Bilan de l’Impact

Plusieurs points d’interrogation

L’avenir de Nacho Piatti avec l’Impact demeure toujours nébuleux et le bilan de la saison offert par l’organisation montréalaise n’a fait qu’épaissir encore davantage le mystère.

Outre les quatre joueurs convoqués par leurs sélections nationales respectives (Samuel Piette, Jukka Raitala, Daniel Lovitz et Lassi Lappalainen), Piatti a été le seul joueur de l’Impact à ne pas s’adresser aux journalistes, hier midi, au Centre Nutrilait.

« Nacho était ici tantôt pour rencontrer la direction, et l’équipe a décidé d’activer l’option en prévision de l’an prochain, mais pour une raison que j’ignore, il n’a pas voulu s’adresser aux médias », a déclaré le porte-parole de l’équipe, Patrick Vallée, un peu après l’heure du dîner, après que tous les joueurs et l’entraîneur-chef Wilmer Cabrera eurent défilé devant les journalistes pour faire le bilan de la saison.

Le président du club, Kevin Gilmore, et le nouveau directeur sportif de l’Impact, Olivier Renard, n’étaient pas disponibles non plus, ce qui a contribué à lancer les conjectures.

Piatti, qui touchait 4,4 millions la saison dernière, n’avait-il pas manifesté publiquement récemment son intention de revenir l’an prochain, après avoir envisagé cet été un retour chez lui à San Lorenzo ? Pourquoi alors ne pas avoir annoncé la bonne nouvelle ?

« Si c’est mon choix, je vais être ici sans problème. Mais ce n’est pas ma décision. Moi, je serai ici à 100 % si le club prend l’option. »

— Nacho Piatti, vendredi dernier

Y a-t-il eu des frictions lors de la rencontre entre Piatti, Renard et l’adjoint au directeur sportif, Vassili Cremanzidis ? La somme négociée en octobre 2017 pour l’année d’option est-elle jugée insuffisante aujourd’hui par Piatti ?

Au lieu de fournir des réponses, le bilan a suscité encore davantage d’interrogations. L’entraîneur Wilmer Cabrera ? Il a rencontré Olivier Renard. Une rencontre positive. Seule certitude, nous a confié Cabrera : il coachera l’an prochain… à Montréal ou ailleurs.

Le gardien Evan Bush ? Au moment de s’adresser aux médias, Bush n’avait pas encore rencontré Olivier Renard, puisque sa rencontre prévue en matinée a été reportée, mais l’autre gardien, Clément Diop, l’avait déjà eue. Dans un monde idéal, Bush souhaite revenir, même s’il a regardé les derniers matchs du banc des joueurs.

« C’est un processus difficile pour tout le monde, a expliqué l’entraîneur (par intérim) Wilmer Cabrera, mais selon ma compréhension, [Olivier Renard] prend son temps pour prendre les meilleures décisions possible. Il doit parler à tout le monde et se faire un portrait global de la situation. On doit lui donner du temps. »

Cabrera, envoyé dans la gueule du loup à nouveau pour faire le bilan de la saison malgré son arrivée sur le tard, s’est bien défendu devant les médias, même si l’anglais n’est pas sa langue maternelle. Il a qualifié sa rencontre avec le nouveau directeur sportif de positive.

« Ç’a été une bonne rencontre entre deux footballeurs. J’ai joué en Colombie, il a joué en Belgique. Il m’a posé des questions sur mon expérience ici. C’était très positif, très relaxe, mais nous n’avons pas discuté de choses spécifiques. Je ne suis pas inquiet au sujet de mon avenir. J’ai confiance en mes aptitudes. »

Les blessures

Le bilan, dans l’ensemble, n’était pas trop positif compte tenu de la déconfiture de l’équipe en deuxième moitié de saison, après un départ spectaculaire, mais la conquête du Championnat canadien aura mis un baume sur les espoirs déçus du club.

« C’était une situation risquée pour moi, a lancé Cabrera, embauché en relève à Rémi Garde le 22 août, avec une poignée de rencontres à disputer. Personne ne me connaissait. Mais il n’y a rien de facile, et si on veut accomplir des choses, il faut prendre des risques. Ça me permettait de connaître le club et son environnement. L’occasion de montrer qui j’étais. Ça a valu la peine, et ça aurait valu la peine même si nous n’avions pas gagné le Championnat canadien. »

Pour cet entraîneur colombien de 51 ans, les blessures expliquent en grande partie la déconfiture de l’équipe en deuxième moitié de saison.

« J’ai découvert une très bonne équipe. Mais il y avait plusieurs blessures. Les joueurs importants étaient blessés. Quand je suis arrivé, nous avons même fait jouer Bacary Sagna au poste de défenseur central parce que les autres étaient blessés. »

« C’était un moment difficile pour le club. Mais les joueurs ont fait de leur mieux. »

— Wilmer Cabrera

Parmi ses meilleurs moments, le Championnat canadien, évidemment, mais la découverte de quelques êtres humains exceptionnels.

