Websérie

La Québécoise Zoé Pelchat primée à Cannes pour Dominos

C’était la fête hier pour la réalisatrice Zoé Pelchat et son équipe de la websérie Dominos, qui a remporté le trophée de la meilleure série digitale au premier festival CANNESERIES.

« Merci full ! », lance Zoé Pelchat au bout du fil lorsqu’on la félicite pour le prix qu’elle a remporté hier à Cannes. Son équipe et elle ont bien sûr ouvert le champagne pour célébrer ce prix inespéré. « Nous avons regardé les 10 webséries en compétition et notre réaction, quand on les a vues, c’est qu’on était juste contents d’être là », explique-t-elle, encore en état de choc.

« Le calibre était très élevé. Il y avait de grosses productions américaines, et je me disais : “C’est sûr qu’on n’est pas dans la même ligue.” En allant au gala, on n’avait aucune attente. On capote, c’est beaucoup plus gros que ce à quoi on s’attendait. »

La jeune femme a écrit et réalisé Dominos, diffusée sur TV5, qui est son deuxième projet de websérie. Il s’agit de cinq épisodes d’une dizaine de minutes, où l’on suit différents personnages dans le quartier Sud-Ouest de Montréal, après la mort de la mère de deux d’entre eux.

La distribution, jeune et diversifiée, compte dans ses rangs Émile Schneider, Charlotte Aubin, Benjamin Roy, Mounia Zahzam, Gregory Beaudin (de Dead Obies), Paul Ahmarani et Sandrine Poirier-Allard.

« Un projet de cœur »

Zoé Pelchat croit que ce qui a pu avantager sa production est son parti pris pour la forme de la websérie, « qui n’est pas un film et pas une série », note-t-elle.

« Dominos, c’est une mosaïque de personnages. Ici, ils ont apprécié la complexité, le cœur, car beaucoup de gens pleurent en la regardant. Ce qu’on nous a dit, c’est que nous n’avions peut-être pas la production la plus impressionnante techniquement, mais que nous avions bien utilisé notre médium. »

« C’est un projet de cœur de A à Z, c’est juste de l’amour, fait avec des personnes que j’aime. Je pense que ça se sent. »

— Zoé Pelchat

Selon la jeune réalisatrice, les Français aiment beaucoup ce que les Québécois font dans ce rayon. Soulignons qu’une autre production québécoise, L’arène de Marjorie Armstrong, était en compétition.

« Nous sommes habitués à travailler avec de petits budgets. C’est pour ça qu’on est bons en webséries, croit-elle. Et il y a clairement un intérêt pour le format [numérique]. C’est le futur, avec des plateformes comme Netflix ou Tou.tv. »

Une mention dans Variety

Ce prix viendra avantageusement garnir le CV de Zoé Pelchat, qui a la tête pleine de projets (de courts métrages, de séries, et d’une deuxième saison pour Dominos). D’ailleurs, même le célèbre magazine Variety a parlé de sa websérie.

« C’est sûr que ce prix me donne de la crédibilité, alors que je n’ai pas fait tant de fiction. Mais moi, demain, je serai en train de travailler, je ne tiens pas ça pour acquis. Notre métier demande beaucoup de travail, et on le fait avec un amour total. »

Dominos a été créée en collaboration avec St Laurent TV, le Fonds TV5, le Conseil des arts et des lettres du Québec et Spira. Elle était en compétition contre neuf autres productions à CANNESERIES, le festival international des séries de Cannes, qui en est à sa première année et dont le but est de valoriser les séries du monde entier.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.