Jody Wilson-Raybould candidate libérale en octobre

Jody Wilson-Raybould, l’ex-ministre de la Justice qui a accusé Justin Trudeau d’avoir fait des pressions sur elle dans le dossier SNC-Lavalin, a confirmé qu’elle avait l’intention de se présenter sous la bannière libérale aux élections d’octobre. Sur son site internet, Mme Wilson-Raybould a souligné que la récente controverse avait permis une « prise de conscience » chez les Canadiens sur la « culture de conflit, de partisanerie vide et de manœuvres cyniques » qui règne selon elle dans le monde politique. Malgré tout, elle a l’intention de se représenter pour le Parti libéral du Canada dans la circonscription de Vancouver Granville pour, dit-elle. changer cette culture. — La Presse canadienne

CHRONIQUE

Le match Tinder

Sébastien est content. Il vient d’avoir un match Tinder. Isabelle est contente. Elle vient d’avoir un match Tinder. Sébastien a glissé la photo d’Isabelle à droite, parce qu’il la trouve belle avec ses cheveux blonds, ses lèvres pulpeuses et sa jolie silhouette. Isabelle a glissé la photo de Sébastien à droite, parce qu’elle le trouve beau avec sa barbe virile, ses épaules carrées et son regard ténébreux. Ils se donnent rendez-vous dans un petit café, avenue Laurier.

SÉBASTIEN : Salut, Isabelle ?

ISABELLE : Oui. Sébastien ?

SÉBASTIEN : C’est moi. Je peux m’asseoir ?

ISABELLE : Bien sûr !

SÉBASTIEN : Ça commence à se réchauffer, dehors. Ça fait du bien. On a eu un hiver de cul.

ISABELLE : Moi, j’aime ça, l’hiver. J’aime ça, la neige et le froid. Ça me stimule !

SÉBASTIEN : Ben… Euh… Moi aussi, j’adore l’hiver. J’ai dit hiver de cul, mais dans le sens d’un beau cul. D’un bel hiver.

ISABELLE : Ah ! Ça tombe bien. On va bien s’entendre.

SÉBASTIEN : Tellement ! Le seul petit problème avec l’hiver, c’est que c’est pas évident de stationner son char.

ISABELLE : Parle-moi pas de char ! Moi, je suis contre les chars ! C’est le pollueur ultime ! C’est un acte terroriste de conduire une voiture en 2019. Un char, c’est une bombe !

SÉBASTIEN : Ben oui, ben oui… Moi… Moi… Moi aussi, je suis contre les chars. Tellement. Quand je disais que l’hiver, c’est dur de stationner son char, je parlais des chars des autres. Les chars des pollueurs sont stationnés tout croche, pis faut les éviter, à pied, c’est pas évident. On devrait interdire les chars dans les rues.

ISABELLE : T’as raison ! On a vraiment plein d’affinités. C’est quoi, tes passions ?

SÉBASTIEN : Ben moi, j’aime beaucoup la course automo… Je veux dire, la course en canoë.

ISABELLE : Moi aussi, je fais du canoë ! C’est fou ! As-tu remonté la rivière Rouge ?

SÉBASTIEN : Ah oui, j’ai fait la rouge, la verte, la bleue, la noire. J’ai fait toutes les couleurs, comme en karaté.

ISABELLE : T’es vraiment hot ! Est-ce que t’aimes manger ?

SÉBASTIEN : J’adore manger. Ma spécialité, c’est le steak !

ISABELLE : Je suis végétalienne…

SÉBASTIEN : Moi aussi ! J’ai pas eu le temps de finir ma phrase. Ma spécialité, c’est le steak de tofu !

ISABELLE : Non ! Pas vrai ?

SÉBASTIEN : Vrai ! Vrai ! Aussi vrai que j’aime l’hiver, que je suis venu à pied et que je fais du canoë !

ISABELLE : Ben voyons donc ! On est vraiment faits l’un pour l’autre !

SÉBASTIEN : Un match parfait !

ISABELLE : Aimes-tu la politique ?

SÉBASTIEN : Euh… toi ?

ISABELLE : Moi, oui ! J’en raffole ! Es-tu souverainiste ou fédéraliste ?

SÉBASTIEN : Toi, es-tu souverainiste ou fédéraliste ?

ISABELLE : Réponds avant ! Réponds avant !

SÉBASTIEN : Non, toi, réponds avant !

ISABELLE : Je suis un peu gênée de le dire.

SÉBASTIEN : Sois pas gênée, je suis sûr que je pense comme toi.

ISABELLE : Ben… je suis souverainiste !

SÉBASTIEN : Moi aussi ! Je suis souverainiste ! Vive le Québec libre !

ISABELLE : Ça se peut pas ! C’est tellement rare ! T’es vraiment l’homme de ma vie ! T’es dans quel parti ?

SÉBASTIEN : Toi, t’es dans quel parti ?

ISABELLE : Je suis gênée de le dire aussi. Fais-le en premier.

SÉBASTIEN : Non, non ! J’insiste par galanterie. À toi…

ISABELLE : Je suis péquiste.

SÉBASTIEN : Je suis péquiste aussi !

ISABELLE : Pas vrai ?

SÉBASTIEN : Oui, oui ! Je suis PQ, PQ, PQ !

ISABELLE : Ah ben, ça pourra pas marcher. On oublie ça, toi et moi. Je vais rentrer. Ne m’écris plus.

SÉBASTIEN : Ben voyons, qu’est-ce qui te prend ? On matche sur toute ! On aime l’hiver, on aime pas les chars, on aime le canoë, on est végétaliens, on est souverainistes !

ISABELLE : Ça, ça va…

SÉBASTIEN : Pis en plus, on est deux péquistes !

ISABELLE : Justement, deux péquistes ensemble, on ne s’entendra jamais. Deux péquistes ensemble, y’en a toujours un qui s’en va. Faque bye.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.