Ouragan Michael 

« C’est une dévastation impensable »

Panama City — L’ouragan dévastateur Michael avait causé la mort d’au moins six personnes à la mi-journée, hier, alors que des milliers de soldats et de secouristes s’activaient dans le nord-ouest de la Floride pour mener des opérations de sauvetage, déblayer les rues jonchées de débris et rétablir le courant.

« C’était violent, vraiment violent », a relaté à l’AFP John Huskey, habitant de Panama City, station balnéaire frappée de plein fouet par l’ouragan de catégorie 4 sur 5 quand il a touché terre mercredi.

L’étendue des dommages restait incertaine hier et l’ouragan a fait au moins six morts : en Floride, quatre personnes ont perdu la vie, selon le bureau du shérif du comté de Gadsden, un homme de Caroline du Nord est également mort et une fillette de 11 ans a été tuée lorsqu’un auvent de garage a atterri sur sa maison en Géorgie, selon les autorités.

Si le ciel était à nouveau bleu hier à la mi-journée, les rues de Panama City étaient recouvertes de branches d’arbres, de toitures arrachées et de morceaux de verre. Les vents s’y sont déchaînés mercredi pendant presque trois heures, selon des journalistes de l’AFP.

« D’abord, le grenier s’est effondré. Tout est allé très vite. Ensuite, mon toit s’est écroulé. […] Je suis juste tellement soulagée que nous nous en soyons sortis, parce que j’ai cru rester piégée là. »

— Rene Scott, une résidante

Dans cette ville côtière, des arbres sont tombés sur des lignes électriques ou en travers des routes, des façades ont été littéralement arrachées, laissant l’intérieur des maisons à nu. Dans la marina, des voiliers ont été projetés les uns contre les autres.

Deux hôpitaux de Panama City ont été endommagés. Quelques kilomètres plus à l’est, la base aérienne de Tyndall a également été frappée « directement » par l’ouragan et a subi des « dommages étendus », selon un communiqué publié sur son site.

Des centaines de milliers de personnes restaient hier privées de courant dans plusieurs États du sud-est des États-Unis, dont près de 390 000 en Floride, 130 000 en Caroline du Sud et 220 000 en Caroline du Nord.

Après avoir charrié des vents de 250 km/h, l’ouragan Michael a été rétrogradé en tempête tropicale. La Floride traversée, il a poursuivi sa course en Alabama et en Géorgie, puis vers les Carolines du Sud et du Nord.

35 000 gardes nationaux

« C’est une dévastation impensable, a commenté hier Rick Scott, le gouverneur de la Floride. J’ai entendu dire que beaucoup de personnes avaient été blessées. »

« L’aide arrive par les airs, la terre et la mer. Nous avons 35 000 gardes nationaux de Floride et plus de 1000 véhicules de secours spéciaux, 13 hélicoptères et 16 bateaux pour l’assistance humanitaire, les opérations de sécurité, de recherche et de sauvetage. »

— Rick Scott, gouverneur de la Floride

Les bureaux de l’État seront fermés dans 14 comtés aujourd’hui, a-t-il également précisé.

Le président Donald Trump a annoncé à la mi-journée avoir déclaré l’état de catastrophe majeure en Floride, permettant de débloquer plus d’aide fédérale, selon un communiqué de la Maison-Blanche. M. Trump a également déclaré l’état d’urgence en Géorgie.

« Pas d’électricité ni de réseau »

Dans la ville d’Alford, à environ 70 km de Panama City, les commerces et les maisons en bord de route étaient endommagés. Au nord de la ville, les habitants faisaient la queue dans une station-service pour se ravitailler en eau et en nourriture. Mais les pompes à essence avaient été balayées par le vent, privant les habitants d’essence.

« Nous n’avons pas d’électricité ni de réseau », a expliqué Gina Chaudrey, la trentaine, venue avec son mari constater les dégâts sur le commerce de son beau-père. Ayant grandi dans la région, l’ouragan Michael est selon elle « de loin le pire » qu’elle ait connu.

« Nous n’avons jamais vécu quelque chose comme ça », a confirmé Kotton Ayr, ancien militaire aujourd’hui ferrailleur. « Beaucoup de personnes sont sans abri », s’est-il inquiété, décrivant une nuit d’enfer.

Reconstruction « rapide »

La reconstruction « va être rapide. On fera en sorte qu’elle soit rapide », a promis le président Trump, interviewé hier par la chaîne Fox News.

L’ouragan était « incroyablement destructeur et puissant », a-t-il commenté, en qualifiant le cyclone de « bolide ».

Lors d’un rassemblement la veille, M. Trump avait indiqué qu’il se rendrait « très rapidement en Floride ».

« Nous sommes concentrés sur les missions de secours de vies humaines, la recherche et le sauvetage, et nous commençons à évaluer l’impact catastrophique de l’ouragan », a de son côté déclaré le vice-président Mike Pence.

