Mon clin d’œil

Le début de la campagne, c’est signe qu’on arrive à la fin.

Opinion

Hépatite C
Le temps compte quand un traitement est possible

À peine 10 ans nous séparent de la cible fixée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’éradication de l’hépatite C dans le monde. En 2016, le Canada figurait au nombre des 194 pays qui se sont engagés à éradiquer la maladie d’ici 2030.

Bien que beaucoup de progrès aient été réalisés pour tenter d’éliminer le virus de l’hépatite C (VHC), bon nombre des quelque 250 000 Canadiens qui sont infectés par ce virus n’ont toujours pas reçu de diagnostic et n’ont pas été traités.

Or, le temps presse, particulièrement pour les populations prioritaires qui comprennent le peuple autochtone, les personnes consommant ou s’injectant des drogues, les immigrants et les nouveaux arrivants, les personnes ayant eu une expérience du système carcéral et les personnes nées entre 1945 et 1975.

Le Canada ne veut pas se retrouver parmi les pays qui n’atteignent pas l’objectif d’élimination.

Heureusement, des éléments sont en place, notamment un plan détaillé pour guider les efforts déployés au Canada en vue d’éliminer le VHC, les médicaments de courte durée remboursés par notre système de soins de santé public et un mandat de l’OMS. Des pays du monde entier, dont le Japon, l’Égypte, la Mongolie, le Royaume-Uni et la Corée du Sud, démontrent que l’éradication de la maladie est possible – l’heure est donc venue d’élaborer un plan d’action canadien fondé sur les plans des provinces.

L’exemple de l’Île-du-Prince-Édouard

Nous appuyons un vaste éventail d’initiatives visant à promouvoir l’élimination du VHC et à en faire une priorité, et nous sommes particulièrement fiers de notre partenariat avec la province de l’Île-du-Prince-Édouard. En effet, cette dernière illustre de brillante façon comment l’élimination du virus de l’hépatite C est réalisable. En fait, elle est la première province sur la bonne voie et réussira à éradiquer l’hépatite C plus tôt, soit d’ici 2025.

Amorcée en 2015, l’approche thérapeutique adoptée par l’Île-du-Prince-Édouard repose essentiellement sur la création d’un modèle de soins axé sur le patient qui permettra à la province d’éradiquer l’hépatite C.

Elle cherche à mobiliser dans un effort de collaboration les ressources médicales, les points d’accès et l’expertise clinique qui existent déjà dans la province dans le but de créer un modèle de soins économique qui a généré des résultats optimaux dans le traitement de l’infection par le VHC. 

Depuis le lancement du programme de lutte contre l’hépatite C en 2015, lequel s’étale sur un horizon de 10 ans, 45 % des résidants de cette province aux prises avec le VHC ont été traités. L’Île-du-Prince-Édouard cherche également à cerner les principaux groupes qui transmettent la maladie et à les traiter afin de réduire au maximum la propagation de cette infection.

C’est en mettant au point des initiatives d’élimination efficaces avec nos partenaires que nous arriverons à atteindre notre objectif commun d’éradiquer l’hépatite C d’ici 2030. Travaillons de façon concertée pour faire en sorte que le Canada soit l’un des pays en voie d’atteindre l’objectif de l’OMS de 2030.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.