« Rod Fanni a joué les quatre derniers matchs, je ne le connaissais pas, mais quand je l’ai découvert, j’ai dit : “Wow, tu étais où ?” Il a 37 ans, mais il avait l’air d’avoir 19 ans sur le terrain. Quand nous avons affronté le L.A. Galaxy, je lui ai demandé s’il pouvait jouer contre Zlatan [Ibrahimović], il m’a répondu qu’il avait déjà joué contre lui et que ça serait agréable. À titre d’entraîneur, ce moment fut une récompense pour moi. Sagna, avec son expérience, on dirait qu’il avait 19 ans lui aussi. Piatti, malgré ses blessures, il voulait jouer. »

L’attaquant Orji Okwonkwo, en prêt de Bologne pour la saison 2019, a été élu joueur par excellence de la saison. Il a marqué huit buts, un de moins que Saphir Taïder, qui a en outre obtenu sept passes décisives.

« Orji, il a des outils incroyables, a souligné Cabrera, mais il doit être plus constant. Dimanche, il a joué un match fantastique. Mais il y a un équilibre. C’est ce qui compte dans le monde du soccer professionnel. Si ton match n’est pas aussi bon que le précédent, c’est difficile. Un entraîneur veut savoir ce que les joueurs sont en mesure de leur apporter sur une base régulière. »

Cabrera a avoué avoir besoin de vacances. « J’ai besoin d’une pause pour recharger mes batteries. Je vais rentrer en Colombie pour visiter ma mère, je vais emmener ma famille, je dois avoir le temps pour me réorganiser et peu importe ce qui arrivera, je serai prêt. »

« Nacho doit revenir… »

« Notre club n’est pas le même quand Nacho n’est pas sur le terrain. Il doit revenir. Je lui demande chaque jour de revenir. Encore aujourd’hui, je vais lui demander de revenir… »

— Maximiliano Urruti

« La présence de Nacho nous aurait aidés. Ce n’est pas un magicien, mais il aurait fait une différence. »

— Saphir Taïder

« On a bien débuté la saison avec une bonne préparation. On aurait dû prendre plus de responsabilités sur le terrain. On s’est projetés trop loin, on aurait dû vivre au jour le jour. »

— Bacary Sagna

« Tu veux jouer tous les matchs. Mais j’ai compris [en fin de saison] que nous étions sur une lancée avec la victoire au Championnat canadien et qu’on voulait continuer [avec Clément Diop]. C’est une décision juste, c’était important pour moi de montrer mon professionnalisme, dans les bons moments comme dans les moments moins favorables. »

— Evan Bush

« Dans ta carrière, tu dois prendre des décisions. La majorité des choses que tu imagines ne se produisent pas. Quand tu sens que quelqu’un t’apprécie et t’aime, c’est le meilleur sentiment que tu veux avoir, que ce club soit dans la MLS ou ailleurs. Voilà pourquoi j’ai choisi Montréal. »

— Bojan

« Ce fut une saison un peu compliquée, surtout au début, je n’avais pas la confiance du coach, mais ça a tourné pour moi avec les blessures. Ce fut quand même une bonne fin de saison, on va rester sur ces bases pour l’an prochain. »

— Rudy Camacho

« J’avais besoin de pouvoir garder les buts. J’espère que je pourrai le faire davantage. J’ai rencontré [Olivier Renard] hier. Rien n’est arrêté. J’espère que je pourrai continuer l’aventure avec le club. Mais on ne m’a pas dit si j’allais avoir des départs l’an prochain. J’attends d’en savoir un peu plus. »

— Clément Diop

« Ça n’a pas été une saison facile. Je n’avais jamais rien vécu de semblable avant. En début de saison, j’ai eu de la difficulté, croyez-moi. C’était très tactique en Serie A en Italie. Ici, c’est du soccer très différent, très direct, nord-sud. »

— Orji Okwonkwo

« On attendait l’après-saison pour faire le point, mais on n’a pas eu l’occasion encore de le faire. Sur le plan personnel, ça s’est quand même bien passé, je ne me plains pas, compte tenu du manque de préparation. »

— Rod Fanni

« C’est un peu compliqué en ce moment avec l’Olympique lyonnais. Mes agents essaient d’avoir des réponses. Moi, pour un retour, oui, pourquoi pas, tout est possible dans le football. J’ai beaucoup d’offres aussi. Si j’ai besoin de temps de jeu, ça va entrer dans la globalité des discussions. »

— Zachary Brault-Guillard

« Le changement de staff a eu un gros impact positif pour moi. J’ai senti que Wilmer [Cabrera] voulait me faire jouer. C’est un peu malheureux, ma blessure au genou, ça a mis ma fin de saison à l’eau. J’ai manifesté mon intention de revenir, la balle est dans le camp du club. »

— Anthony Jackson-Hamel

« Certaines personnes oublient que j’ai 20 ans. Je suis toujours en train d’apprendre, je fais mes erreurs et je les assume. J’ai appris de mon erreur, ce qui a fait que je n’ai pas joué depuis deux, trois, quatre matchs. La relation est très bonne maintenant. C’est mon travail, c’est à moi d’être professionnel et rigoureux. »

— Ballou Tabla, à propos de l’incident avec l’entraîneur et de son retrait de la formation pour quelques matchs

« J’aimerais avoir la chance de jouer à ma position au milieu et pas sur les côtés, et montrer que c’est vraiment là, ma place. »

— Mathieu Choinière

Propos recueillis par Mathias Brunet, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.