne ce round-là aussi, et ça tombe 6-1 dans les rounds en ma faveur », a analysé Zewski.

« Cet uppercut, je ne l’ai pas vu venir. Il m’avait touché solidement avant, j’avais pris ses coups sans problème. Mais celui-là, il a tout changé », a-t-il admis.

Zewski (34-2) est donc déçu du résultat. Mais il croit avoir quand même prouvé qu’il pouvait se battre à ce niveau.

« J’ai donné plus de misère à Kavaliauskas dans la première moitié de combat que ne l’avait fait Terrence Crawford. J’ai perdu contre le gars le plus puissant de notre division, mais c’est indéniable que je gagnais ce combat-là avant ma première chute au plancher », tranche-t-il.

« Il n’y a pas de honte à avoir. J’avais un double olympien devant moi, un gars qui a envoyé [Terrence] Crawford au plancher à son dernier combat. J’ai montré non seulement que j’avais ma place sur ce ring, mais que je pouvais gagner à ce niveau. Je veux une autre chance le plus rapidement possible.  »

— Mikaël Zewski

Les restrictions liées à la COVID-19 au Québec ont empêché Zewski de tenir un camp d’entraînement normal. On comprend que son équipe a contourné les règles en mettant quand même les gants à l’occasion. Sauf que la variété des partenaires d’entraînement était limitée dans les circonstances. Zewski ne veut toutefois pas jouer à la victime.

« Je ne veux pas me servir de ça comme excuse. J’étais bien préparé. Si ça n’avait pas été le cas, je n’aurais pas gagné tous ces rounds. Est-ce qu’un camp normal de huit semaines aurait fait une différence ? On ne le saura jamais. L’important, c’est que j’ai démontré que j’avais ma place dans ce genre d’événement. Je veux revenir. »

Pour l’instant, toutefois, un peu de repos l’attend. Bonne nouvelle, un détour à l’hôpital dans la nuit de samedi à dimanche a permis à un scan de démontrer que le K.-O. n’avait pas laissé de trace.

Zewski devait arriver dimanche soir à la maison, puis il allait devoir se soumettre à sa quarantaine de 14 jours.

« Je n’ai même pas le droit de sortir pour courir, alors ce sera juste du repos. Ça fait des mois que je suis dans le gym, cette pause sera bénéfique. Je vais me donner le temps de récupérer, puis je vais repartir la machine », promet-il.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.