Fil techno

Voici l’« omnipeintre »

De l’arrivée d’un nouveau Hitman à une application pour voir bébé grandir en passant par un robot ouvrier créé à Montréal qui apprend à peindre, voici ce qui a retenu notre attention cette semaine dans le monde de la techno.

Un million pour un peintre robot

Des robots autonomes et qui apprennent par eux-mêmes, « c’est très rare en milieu industriel », dit le PDG et cofondateur d’OmniRobotic, François Simard. Quant à l’Omni Painter que la petite entreprise montréalaise a inventé, qui utilise l’apprentissage profond pour peindre n’importe quelle surface, il s’agirait d’une première mondiale. Le potentiel de ce robot peintre a permis à OmniRobotic d’obtenir 1 million en financement, qui implique notamment Element AI, Real Ventures et Alexandre Taillefer. Son marché : les manufacturiers qui font « de la personnalisation de masse », plutôt que des chaînes de production stables, explique M. Simard. Casiers, pièces de rechange, meubles uniques, « le robot va s’adapter instantanément », indique-t-il. La prochaine étape est d’effectuer des simulations en usine cet été pour une commercialisation avant la fin de 2018.

Hitman frappe de nouveau

Les 13 millions de mordus du jeu vidéo Hitman ont de bonnes raisons de célébrer : il y aura un Hitman 2, qui sera accessible le 13 novembre prochain, a annoncé jeudi le distributeur WB. Parmi les nouveautés : un mode Sniper Assassin à deux joueurs offert dès maintenant avec les précommandes, et une campagne continue plutôt que des épisodes. Difficile de ne pas être séduit par ce jeu hors-norme, dans lequel l’agent 47 doit « neutraliser une cible » – c’est-à-dire assassiner un mafieux ou un leader quelconque dans des résidences cossues à travers le monde – en s’infiltrant discrètement dans leur environnement. Le studio danois derrière Hitman, IO Interactive, a fêté ses 20 ans à la mi-mai, avec une édition « définitive », regroupant tous les contrats, la saison un, les bonus et les mises à jour depuis deux ans. En un mois, nous sommes loin d’en avoir fait le tour, pour notre plus grand bonheur.

23 %

Croissance annuelle, depuis cinq ans, des primes d’assurances des entreprises contre les « cyberrisques », selon une étude de la firme Aon. La protection contre les virus, rançongiciels et attaques informatiques de toutes sortes dépassera bientôt tous les autres secteurs d’assurances, prédit le rapport.

L’application de la semaine

Album électronique pour bébé

C’est le genre d’application québécoise que les nouveaux parents vont adorer et que les anciens auraient bien aimé avoir. Santé de bébé TELUS, offerte gratuitement pour iOS et Android, permet de consigner sur son téléphone photos, vaccins et mesures liées à la croissance des 18 premiers mois de bébé. On peut facilement ensuite savoir dans quels quartiles il se situe et trouver des conseils, notamment conçus en partenariat avec le site Maman pour la vie.

Suivre l’E3 au cinéma

Le grand rendez-vous de l’industrie du jeu vidéo, l’E3 2018, s’ouvrira mardi prochain à Los Angeles avec sa promesse de dizaines de nouveaux jeux. Les annonces et rumeurs ont plu avant même l’événement, notamment avec Pokémon : Let’s Go, Assassin’s Creed : Odyssey et Battlefield V. Sony a eu la belle idée d’offrir aux fans québécois la possibilité de suivre sa conférence, qui aura lieu la veille du E3, soit lundi soir, dans trois cinémas, à Montréal, Brossard et Québec. Les billets sont gratuits, mais « partent comme des petits pains chauds », nous signale-t-on chez Sony. 

Le NIP, efficace seulement à 20 %

Compter uniquement sur un numéro d’identification personnel pour protéger les données de son téléphone intelligent est une mauvaise idée. En fait, selon une nouvelle étude de l’Université de Waterloo, cette méthode offre un taux d’efficacité médiocre de 20 %. Il suffit de regarder discrètement le propriétaire en train de taper son code pour le voler, ce que tout proche ou voisin de bureau peut aisément faire, a conclu l’étude. Quelques solutions suggérées par les auteurs : utiliser des NIP plus longs et cacher de l’autre main son téléphone. On propose également une méthode qui n’existe pas encore, à notre connaissance : modifier la disposition des chiffres de l’écran de déverrouillage.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.