À 14 h, heure locale, l’ouragan Michael générait des vents de 85 km/h, et il se déplaçait à 37 km/h, selon le bulletin du Centre national des ouragans.

Il devait toucher la Virginie hier soir, où des précipitations jusqu’à environ 22 cm sont attendues par endroits, ce qui pourrait entraîner de dangereuses inondations. Michael devait ensuite atteindre l’Atlantique tard hier ou ce matin.

La saison des ouragans dure de juin à novembre.

Les États-Unis ont subi l’an dernier huit tempêtes de forte puissance et trois ouragans majeurs : Irma, Maria et Harvey. Ce dernier a provoqué 125 milliards de dollars de dégâts et inondé la métropole de Houston.

États-Unis

Melania Trump dit être « la personne la plus harcelée au monde »

La première dame des États-Unis Melania Trump s’est présentée comme « la personne la plus harcelée au monde », dans un entretien diffusé hier sur la chaîne ABC. Face à l’étonnement du journaliste, elle a concédé n’être peut-être que « l’une » des principales victimes de harcèlement. « Vous devriez voir ce que les gens disent de moi. » Cette expérience explique son engagement dans la campagne « Be Best » contre le harcèlement en ligne, a-t-elle ajouté. La discrète épouse de Donald Trump, qui se tient plutôt à l’écart de la politique, a tenu ces propos en marge d’une tournée africaine, qui l’a menée au Ghana, au Malawi, au Kenya et en Égypte la semaine dernière. À cette occasion, l’ancienne mannequin de 48 ans a été vivement critiquée, sur les réseaux sociaux et dans la presse, pour avoir arboré un casque colonial. « J’aimerais que les gens se focalisent sur ce que je fais, pas sur ce que je porte », avait-elle commenté. — Agence France-Presse

Disparition suspecte du journaliste Jamal Khashoggi

Trump ne compte pas réduire les ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Donald Trump a indiqué hier qu’il ne comptait pas réduire les ventes d’armes des États-Unis à l’Arabie saoudite à cause de la disparition suspecte du journaliste Jamal Khashoggi, poussant d’influents sénateurs républicains à souligner que le Congrès pourrait bloquer de telles transactions. Les Saoudiens « dépensent 110 milliards de dollars en équipements militaires et pour des choses qui créent des emplois […] dans ce pays. Je n’aime pas l’idée de mettre fin à un investissement de 110 milliards de dollars aux États-Unis », a déclaré M. Trump à des journalistes à la Maison-Blanche. « Vous savez ce qu’ils vont faire ? Ils vont prendre cet argent et le dépenser en Russie ou en Chine, ou le placer ailleurs. Je pense qu’il y a d’autres moyens », a-t-il poursuivi, relevant que si la situation concernant M. Khashoggi « s’avère finalement aussi mauvaise que cela semble en avoir l’air, il y a certainement d’autres moyens de gérer » cette affaire. — Agence France-Presse

Visite à la Maison-Blanche

Kanye West... ou Superman ?

Kanye West était de passage dans le bureau Ovale, hier, où il a déclaré que sa casquette rouge « Make America Great Again » (MAGA) lui permettait de « se sentir comme Superman ». Avant un dîner privé, le président Donald Trump et Kanye West se sont entretenus avec des journalistes, assis face à face. Le rappeur a dominé la conversation avec une série de monologues sur la politique sociale, la santé mentale et son soutien au président. Il a déclaré que beaucoup de gens croient que les Noirs doivent être démocrates, et a dit avoir subi des pressions pour cesser de porter sa casquette rouge « MAGA ». Kanye West estime que Donald Trump a permis d’éviter une guerre avec la Corée du Nord et a encouragé le président à échanger son appareil Air Force One contre un avion à hydrogène. Il a également fait valoir que Donald Trump méritait plus de respect, affirmant que « s’il n’a pas une bonne image, nous n’avons pas une bonne image ».

— Agence France-Presse

États-Unis

Washington va restreindre les transferts de technologie nucléaire vers la Chine

Les États-Unis vont restreindre, au nom de la sécurité nationale, les transferts de technologie nucléaire civile vers la Chine pour « éviter leur détournement illégal » à « des fins militaires ou non autorisées », a annoncé hier le ministère américain de l’Énergie. « Ces mesures de sécurité nationale sont le fruit d’un réexamen de la politique gouvernementale lancé à la suite d’inquiétudes au sujet des efforts de la Chine pour obtenir du matériel nucléaire, des équipements et de la technologie avancée en provenance de sociétés américaines », a-t-il ajouté dans un communiqué au moment où Washington a lancé une offensive tous azimuts contre Pékin, sur fond de guerre commerciale. Selon le ministre de l’Énergie Rick Perry, cité dans ce communiqué, « les États-Unis ne peuvent plus ignorer les implications » des agissements chinois « pour la sécurité nationale ». — Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.